"Si mes Larmes Tombent" remix

 voilà un petit message de quelqu'un qui m'est cher
Je vous propose de l écouter et de voter j'aime si cela vous plait
 
 Christophe Willem a organisé un concours de remix pour son titre "Si mes Larmes Tombent".

Je viens d'apprendre que sur une soixantaine de remix, je fais partie des 9 pré-sélectionnés.
rajout le 16 mai : Jerome a été choisi , c'est formidable
Hey,
>
> christophewillem (Christophe Willem) sent you a message with the subject  FELICITATIONS:
>
> "
>
> Hello et félicitations !
>
> Ton remix a été sélectionné à l'issu du concours "Si mes larmes tombent", j'aurai donc besoin de voir quelques points avec toi pour une sortie digitale de l'EP Concours.
>
> Peux-tu m'envoyer ton adresse e-mail à ...........@....
> Ce sera plus pratique.
>
> Je te remercie et encore bravo.
 

http://soundcloud.com/jerome-okresik/christophe-willem-si-mes

Risques viraux, chauves souris

Jeudi 26 avril 2012
Des dizaines de nouveaux virus ont été identifiés chez les chauves-souris, ils représentent une menace pour les hommes et les autres mammifères. 60 nouvelles espèces de paramyxovirus D’où viennent les virus dangereux pour l’être humain et comment ont-ils évolué ? Pour les paramyxovirus, la réponse est connue depuis un moment : « Nous savions déjà que les chauves-souris et les rongeurs jouent un rôle en tant que réservoir des paramyxovirus » explique Christian Drosten, directeur de l'Institut de virologie de l'université de Bonn (Allemagne). Ces pathogènes sont responsables de nombreuses maladies chez l’homme (rougeole, pneumonie, oreillons) comme chez l’animal (maladie de Carré, peste bovine). Une vaste étude portant sur près de 10 000 animaux dont 86 chauves-souris et 33 espèces de rongeurs a permis d’identifier 60 nouvelles espèces de paramyxovirus. « Ils sont à peu près aussi nombreux que ceux qu’on connaissait déjà » insiste Christian Drosten. « Ces animaux vivent dans de très grandes communautés sociales avec des millions d'individus dans certains cas. Ce contact étroit favorise la circulation d’une grande variété de virus. »

Dr. Richard Horowitz , conférence sur le lyme chronique

http://lymedisease.org/news/touchedbylyme/horowitz-mcids-san-dieg.html

TOUCHED BY LYME: “Like having 10 nails stuck in the bottom of your foot”

9th April 2012

horowitz 2





Click above to share articles
Dr. Richard Horowitz will discuss MCIDS, a more inclusive description for chronic Lyme, at two conferences in San Diego May 5 & 6—one for doctors and one for patients.
One of the reasons chronic Lyme disease is such a complicated illness is that most patients aren’t only infected with Borrelia burgdorferi .  They are likely to have a host of additional pathogens taxing their immune system—other bacteria, viruses, parasites, yeast and mold—making their illness hard to diagnose and difficult to treat.
Dr. Richard Horowitz, who has cared for more than 12,000 chronic Lyme patients, has coined the term MCIDS, or Multiple Chronic Infectious Disease Syndrome, to describe the whole challenging situation.
He likens it to someone having 10 nails stuck in the bottom of their foot. “If you only pull out one of the nails, the patient will come back to you and say, ‘I still have pain.’”
Horowitz sees chronic Lyme disease as a complex of multiple infections that are widespread in ticks, which can include borrelia (Lyme), anaplasma, erlichia, babesia, and bartonella. This collection of coinfections can suppress the immune system or stimulate it in ways that trigger widespread inflammation. There are hormone problems, difficulties with detoxification, mitochondrial dysfunction—all of which can give rise to physical and psychiatric symptoms.
He says the whole package of causes and symptoms that make up MCIDS must be addressed in order for the patient to get well.
Horowitz, a board-certified internist, is medical director of the Hudson Valley Healing Arts Center in Hyde Park, New York. He is active in ILADS and presents at numerous local, national and international scientific conferences on Lyme disease.  On May 5, he’ll be in San Diego to help teach doctors about Lyme disease at the Spring Education Summit of the American College for Advancement in Medicine (ACAM). (Click here for information.)
He has graciously agreed to stay an extra day to share his knowledge with patients and their caregivers as well. He will be the keynote speaker at LymeDisease.org’s patient conference, “It’s so much more than Lyme disease,” to be held Sunday, May 6, 2-5 pm, at the Westin Gaslamp Quarter San Diego.
Horowitz will be joined at the patient conference by a panel of Lyme-treating physicians from southern California, including Therese Yang, MD; Erica Lehman, MD; and Neil Hirschenbein, MD. (Click here for information and to reserve your spot.)
TOUCHED BY LYME is written by Dorothy Kupcha Leland, LymeDisease.org’s VP for Education and Outreach. Contact her at dleland@lymedisease.org.

Bartonella

http://ifr48.timone.univ-mrs.fr/Fiches/Bartonella_henselae.html#toc15

maladies des griffes du chat

bartonellose et arthrite

http://www.newswise.com/articles/bartonella-bacteria-associated-with-rheumatoid-illness



Bartonella Bacteria Associated with Rheumatoid Illness

Released: 4/23/2012 11:20 AM EDT
Source: North Carolina State University
Newswise — A bacterium historically associated with cat scratch fever and transmitted predominately by fleas may also play a role in human rheumatoid illnesses such as arthritis, according to new research from North Carolina State University.
Bartonella is a bacterium that is maintained in nature by fleas, ticks and other biting insects. It can be transmitted to humans both by these parasites as well as by bites or scratches from infected cats and dogs. The most commonly known Bartonella-related illness is cat scratch disease, caused by B. henselae, a species of Bartonella that can be carried in a cat’s blood for months to years.
In collaboration with Dr. Robert Mozayeni, a rheumatologist based in Maryland, and Dr. Ricardo Maggi, a research assistant professor at NC State, Dr. Ed Breitschwerdt, professor of internal medicine at NC State’s College of Veterinary Medicine and adjunct professor of medicine at Duke University, tested blood samples from 296 patients for evidence of Bartonella infection. The patients had previously been diagnosed with conditions ranging from Lyme disease to arthritis to chronic fatigue. Since rheumatic symptoms have sometimes been reported following cat scratch disease, the researchers wanted to see if these patients tested positive for B. henselae.
Of the 296 patients, 62 percent had Bartonella antibodies, which supported prior exposure to these bacteria. Bacterial DNA was found in 41 percent of patient samples, allowing investigators to narrow the species of Bartonella present, with B. henselae, B. kohlerae and B. vinsonii subsp. berkhoffii the most prevalent. The study appears in Emerging Infectious Diseases.
“Based upon this one study. we can’t definitively say that a subset of rheumatoid illnesses have an infectious origin,” Breitschwerdt says. “However, our results thus far do implicate Bartonella as a factor in at least some cases. If the link between Bartonella and rheumatoid illnesses is valid, it may also open up more directed treatment options for patients with rheumatoid illnesses.”
Note to editors: Abstract of the paper follows.
“Bartonella spp. Bacteremia and Rheumatic Symptoms in Patients from Lyme Disease–endemic Region”
Authors: Ricardo G. Maggi, Elizabeth L. Pultorak, Barbara C. Heggarty, Julie M. Bradley, Maria Correa, Ed Breitschwerdt, North Carolina State University; B. Robert Mozayeni, Translational Medicine Group, PC, Maryland
Published: Online ahead of print in Emerging Infectious Diseases
Abstract
Bartonella spp. infection has been reported in association with an expanding spectrum of symptoms and lesions. Among 296 patients examined by a rheumatologist, prevalence of antibodies against Bartonella henselae, B. koehlerae, or B. vinsonii subsp. berkhoffii (185 [62%]) and Bartonella spp. bacteremia (122 [41.1%]) was high. Conditions diagnosed before referral included Lyme disease (46.6%), arthralgia/arthritis (20.6%), chronic fatigue (19.6%), and fibromyalgia (6.1%). B. henselae bacteremia was significantly associated with prior referral to a neurologist, most often for blurred vision, subcortical neurologic deficits, or numbness in the extremities, whereas B. koehlerae bacteremia was associated with examination by an infectious disease physician. This cross-sectional study cannot establish a causal link between Bartonella spp. infection and the high frequency of neurologic symptoms, myalgia, joint pain, or progressive arthropathy in this population; however, the contribution of Bartonella spp. infection, if any, to these symptoms should be systematically investigated.

l'année des moustiques , des tiques et autres , attention !!!!!!!!


http://www.washingtonpost.com/national/health-science/mosquitoes-ticks-and-other-insects-will-be-plentiful-this-season-experts-say/2012/04/23/gIQAygPkcT_story.html 

 

Mosquitoes, ticks and other insects will be plentiful this season, experts say

Proehl Proehl/GETTY IMAGES/PICTURE PRESS RM - Mosquito.

Itchy yet? It’s merely a matter of time: Experts are predicting a major, prolonged onslaught of mosquitoes, ticks and other pesky insects in the Washington region this spring and summer. Of course, these reports immediately caused me to start scratching — and worrying about the health risks associated with bug bites.
The good news first: “For the most part, mosquitoes in this area are more of an annoyance than a serious problem,” says Gary Simon, director of the Division of Infectious Diseases at the George Washington University School of Medicine. “Most of the infections they transmit here are serious but fortunately quite rare, like encephalitis and West Nile virus,” he adds, pointing out that dengue fever, malaria and several other mosquito-borne ailments are an issue only in far-flung tropics. Nonetheless, to counter this year’s expected oversupply of blood-sucking bugs, he recommends such standard precautions as eliminating standing water around your yard that can serve as a breeding ground and regularly using DEET or proven natural repellents such as the oil of lemon eucalyptus.

(MedicalRF.com/WWW.JUPITERIMAGES.COM) - Mosquito.
The bigger concern is ticks, which pose considerable health risks, says Thomas Mather, a professor of public health entomology and director of the University of Rhode Island’s Center for Vector-Borne Disease.
“Generally speaking, there are now more ticks in more places than ever before, and D.C. is right at the nexus,” he explains. “You’ve got lone star ticks coming in from the south, deer ticks coming in from the north, and many suburban areas, like Loudon County, Virginia, have a huge problem with both.”
Feeding the problem is that more of these ticks appear to carry more disease-causing agents than in the past. That includes those that lead to Lyme disease but also lesser-known, equally serious conditions such as the malaria-like babesiosis, and ehrlichiosis and anaplasmosis, both acute infections that are generally mild but can be fatal if left untreated. Human cases of Lyme and these less common diseases have risen sharply in the last decade, as they have spread across the country, according to CDC statistics.
“Today’s nymphal-stage ticks carry a range of pathogens, and they are like little stealth bombers ready to deliver their payloads of disease,” says Mather. “With deer ticks, for example, current research shows that one in four or five are infected with Lyme, and most are also contaminated with more than one [disease].” He and other experts stress that if you see deer in or around your neighborhood, you probably have reason to be concerned.

Get smart about ticks
 
Paul Beals, a physician who specializes in diagnosing and treating Lyme disease at National Integrated Health Associates in the District, says, “We’re finding that the vast majority of our patients who are getting tick bites causing Lyme are also getting other co-infections at the same time,” including such febrile illnesses as bartonella, which can be transmitted by ticks and mosquitoes, as well as babesiosis and ehrlichiosis.
 Beals notes that infection rates may be even higher this year, thanks to a bumper crop of acorns in 2010 that swelled the local population of such rodents as the white-footed mouse, which passes the Lyme pathogen on to ticks.
“It’s usually two years after that when we have a big surge of Lyme, and especially with the mild winter and early spring [which have bugs biting earlier], it’s clear that this is going to be a bad year for Lyme and other tick-borne diseases,” Beals said.

(MedicalRF.com/WWW.JUPITERIMAGES.COM) - Mosquito.
In other words, even if you encounter just one tick this summer, there’s a higher-than-usual chance that this bug will be carrying disease and that you’ll contract an illness, Mather adds. “The odds are still in your favor, but it seems likely that there will be at least a few more unlucky individuals who will get bitten by an infected tick and get sick this year,” he says. “It’s really about relative humidity: The drier June is, the quicker these nymphal ticks will start to die off.”
Still, he suggests that it’s time for more people to get “tick smart,” particularly since the symptoms of Lyme disease and other tick-borne infections are often subtle and hard to diagnose.
“The initial bite may or may not be known, and only 10 to 20 percent of people see the bull’s-eye rash for Lyme, for example,” says Beals, who recommends watching out for unexplained, sudden onset of symptoms such as fever, chills, chronic fatigue, joint pain and headaches that typically get worse over time.

‘The size of a poppy seed’
Another complicating factor is that the standard laboratory tests used to diagnose these ailments are notoriously unreliable. “Seventy percent of the time, for people with documented Lyme disease, routine tests don’t show it,” Beals says.
As a result, the prevention of bites — which starts with knowing your enemy — is key.
“This is not a great big tick that’s going to crawl to the top of your head. This is something the size of a poppy seed that crawls to your . . . nether regions — and who looks there?” says Mather, who also heads the University of Rhode Island’s TickEncounter Resource Center. He suggests a daily tick check whenever you’ve been out at a park, playing golf, gardening or in other areas that ticks frequent. Pay special attention to such spots as the back of your knee, your armpit area, around waistbands and underwear, and belt and bra lines.
In addition, it’s essential to treat pets frequently with a reputable tick repellent.
As for protection, Mather advises carefully following instructions for bug repellents. He adds that products containing DEET, which merely repel insects for a relatively short period, appear to be less effective than clothing or gear treated with permethrin, a chemical that can kill ticks and mosquitoes even after repeated laundering.
Mather co-authored a study that found that summer-weight clothing treated with permethrin severely reduced the risk of tick bites: Overall, participants who donned tick-repellent garments were bitten about one-third less often as those wearing untreated clothes.
Another small recent study found that outdoor workers who wore permethrin-treated garb received 93 percent fewer tick bites than other workers.
Mather coats his family’s shoes with permethrin once a month: “It makes protecting yourself against tick bites — and also mosquitoes, to some degree as well — as easy as getting dressed in the morning.”


le bétail infecté par les tiques pourrait contaminer les humains

 http://www.local12.com/mostpopular/story/Infected-Cattle-In-Tri-State-Could-Spread-Disease/YkyXCQxbyEu7VcThgrf9Hw.cspx

Infected Cattle In Tri-State Could Spread Disease To Humans

Set Text Size SmallSet Text Size MediumSet Text Size LargeSet Text Size X-Large
Share
Updated: 4/19 7:10 pm
Infected cattle from other parts of the country are apparently bringing a dangerous disease to the Tri-State, and peak season for blood sucking insects could spread it to humans. The disease is called anaplasmosis ...and it can be a killer.

While relatively new, it is shown up more and more in cattle across the Tri-State spread by ticks and biting flies, among other things. Thanks to our warm winter this could be a banner year for such bugs. As Local 12's Rich Jaffe reports, that could mean problems for people as well.

The bacterial blood disease is spread from infected cattle ticks, horseflies or inoculation needles that aren't sterilized and used from cow to cow. Many farmers lose cattle due to the disease and never realize it. "When you find them a lot of times they're like a drunk, they can't stand, the back end's really wobbly. A lot of times it happens very quickly, one case I know 8 o'clock on a Thursday morning, cow had a calf by her side, 8 days old, that night she was acting weird, the next morning she was dead."

Ticks can also spread anaplasmosis to humans. It's similar to lyme disease and rocky mountain spotted fever. Experts say 50 percent of the human cases end up hospitalized and it can be fatal. According to the Centers for Disease Control, the disease has been steadily increasing in the monitored states-Ohio is not one of those states monitored yet. "Could become a big deal.  We've seen a few cases, Adams, Brown, Highland county in the last few years, I saw a case in 2010, I know that there are 6 or 7 confirmed cases.  At least one in all three counties in 2011."

Earlier this week Dave Dugan held an informational meeting for concerned farmers and ranchers...so did Caleb Grooms. "We're hoping that we can stay in front of this.  Like I said and get the right medications and things on these farms so it won't be an issue but it's something that with record high cattle prices it's another stumbling block that we're facing, we're finally getting to the point they're making a little money with cattle and now we have this."

Infected cattle pose another threat as well. "When they become anemic they're not getting enough oxygen and they will become very aggressive at the end, they may try and attack just before they die.  An animal that's been very docile will just kind of go crazy."

Experts say humans need to take all the usual precautions to prevent tick bites, especially during the peak months of June and July. Anaplasmosis in both cattle and humans can be treated with massive doses of antibiotics if caught early.  For more information, click here.

La maladie de Lyme , sur Arte , le 3 mai


Danger réel ou imaginaire ?
Dossier
SWR / © SWR
jeudi, 3 mai 2012 à 22:25
Rediffusions :
05.05.2012 à 11:35
La maladie de Lyme
(Allemagne, 2012, 52mn)
SWR
Réalisateur: Patrick Hünerfeld
16 / 9 HD natif
La maladie de Lyme, transmise par les tiques, peut se déclencher des années après la morsure initiale. Ses conséquences sont-elles aussi alarmantes qu'on le prétend ? Existe-t-il des traitements efficaces ?
Les associations allemandes de patients atteints de borréliose, appelée aussi maladie de Lyme, tirent la sonnette d'alarme. Selon elles, rien qu'en Allemagne, plus d'un million de personnes seraient concernées par cette affection. Derrière de nombreuses douleurs ou maladies chroniques se cacherait une infection bactérienne transmise par une tique, parfois des années plus tôt. Les premiers symptômes sont des rougeurs en anneau qui peuvent apparaître autour de la morsure, parfois accompagnées de fièvre et de douleurs musculaires. Plusieurs mois après l'infection, on peut aussi voir se développer des douleurs articulaires ou des symptômes neurologiques importants. Des milliers de malades potentiels suivent des soins coûteux, alors que les autorités sanitaires affirment qu'un traitement classique par antibiotique est suffisant et mettent en garde contre la propagation volontaire d'informations inquiétantes. À qui se fier ? Le documentaire tente d'éclairer ces positions contradictoires.
nous n'avons rien vu de tel et suite à cette émission , 
France Lyme a décidé de réagir afin de rétablir la vérité

 http://www.forumlyme.com/phpBB3/viewtopic.php?f=3&t=4420

 
  c'est ici :
 http://www.francelyme.fr/arte2012.html
 
 

lyme : les tiques attaquent

http://alsace.france3.fr/info/maladie-de-lyme-en-alsace-les-tiques-attaquent--73474770.html?onglet=videos



dommage qu'ils n'aient pas dit que c'était PARTOUT , et non seulement en Alsace

Water With Lyme


 http://waterwithlyme.blogspot.fr/2012/04/heartbroken-and-angry.html?showComment=1334607615974#c5347853088000959108

 

 

Friday, April 13, 2012


Heartbroken and angry


Some of you may have seen the Dr. Phil Show that aired where the second half was dealing with Lyme Disease.  While I am so happy that a mainstream outlet picked up at least some of the Lyme story, in the end, I just felt more heartbroken.  And angry.  Watch out, I get way more uppity in this post than in any of my other posts.  There's a time and place for anger I think.  And I guess it's here and now.

It breaks my heart that many sick people are dismissed, chastised, and ultimately left to suffer and die by their own doctors simply because a handful of doctors created this powerful rule that simply says these sick people are insane.

Sounds absolutely crazy, doesn’t it?  Deny care, say the patient is nuts.  That’s really it.  Any standard medical office you walk into will not be able to recognize Lyme Disease.  Furthermore, if you have received a 2-4 week course of antibiotics, you absolutely will be denied further care, even if you still suffer from symptoms.  All because there’s this all-powerful rule that almost all doctors follow when it comes to treating Lyme.  And it’s denying that chronic Lyme exists and it’s all in our heads.  How can it be denied that lengthy treatment works?  Look at all the people who have been in the battle for a long time and eventually get better vs. treating people for a really short amount of time, watching them still suffer, and then throw your hands up and proclaim ‘They’re cured!’….even when they are still dealing with all their symptoms!

There is a special place in hell for the IDSA guideline doctors who created these guidelines that hurt so many people, by denying them care.  These doctors have direct conflicts of interest with Lyme vaccine manufacturers, testing companies, and insurance companies and based their guidelines off of research conducted by themselves, while ignoring a huge body of research that completely contradicts their findings.  And surprise, surprise, the main result is that insurance companies can deny payment for care for chronic Lyme Disease.

How can this happen in America?  We all like to think that America is the best at everything – science, medicine, fairness, democracy.  How can we allow the rule-makers on medicine to get paid by companies who have a stake in the outcome of those rules?  It’s absolutely ridiculous.  Sure, it happens in Congress and with lots of public policy.  But how can we really allow this in medicine, medicine – where people suffer and die as a direct result?

How can you have positive lab test results for a disease and have a doctor tell you that you still don’t have that disease, or that the disease itself does not exist?!  How can it be that people are dying from a disease that ‘does not exist?’  Many people are dying, are wheelchair-bound, are blind, as a result of this completely preventable disease.  That’s the worst part.   If doctors knew how to recognize Lyme and knew how to treat it in its most early stages, people would not have to suffer.

How can we allow this?  How can we allow all this suffering?  So much suffering that doesn’t need to happen.  Wouldn’t need to happen if doctors acknowledged chronic Lyme exists and if they knew how to treat it.  How can we have doctors who swore an oath to do no harm not only leaving patients untreated, but blaming their sickness on them by saying it is the patient who has a psychological disorder?  How can we call it good medicine – to ignore your patients’ symptoms and tell them that they are psychotic?

I look forward to the dark day when enough people are sick and dying and disabled from Lyme that we say enough is enough.  Because clearly, it’s not enough people yet.  We haven’t waited until enough of us have amassed a loud enough voice. 

Disgusting.  Sad.  What a waste of human life, time, and suffering. 

That’s what gets me – you would never in a million years think you would have to quit school, work, and life as you know it all because you got a bug bite.  A stinkin’ bug bite.  I certainly never, ever thought this would happen to me, or that recovery would ever take this long (5 months and counting...and I'm a LUCKY one!  Most people get treatment for years!).

If you suspect you have Lyme Disease (or you do have Lyme Disease), it is absolutely imperative to be seen by a Lyme Literate Doctor, a doctor who acknowledges that chronic Lyme exists.  Otherwise, you will have the door slammed in your face and the book closed – on you.  Your doctor will not recognize the symptoms of Lyme and will not recognize that it even exists.  You’ll just be hitting yourself in the head with a hammer.  To find a Lyme Literate physician, go here:  http://www.lymedisease.org/resources/referrals.html
To do something productive with your anger (hahaha), volunteer!  There are always Lyme Awareness events happening all around the country – walks (like Lace Up For Lyme in Milwaukee, Wisconsin on May 19, 2012!), talks, or write-in/call-in campaigns.  There's always a need for your energy to help in some way.  (And, there's probably a need in you to do something with that energy - might as well use it to help!)

“Victims of Lyme Disease are victimized twice by this illness.  First by the unending suffering attached with this illness and second by a healthcare system that ignores them, and sometimes doesn’t just ignore them, it mocks them, it ridicules them.”  
~ Dr. Jemsek, LLMD

I encourage you to watch this ‘Speak The Truth’ speech by Dr. Jemsek on youtube here:  http://www.youtube.com/watch?v=V-lHDA863TM

Manifestations buccales et dentaires de la maladie de Lyme

Dernière modification le 07-09-2010
 
Estelle Vereeck, Docteur en chirurgie-dentaire, auteur d'ouvrages sur les dents parus aux éditions Luigi Castelli
 
La borréliose de Lyme est une maladie infectieuse qui survient dans 40 à 77 % des cas, une à deux semaines après une piqûre de tique.

Un signe précoce de la maladie est un érythème migrant ou taches colorées se déplaçant sur la peau.

Manifestations buccales de la maladie de Lyme

Il existe également des manifestations buccales de la maladie de Lyme qui se traduit par des gonflements non douloureux et répartis un peu partout de la gencive ou de la muqueuse des joues.

Devant ces signes, il faut évoquer la maladie de Lyme, d'autant plus si la personne revient d'un séjour à la campagne. Un examen sérologique permet de poser le diagnostic de maladie de Lyme.

Il est impératif de traiter par antibiothérapie (amoxicilline ou doxycycline). En l'absence de traitement immédiat, la maladie de Lyme évolue et se traduit par des douleurs articulaires, des manifestations neurologiques, dermatologiques, cardiaques ou ophthalmologiques.

Manifestations dentaires de la maladie de Lyme

D'après le Dr Landerman*, spécialiste en dentisterie holistique, le spirochète responsable de la maladie de Lyme viendrait se nicher dans les dents dont il infecterait la dentine, tissu poreux traversé par des milliards de tubules microscopiques où le parasite prolifère. D'après le Dr Landerman, le parasite aurait une affinité particulière pour les incisives centrales et les premières molaires (soit huit dents).

Il serait impossible d'éradiquer complètement le spirochète, mais selon le Dr Landerman, il faudrait apprendre à vivre avec. Landerman a conçu un protocole de traitement incluant le recours à l'homéopathie pour stimuler les processus de défense naturels de la dent qui respire grâce au fluide ou flux dentinaire qui la traverse, fluide qui lui permet de repousser les agents étrangers à l'extérieur.

Maladie de Lyme et dents dévitalisées

Ce processus de défense n'existe que sur une dent vivante. Pour une dent dévitalisée, la seule solution reste dans ce cas particulier l'extraction. Encore faut-il tester préalablement la dent pour vérifier qu'elle est infectée. Pour être efficace, l'extraction doit s'accompagner d'un curetage osseux de l'alvéole.
 
* Source : interview du Dr Landerman (en anglais)

Borréliose de Lyme : situation générale et conséquences de l’introduction en Île-de-France d’un nouvel hôte, le tamia de Sibérie


 
Borréliose de Lyme : situation générale et conséquences de l’introduction en Île-de-France d’un nouvel hôte, le tamia de Sibérie
Lyme borreliosis: general situation and consequences of the introduction of a new host in Ile-de-France, the Siberian chipmunk
Jean-Louis Chapuis (chapuis@mnhn.fr)1, Elisabeth Ferquel2, Olivier Patey3,Gwenaël Vourc’h4, Muriel Cornet2
1/ Muséum national d’histoire naturelle, Paris, France
2/ Centre national de référence des Borrelia, Institut Pasteur, Paris, France
3/ Centre hospitalier intercommunal de Villeneuve-Saint–Georges, France
4/ Institut national de la recherche agronomique, Saint-Genès-Champanelle, France

Résumé
L’épidémiologie de la borréliose de Lyme demeure encore peu connue en France, les données étant très parcellaires. Les études d’incidence ont montré une grande disparité entre les régions, avec des niveaux de risque élevés en Alsace, Lorraine, Limousin, Auvergne et Rhône-Alpes. Les études vectorielles associées montrent des corrélations entre incidences et densités en nymphes infectées, mais les exceptions sont fréquentes. Dans des forêts d’Île-de-France et de Picardie, l’introduction du tamia de Sibérie pourrait intervenir dans la dynamique de la borréliose de Lyme. Cet écureuil semble en effet être réservoir de cette maladie, il porte de fortes charges en Ixodes ricinus et, de plus, il montre une tolérance accrue vis à vis des espèces de Borrelia, comparativement aux autres réservoirs. Les recherches en cours visent à préciser le rôle de cet écureuil exotique dans l’incidence de cette maladie en périphérie de la Forêt de Sénart (Essonne) où la population de tamias est estimée entre 10 000 et 20 000 individus.
 
Abstract
The epidemiology of Lyme disease is still poorly known in France, and available data are patchy. Incidence studies have shown a great disparity between regions, the highest risk being located in Alsace, Lorraine, Limousin, Auvergne, and Rhône-Alpes. However, a positive correlation is generally found between densities of infected nymphs and human incidence, but some exceptions remain. In several forests of the Ile-de-France and Picardie regions, the introduction of the Siberian chipmunk could intervene in the Lyme borreliosis dynamic. This ground squirrel seems to be a reservoir for the disease; it carries heavy loads of Ixodes ricinus, and harbours a greater diversity of Borrelia species than the other native reservoirs. Ongoing research aims at clarifying the role of this exotic squirrel in the incidence of this disease around the Forêt de Sénart, where the population of chipmunks is estimated to range between 10,000 and 20,000 individuals.

Mots clés / Key words
Borréliose de Lyme, France, zoonose, vecteur, incidence, densité de tiques infectées, introduction, Tamias sibiricus, réservoir / Lyme borreliosis, France, zoonosis, vector, incidence, density of infected ticks, introduction, Tamias sibiricus, reservoir host
 
Borréliose de Lyme : situation générale et conséquences de l’introduction en Île-de-France d’un nouvel hôte, le tamia de Sibérie
J-L. Chapuis, E. Ferquel, O. Patey, G. Vourc’h, M. CornetBEH, Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire, 2010, N° hors -série, 14 septembre, pp.6-8. Bibliographie.
la borréliose de Lyme (BL) est la zoonose vectorielle la plus répandue dans les pays tempérés d’Amérique du Nord, d’Europe et d’Asie. En France, elle est transportée par la tique Ixodes ricinus qui parasite un grand nombre d’hôtes dont certains sont réservoirs de Borrelia.
L’épidémiologie de la BL demeure encore peu connue en France, les données étant très parcellaires.
Les études d’incidence ont montré une grande disparité entre les régions avec des niveaux de risque élevé en Alsace, Lorraine et Rhône-Alpes et des variations locales au sein d’une même région, très importantes.
Au début des années 2010, l’augmentation du nombre de cas de BL dans un périmètre proche de la forêt de Sénart (Essonne, Île-de-France) a conduit à s’interroger sur la responsabilité de l’introduction du tamia de Sibérie en France. Cet écureuil de Corée a été importé en tant que nouvel animal de compagnie (NAC) et vendu dans les animaleries depuis la fin des années 1960 en Europe. Généralement relâché dans la nature par des propriétaires lassés de sa compagnie, ce tamia constitue actuellement 22 populations installées en Europe dont 11 en France, dans les régions Île-de-France et Picardie. La population de la forêt de Senart compte entre 10 000 et 20 000 individus de cette espèce. Il apparaît que cet écureuil est à la fois plus infecté par les tiques et plus infecté par B. Burgdoferi que les rongeurs autochtones. Il pourrait augmenter le risque de transmission de BL à l’homme.
Si cette présomption n’est pas pour l’instant confirmée, il convient néanmoins de prendre différentes mesures visant à limiter l’installation de nouvelles populations de tamias en France, à savoir l’interdiction de la commercialisation de ce NAC dans les animaleries et le contrôle de la vente ou des échanges via Internet.
(publié le 9 novembre 2010

Ecureuil de Corée, vigilance!

Peut-être l’avez-vous déjà rencontré en vous promenant dans les bois et peut-être comme moi, vous êtes vous demandé quel était cet animal inhabituel? Et bien, c’est un écureuil de Corée, de son vrai nom tamia de Sibérie.  Cette bestiole mignonne comme tout, est en train d’envahir les forêts européennes. Et là, ça tique : le tamia véhicule des centaines de parasites, et les maladies humaines qui vont avec…
Dans une récente conférence organisée par Natureparif, l’agence régionale pour la nature et la  biodiversité en Ile-de-France, Jean-Louis Chapuis, chercheur du Muséum d’histoire naturelle, a présenté les résultats de ses études.  Le Tamia de Sibérie ou écureuil de Corée, un NAC (nouvel animal de compagnie) introduit en France via les animaleries, est déjà présent dans plusieurs forêts d’Europe.  25 populations sont répertoriés en Europe dont 11 en France, notamment à Ermenonville, Sénart, Verneuil-sur-Seine, Versailles, au parc Henri Sellier, Vallée aux Loups…
Et alors direz-vous, ils sont mignons et s’ils se multiplient à l’heure où tant d’espèces sont menacées, c’est tant mieux. Pas si simple, d’abord on ne sait pas quel impact aura sa présence sur notre beau rouquin. Ce que l’on sait, c’est que l’introduction de l’écureuil gris en Grande-Bretagne fait que, outre-manche, il ne reste quasiment plus d’écureuil roux. Mais de plus, le tamia, véhicule des maladies transmissibles à l’homme. Des études sont en cours pour connaître l’ampleur de cet impact sanitaire et sa vitesse de propagation.
Ce qui est d’ores et déjà certain, c’est que l’écureuil de Corée est  couvert de tiques. Un seul tamia de Sibérie peut en porter plus de 500 ! Les tiques véhiculent une maladie peu connue mais de plus en plus répandue : la maladie de Lyme ou borréliose . Là où les tamias se sont installés, et où il y a des grands ongulés (cerfs, chevreuils), il y a une forte possibilité de propagation de l’infection. Plus d’un tamia sur deux est porteur de la maladie. La recrudescence de la borréliose de Lyme est liée à la prolifération des tamias. Bon pas de panique si vous vous promenez dans les bois, la maladie de Lyme prise au début se soigne parfaitement bien et, tout le monde ne se fait pas piqué par une tique infestée! Soyez simplement vigilant si une dizaine de jours après une balade en forêt, vous êtes grippé surtout en été, consultez. C’est, en effet, un des symptômes de la maladie.
De fait, avec le tamia, nous sommes confrontés à deux problèmes très contemporains, la mode des NAC, totalement inepte -  sauvages, ils sont, sauvages, ils restent - et l’introduction dans la nature d’espèces étrangères qui peuvent facilement devenir invasives, c’est à dire, qu’elles prennent la place d’espèces locales. Quelques exemples: le ragondin, la tortue de Floride, la coccinelle asiatique et côté plantes, entre autres, la jacinthe d’eau. Actuellement, selon des informations très précises, un nouvel écureuil, l’écureuil du Japon, Sciurus lis, très ressemblant à notre écureuil roux, serait prêt à être mis sur le marché. Alors, double vigilance.
De fait, lorsque l’on rentre dans une animalerie, on ne voit que des petites bêtes craquantes et tout nous pousse à les acheter pour les dorloter. L’être humain est ainsi fait : profondément « maternant ». Dès que nous voyons un petit animal mignon, nous avons envie de le nourrir et de le câliner. Et le commerce en profite. Mais la plupart de ces espèces ne sont pas des animaux de compagnie. Comme les furets, les écureuils de Sibérie n’aiment pas être manipulés et mordent facilement. Les enfants à qui on les a offerts se lassent, et bien souvent on relâche la bestiole en forêt. Alors, si par méconnaissance, vous avez acquis un NAC et que vous n’en pouvez-plus de ce sauvage, renseignez-vous - en tapant le nom de l’espèce sur Google, vous trouvez le plus souvent les coordonnées de ces structures d’accueil - avant de l’abandonner n’importe où. Mais évidemment, le mieux serait tout simplement de supprimer le commerce des NAC!
A lire:
Faut-il avoir peur des introductions d’espèces? par Christian Lévêque. Les petites Pommes du savoir, Ed. Le Pommier, 4,60 €
 

Philippe RAYMOND INFECTIONS CHRONIQUES A CHLAMYDIAE PNEUMONIAE, TRACHOMATIS ET MYCOPLASMA PNEUMONIAE


Philippe RAYMOND
           
 
Le Docteur Philippe Raymond travaille en collaboration avec Philippe Bottero. Le texte et l’intervention qu’il présente permettra à tous d’organiser leur travail en la matière. Nous le remercions ici pour sa disponibilité et sa volonté de transmettre ses connaissances.
INFECTIONS CHRONIQUES A
 CHLAMYDIAE PNEUMONIAE, TRACHOMATIS
ET MYCOPLASMA PNEUMONIAE
ANALYSE SÉMIOLOGIQUE  SUR  137 CAS
 ET  PROPOSITION DE TRAITEMENT
 
 I   INTRODUCTION
Comme le  Dr Philippe Bottero l’a décrit dans son exposé, certaines  formes  microbiennes, notamment les bactéries intracellulaires, ont la capacité de  persister de nombreuses années dans l’organisme, et de déclencher, si le système immunitaire devient moins performant, des  pathologies avec atteinte générale, qui deviennent chroniques car la cause infectieuse passe souvent inaperçue.
La persistance bactérienne à bas  bruit  est déjà bien connue dans certains cas : maladie de Lyme par Borrelia Burgdorferi, fièvre Q par Coxiella Burnetii , infection génitale chronique par Chlamydia Trachomatis.
Mais  il s’avère  que  d’autres  pathogènes  possèdent les mêmes propriétés : Chlamydophila Pneumoniae (appelée communément Chlamydia  Pneumoniae), le genre  Mycoplasma (Pneumoniae, Hominis, Ureaplasma, Génitalum, Penetrans, Fermentans...), le genre Rickettsia (Typhi, Conorii, Prowasecki…), Bartonella, Babesia, Ehrlichia, et  aussi d’autres  espèces de Borreliae.
Plusieurs auteurs ont  montré qu’il existait  des formes  dormantes de ces  bactéries, un peu comme les formes sporulées  des levures, expliquant  non seulement la  chronicité de l’infection, mais aussi la  moindre  virulence, la résistance  aux  traitements  antibiotiques courts, et  les  rechutes tardives:
 
- Les formes kystiques  des  Borreliae sont  bien connues.
- Le Pr Giroud dénommait les formes dormantes des Rickettsies : « les  corps homogènes »
- Publication de Moulder sur  les  « formes cryptiques » de Chlamydia  Psittaci
- Le Pr Charles Stratton  et ses associés de Vanderbilt University, USA ont décrit les  « cryptic body » des Chlamydophila  Pneumoniae
- Le Pr Luc Montagnier vous  a  exposé la capacité des  Mycoplasmes  à  engendrer une  infection chronique par le biais des nanoparticules
- Kim Lewis (USA), Anju Usman  (USA)  et d’autres ont étudié les  « biofilms » dont certaines  bactéries s’enveloppent pour se protéger du système immunitaire.
Personnellement, j’avais  déjà remarqué depuis 15 ans, que certains tableaux sub-aigus d’asthénie intense guérissaient spectaculairement après 1 semaine de traitement par macrolides. J’avais appelé cela le « syndrome de fatigue vasculaire », car co-existaient d’autres symptômes généraux notamment vasculaires.
Mais le sujet  est bien plus  vaste  puisque de nombreux patients  « passent  à la  chronicité », et ces pathologies évoluent sournoisement  pendant  de  nombreuses années 
Dans notre pratique quotidienne, quels sont les patients concernés ?
Quels symptômes présentent ces patients ?
Comment faire le diagnostic ?
Quelle est la  réversibilité de ces symptômes ?
Et avec quel traitement ?
C’est  le sujet de cet exposé et  de l’étude présentée ci-après. 
II   INFECTIONS CHRONIQUES ET STRESS OXYDANT
Tout d’abord, il est  bon de bien comprendre l’origine multifactorielle de ces pathologies, et   notamment que ces  infections  se développent plus facilement si  l’organisme est  affaibli par  un stress oxydatif.
   SYNDROME DE  FATIGUE CHRONIQUE
Noter les  deux « cercles vicieux » d’auto-alimentation  du stress oxydant que sont les flèches rouges :
 
-       Les infections  froides, qui l’aggravent  en retour, et  de façon très importante  d’après le Pr Montagnier (cf Livre : « Les  combats de la vie » , février  2008)
 
-       Les symptômes psychiatriques (irritabilité, hyper-anxiété, dépression) qui entraînent une moins bonne  « gestion » du  stress psychique quotidien, d’où là aussi une augmentation du stress oxydant.
 
-  On peut aussi noter sur ce schéma  l’aggravation directe des symptômes par  la  voie  Psychosomatique directe (en fonction du  vécu psychique douloureux). 
III  ANALYSE SÉMIOLOGIQUE
        A     RECUEIL DES DONNÉES 
Il s’agit d’une analyse tirée d’une étude sur 137  patients adultes présentant :
 
-       Une  pathologie chronique non stabilisée sous traitement médical (dépression chronique, syndrome douloureux chronique, fatigue chronique, colopathie…).
-       Des symptômes multiples, touchant plusieurs sphères (ex : crampes, gastralgies, sueurs nocturnes, lipothymies…) appartenant  à une liste de  symptômes déjà répertoriés dans les études des Dr Philippe Bottero (France), Dr Cécile Jadin (Afrique du sud) ou Pr Garth Nicolson (USA).
-       d’autre part une sérologie positive à Chlamydiae  Pneumoniae, Trachomatis, ou Mycoplasma Pneumoniae;
 Buts  de l’étude :
-  Confirmer la responsabilité d’une infection chronique à germes intracellulaires dans ces pathologies.
- Répertorier  les symptômes significatifs de ces infections, afin d’établir  une « aide diagnostique ». 
En :
-  Contrôlant la disparition de la symptomatologie sous traitement antibiotique ciblé.
-  Vérifiant la négativation des sérologies après  guérison clinique.
Certains  patients  présentaient  des  sérologies  positives à Rickettsia, Coxiella  ou Borrelia (sérologies  à rechercher en pratique). Leur prise  en charge a été  quasiment identique  mais ils  n’ont  pas été inclus  dans  cette étude en raison de leur nombre  insuffisant.
Dans chaque cas, la pathologie chronique  était installée  depuis  plus d’un an : de 1 à 35 années d’évolution  avec une moyenne de 9,4 années.
Chaque patient était interrogé suivant une liste de 80 symptômes.
Puis classement par groupes selon les résultats sérologiques :
- 78 cas avec IgA positives à CP
- 24 cas avec seules les IgG positives  à CP
- 17 cas avec IgG (et/ou IgM)  positives  à MP
- 8 cas avec IgA positives à CT
- 10 cas avec IgG seules positives  à CT
(dont 29 cas de double positivité sérologique)
Chaque mois, un suivi scrupuleux de chaque symptôme était réalisé pour constater objectivement l’évolution  sous traitement.
Mais sur ces 80 symptômes, tous ne sont pas spécifiques. Certains sont rares, d’autres sont mal quantifiables pour le diagnostic et pour le suivi; enfin quelques-uns sont irréversibles.
Après analyse statistique, n’ont été retenus comme critères sémiologiques fiables que les symptômes exploitables, c’est à dire:
-  Suffisamment fréquents ou/et suffisamment spécifiques :
(Symptôme présent régulièrement, plus de 1 fois par semaine depuis au moins 6 mois. Evidemment certains symptômes sont quotidiens, voire pluri quotidiens et depuis de nombreuses années…)
-  Quantifiables par le patient (fréquence  d’apparition par  semaine/jour).
-  Réversibles sous traitement antibiotique.
On en retient une trentaine, que l’on a choisi de regrouper en 19 «critères diagnostiques»
Ces symptômes reflètent l’atteinte vasculaire, musculaire, et l’irritation à distance  provoquée par  ces toxines  d’origine bactérienne.
Dans cette étude,  tous les cas  présentaient au moins 5 de ces « critères », en plus du symptôme « fatigue » (8,9 en moyenne, et très souvent plus de 10  critères par patient…).
De façon surprenante, la clinique était indépendante du type de germe retrouvé: Il n’existe que peu de différences sémiologiques significatives que la sérologie soit positive à Chlamydiae Pneumoniae, Mycoplasma Pneumoniae ou Chlamydiae Trachomatis. 
B     SYMPTOMATOLOGIE
                    I   LA   FATIGUE
Pour  être  retenue, elle doit être présente depuis plus de 6 mois, et  quotidienne.
Il s’agit d’un symptôme indispensable au diagnostic.
Son origine est expliquée par  la production de neurotoxines d’origine bactérienne.
 Elle peut être soit :
                             
                              - Physique: continue ou « coups de fatigue » soudains  (notamment post prandiaux), besoin de  sieste, fatigabilité sportive…
                               - Psychique : Irritabilité, anxiété exagérée, démotivation ou syndromes dépressifs vrais, impulsivité mal contrôlée, insatisfaction chronique… 
                              - Intellectuelle : difficulté de concentration ("brain fog"), lenteur intellectuelle, troubles de  mémoire…
                               - Troubles du sommeil : Réveils de  milieu de  nuit (même  par périodes), sommeil non réparateur, somnolence diurne…
Ces 4 types de fatigue sont souvent associés… mais pas nécessairement (la présence d’un seul suffit)
-    Il ne faut pas retenir les asthénies d’origine dépressive pure: réactionnelles à un vécu psychique  douloureux, avec culpabilité, dévalorisation,  et sans vision de l’avenir … 
                   II    CRITÈRES NEURO-VASCULAIRES (9)
Expliqués physio-pathologiquement  par la localisation  des bactéries dans l’endothélium vasculaire et la production de toxines vaso-constrictives.
Les 5 premiers critères sont très spécifiques (soulignés 
1-         Sueurs excessives (notamment nocturnes) ou Flushes ou Rashes
- Sueurs nocturnes : quelquefois seulement localisées au niveau de la nuque, mais souvent intenses  et diffuses: les patients changent de T-shirt au cours de la nuit, trempent leur oreiller…
-  Bouffées de chaleur : Il ne faut évidemment pas en tenir compte en cas de pré-ménopause. Mais elles sont significatives en cas de  ménopause  confirmée !...
- Rashes (« placards érythémateux ») localisés sur visage ou le torse,  déclenchés généralement après la douche, ou à l’effort. Ils ne sont pas prurigineux.
Dans cette étude, sur  les 110 cas ayant  répondu favorablement au traitement, ce critère était  présent  dans 53% des cas; sa sensibilité au traitement après 2 mois était de 85% (cf tableau  paragraphe IV B 4)
2-            Lipothymies positionnelles
- Sensations vertigineuses passagères, souvent lors du passage en position debout,  quelquefois lors d’autres mouvements (ex : en se baissant ou en regardant en l’air)
- Les patients décrivent des  « chutes de tension ».
- Fréquence : 44 %
- Sensibilité au traitement à 2 mois: 100%
3         Sensations de « palpitations »
Cela peut être une tachycardie passagère, des extrasystoles…
Même si  ce symptôme dépend de l’état émotionnel (co-facteur  psychique), il est significatif et donc à retenir.
La plupart du temps,  l’ECG est  normal.
- Fréquence : 41 %
- Sensibilité au traitement à 2 mois: 93%
4-         Troubles visuels atypiques (flou visuel intermittent, ombres visuelles latérales        
             fugaces,  phosphènes, traits, photophobie excessive …)
- De façon intermittente mais pouvant durer plusieurs minutes : sensations bizarres comme un flou visuel, ou  des descriptions de « vagues », de traits, d’éclairs, de kaléidoscope, et aussi de pseudo hallucinations (« chat qui passe », souris , araignée, ombre humaine…).
Ce dernier symptôme est, à mon avis, pathognomonique (pseudo hallucinations).
Mais si vous ne les interrogez pas, les patients ne vous le déclareront jamais spontanément !
- Soit ils considèrent cela comme normal (pour se rassurer), soit ils ont peur qu’on les « traite de fous » !
A cause de cette crainte, ce symptôme est souvent minimisé lors de la première consultation et c’est le mois suivant, quand il a disparu (ou quasiment), que les patients nous avouent que ces phénomènes visuels apparaissaient en fait de façon plus fréquente que ce qu’ils avaient décrit initialement…
Après 2 mois de traitement, ces « pseudo hallucinations » ont disparu dans  100% des cas. 
-  Photophobie: gène par le soleil, mais aussi les phares de voitures, les néons.  Ces personnes  portent constamment des lunettes de soleil, ne conduisent plus la nuit…
On constate l’amélioration de la photophobie (à partir du 3ème mois de traitement en moyenne), quand les patients ne portent plus systématiquement leur lunettes de soleil.
Aussi surprenant que cela puisse paraître, ce symptôme, souvent ancien, disparaît  dans 80% des cas sous traitement anti-chlamydia.Photophobie :
- Fréquence : 37 %
- Sensibilité au traitement à 2 mois: 69%, et 90% à 5 mois
 
Pseudo-hallucinations :
- Fréquence : 13 %
- Sensibilité au traitement à 2 mois: 100%
 
Flou visuel :
- Fréquence : 29 %
- Sensibilité au traitement à 2 mois: 90%
 
Phosphènes
- Fréquence : 35 %
- Sensibilité au traitement à 2 mois: 92%
 
 
 
5-            Ecchymoses spontanées ou au moindre choc
 
Ces patients ont constamment des ecchymoses sur les membres inférieurs, et aussi sur les membres supérieurs. Ils  décrivent bien cet état de fragilité veineuse qui est  souvent très ancien.
Ce symptôme aussi s’améliore vite (dès le premier mois).
Mais il est difficile au patient d’admettre que cela a vraiment disparu ! Généralement, à la consultation de fin de première cure, ils regardent  leurs jambes, remarquent qu’il y a moins, ou pas du tout, d’ecchymose, et disent «  je n’ai pas dû me cogner  ces temps-ci » … c’est à la consultation suivante, quand on constate qu’il n’y a  toujours pas d’ecchymose, qu’il admettent (avec réticence !) que cela est durable et probablement dû au traitement anti-
infectieux.
 
- Fréquence : 34 %
- Sensibilité au traitement à 2 mois: 92%
 
 
6-            Extrémités froides ou frilosité générale
 
- Mains ou pieds ou  même oreilles froides; quelquefois de façon unilatérale (plus spécifique)
Ce symptôme étant souvent très ancien, les patients n’imaginent pas que cela puisse changer … et pourtant…
- Frilosité : encore un symptôme subjectif, mais que les patients connaissent bien. La frilosité est indépendante du climat ; elle est présente même en été (besoin de mettre un lainage le soir). Objectivement, il s’agit de patients trop chaudement habillés, et on peut remarquer le changement vestimentaire quand la frilosité disparaît.
 
Extrémités froides :
- Fréquence : 56 %
- Sensibilité au traitement à 2 mois: 79%,  et 97 % à 4 mois
 
Frilosité :
- Fréquence : 40 %
- Sensibilité au traitement à 2 mois: 78% et  96%  à 4 mois
 
 
7-            Dysesthésies des extrémités
 
- Elles sont moins spécifiques  et  il faut  bien les différencier  d’un syndrome  de compression nerveuse  (canal carpien, compression cubitale, sciatique, névralgie cervico-brachiale…).
 Les patients décrivent  des sensations de  « fourmillements » ou quelquefois d’hypoesthésies.
- Cela concerne les mains, les pieds ou les jambes, mais aussi d’autres parties du corps, sans correspondance métamérique.
- Elles se déclenchent spontanément ou après une position prolongée qui limite la vascularisation : Position assise basse (aux WC par exemple) ou bras levés (coiffage, bricolage) ou positions nocturnes.
 
- Fréquence : 48 %
- Sensibilité au traitement à 2 mois: 89%
 
8-       Acouphènes intermittents
 
On retrouve le plus souvent  des acouphènes unilatéraux, pluri-hebdomadaires, peu invalidants.
Malheureusement, les acouphènes très anciens, bilatéraux et  permanents sont moins sensibles au traitement (autres facteurs, irréversibilité ?).
S’il s’agit d’acouphènes permanents, bien vérifier  que  le bilan ORL a  déjà été  pratiqué et que  toute  cause somatique  est  éliminée.
 
- Fréquence : 41 %
- Sensibilité au traitement à 2 mois: 80%, et 95 %  à 5 mois
 
 
9-        Jambes lourdes vespérales
 
Ce symptôme, lui aussi, est très bien décrit par les patients, car plus invalidant qu’on ne  l’imagine: Jambes lourdes ou douloureuses, ou  sensation de « gonflement »,  plutôt vespéral mais  peut être présent dès le matin.
Symptôme pourtant  bien  commun, non spécifique mais réagissant très bien au traitement...
 
- Fréquence : 31 %
- Sensibilité au traitement à 2 mois: 80%,   et  85%  à 6 mois
 
 
                   III   CRITÈRES  MUSCULAIRES (5) :
 
 
Ils  sont  très évocateurs, et  très sensibles au traitement (améliorés  à 90% en moyenne dès le premier mois).
 
1-            Crampes nocturnes ou de repos
 
Elles concernent les mollets, mais aussi les pieds, les cuisses ou même les mains.
Si elles sont unilatérales, il s’agit souvent du même côté.
Elles peuvent aussi être positionnelles (mais ne pas retenir les crampes après l’effort).
Il s’agit d’un symptôme fréquent en médecine  générale, dont les patients se plaignent volontiers… et traité classiquement par des cures de magnésium ou de  quinine.
 
- Fréquence : 42 %
- Sensibilité au traitement à 2 mois: 87%, 97 %  à 3 mois
 
2-            Myoclonies ou sursauts d’endormissement
 
Il s’agit de  sursauts pendant la phase d’endormissement, vécus comme  « l’impression de  tomber »
Seul l’interrogatoire systématique permet de repérer ce symptôme, car les patients n’en parlent jamais spontanément.
Ces myoclonies sont constatées encore plus objectivement par le conjoint. 
 
 - Fréquence : 33 %
- Sensibilité au traitement à 2 mois: 78%,  et 100%  à 5 mois
 
 
3-            « Impatience » des jambes, diurne
 
- Attention, il ne s’agit  pas du  SJSR (syndrome des jambes sans repos) qui  est vespéral ou nocturne, incontrôlable, associé à sensations neurologiques anormales, obligeant à se lever … 
 
Cette « impatience » est diurne ; elle survient en position assise ; Elle est très  fréquente et connue de tous.
C’est une trémulation de la jambe (et du talon), de haut en bas. Ce mouvement est automatique, mais  peut être contrôlé (stoppé).
C’est  un symptôme souvent très ancien, que le patient associe (à juste titre) aux périodes de  stress psychique (co-facteur psychique), mais qui progressivement devient pluri-quotidien et  indépendant des périodes de stress.
A la longue, même l’entourage est agacé !
Les patients sont très surpris de voir ce symptôme disparaître ou même s’améliorer simplement …
 
- Fréquence : 23 %
- Sensibilité au traitement à 2 mois: 92%
 
 
4-            Fasciculation  d’une paupière
 
La  paupière « frétille » de façon passagère.
Généralement considéré comme un signe  de fatigue psychique ou physique, ou carence magnésique. 
Mais devient  très significatif s’il est pluri-hebdomadaire depuis plusieurs  trimestres …
Plus rarement, ces fasciculations peuvent toucher  d’autres  muscles : membre supérieur, thorax ou abdomen, donnant des impressions  bizarres et inquiétantes au  patient.
 
- Fréquence : 36%
- Sensibilité au traitement à 2 mois: 97%
 
 
5          Besoin d’inspirer profondément (sensation de  « manque d’air »)
 
Il s’agit d’une  oppression thoracique,  soulagée par une  grande inspiration ou bien une expiration profonde (plus rarement). Cela ressemble  à un « gros  soupir ».
Les patients reconnaissent ce symptôme  immédiatement quand  vous le  mimer !
 
Il est souvent  pluri quotidien.
Il est toujours vécu comme la conséquence d’un état de stress psychique.
 
Il a été  classé dans les critères musculaires car il semble en rapport avec une contracture des muscles intercostaux, et un besoin d’étirement de ces muscles
 
- Fréquence :   47%
- Sensibilité au traitement à 2 mois: 89%
 
 
                   IV   CRITÈRES « IRRITATIFS » (5)
 
 
Ce sont des symptômes présents quotidiennement
 
Ils ont été regroupés en 5 critères. Les trois premiers sont très spécifiques (soulignés).
 
 
1-            Prurit cutané
 
Prurit sine materia … sans éruption ni érythème…
 
On peut voir tous les stades:
- Soit diffus et  intense avec lésions de grattage, très invalidant.
- Soit de simples démangeaisons localisées : elles sont aussi significatives, s’il s’agit toujours de la même zone et si elles sont quotidiennes (souvent vespérales).
Zones concernées: cuir chevelu, avant-bras, crête tibiale, lobe oreille, nuque …
                       
- Fréquence :   41%
- Sensibilité au traitement à 2 mois: 89%
 
 
2-            Arthralgies ou myalgies migratrices, ou tendinites multiples
 
- Il s’agit là aussi d’un symptôme très évocateur : les patients  décrivent un  point douloureux, localisé  à  une articulation, qui dure quelques secondes, minutes, ou heures sans  raison,  quelquefois intense mais cédant spontanément. Quelques dizaines de minutes plus tard, un nouveau point douloureux apparaît dans une autre articulation.
Cela se répète plusieurs fois par jour.
Le patient décrit ainsi des douleurs articulaires mobiles, fugaces,  génantes mais sans substratum anatomique ni biologique pour le médecin qui considère ces douleurs comme fonctionnelles; d’autant plus qu’elles sont souvent associées  aux autres symptômes qui sont eux aussi d’allure fonctionnelle.
 
Ce sont ces fameux patients qui ont toujours « mal partout » !
 
Moins fréquemment, il peut aussi s’agir de zone douloureuse  musculaire, ou tendineuse.
(Patients avec tendinites multiples, syndromes douloureux chroniques…)
A l’extrème, ces points douloureux sont permanents et donnent  un syndrome fibromyalgique.
 
- Fréquence :   41%
- Sensibilité au traitement à 2 mois: 80%, 96% à 5 mois
 
 
3-            Irritations oculaires
 
Les patients se frottent régulièrement les yeux,  décrivent des « yeux qui piquent », du « sable dans les yeux ». Ils  responsabilisent le  travail sur  écran  …
A l’examen : pas de conjonctivite vraie  mais souvent une paupière inférieure  irritée.
Quelquefois, ces patients  sont déjà traités par des larmes artificielles pour syndrome des yeux secs…
 
- Fréquence :   40%
- Sensibilité au traitement à 2 mois: 84%, et 96 % à 5 mois
 
4-            Irritations pharyngées ou rhinite chronique
 
- Pharyngite chronique ou simple gène pharyngée  permanente obligeant le patient à « se racler  la gorge » régulièrement.
- Rhinite obstructive ou rhinorrhée  per-annuelle, souvent matinale
 
Les autres diagnostics ayant, comme toujours, déjà été éliminés (sinusite, RGO, allergies…)
 
Irritations pharyngées :
- Fréquence :   29%
- Sensibilité au traitement à 2 mois: 91%
 
Rhinite chronique :
- Fréquence :   35%
- Sensibilité au traitement à 2 mois: 67%, et  97 %  à 5 mois
 
 
5-         Gastralgies ou dyspepsie ou Troubles du transit ou Troubles Fonctionnels Intestinaux
 
 
Ces  symptômes gastro-intestinaux sont  regroupés  dans  un même critère diagnostique. Ils sont  très  fréquents, invalidants, variables selon les patients, mais là aussi, s’améliorent  sous  traitement  antibiotique de façon surprenante pour le patient comme pour le médecin !
 Et l’on peut ensuite constater la diminution ou la suppression des traitements symptomatiques antérieurement pris.
 
 
Sont  à  retenir :
- Les gastralgies/dyspepsies chroniques, sans signe endoscopique, nécessitant souvent des IPP/prokinétiques au long cours (après avoir éliminé un ulcère GD, la présence  d’Helicobacter pylori ou une  oesophagite)
- La diarrhée chronique,  la constipation chronique, la colopathie,  les TFI.
 
 
Gastralgies :
- Fréquence :   43%
- Sensibilité au traitement à 2 mois: 94%
 
Dyspepsie / nausées :
- Fréquence :   16%
- Sensibilité au traitement à 2 mois: 94%
 
Diarrhée chronique :
- Fréquence :   15%
- Sensibilité au traitement à 2 mois: 94%
 
Constipation chronique :
- Fréquence :   18%
- Sensibilité au traitement à 2 mois: 70%, et  95  %  à 5 mois
 
Colopathie / TFI :
- Fréquence :   24%
- Sensibilité au traitement à 2 mois: 78% et  96 %  à 4 mois
 
 
Donc en résumé, si votre patient chronique, fatigué (ou dépressif) présente 5 de ces 19 « critères diagnostiques » , plus d’une fois par semaine, (avec au moins 1 critère vasculaire, 1 musculaire et 1 irritatif) depuis plusieurs trimestres, vous pouvez évoquer une origine infectieuse, demander  un bilan sérologique du type :
Chlamydia Pneumoniae, Chlamydia Trachomatis, Mycoplasma Pneumoniae, Borreliose, Rickettsioses, Coxiella Burnetii, et selon le contexte Mycoplasmes urogénitaux (M. Hominis et Uréaplasma Urealyticum), Chlamydia Psittaci, Helicobacter Pylori, Anticorps antistreptococciques.
 
 
Les 137 cas de cette étude présentaient tous ces 5 critères, et l’on obtient après  traitement par  Macrolides ou  Cyclines  (cf  tableau paragraphe C) :
 
- 110 très bons  résultats : disparition d’au moins  90% des symptômes.
 (selon le groupe sérologique : de 75 à 87 % de succès thérapeutiques, sauf dans le groupe  IgG CP : 58 %)
- 18 résultats mitigés : amélioration des signes cliniques mais  jugée insuffisante.
- 9 échecs : quasiment  aucune amélioration après  2 mois de traitement.
 
 
                   V    AUTRES   SYMPTOMES
 
 
Les patients décrivent souvent d’autres symptômes, qui peuvent être en lien avec  une  infection chronique :
 
Soit des symptômes peu spécifiques: céphalées atypiques, migraines vraies,  otalgies, éruptions cutanées variées, eczéma, allergies, cystalgies, leucorrhées, saignements gingivaux, lombalgies, douleurs  atypiques, perte de  l’odorat, dyspnée d’effort, troubles des  phanères
 
Mais aussi des  symptômes particuliers du patient,  plus « personnels ».
L’essentiel est de les noter.
On sera souvent surpris de voir qu’ils disparaissent eux aussi avec le traitement antibiotique, parallèlement aux autres symptômes.
 
 
                   VI   DISCUSSION
 
 
      a :     Il s’agit d’un ensemble de symptômes :
 
-  Familiers pour les médecins, considérés souvent comme fonctionnels, et pour lesquels nous avons peu de traitements à part quelques traitements symptomatiques.
Il s’agit d’un bel exemple « d’évolutionisme » de la  part de  ces bactéries capables de persister dans l’organisme sous des formes chroniques, peu virulentes et difficilement diagnosticables
 
- Améliorés ou masqués par les psychotropes,
Remarque : Dans ma patientèle, 50 % des dépressifs chroniques que je suivais, présentaient  de tels symptômes et 80% d’entre eux ont guéri  sous traitement antibactérien…
 
- Quelquefois améliorés par les  techniques de gestion du stress,  relaxation, magnésium, vitamines, anti oxydants…
 
- Aggravés en cas d’excès de  stress psychique.
 
- Ces symptômes correspondent  à la  définition du Syndrome de Fatigue Chronique,  mais seul un  petit nombre de patients a réellement eu ce diagnostic posé.
 
 
       b :      Il faut bien éliminer :
 
      - Toute cause psychosomatique  directe (suite  à deuil, rupture, conflit relationnel, professionnel, familial..). Mais les deux causes (psychosomatique et infectieuse) peuvent co-exister (ou l’une ayant entraîné l’autre) et seront toutes deux  à traiter.
 
- Les autres causes somatiques classiques (vérifier bilans déjà faits)
 
Souvent, ces patients « traînent » depuis des années, ont vu de nombreux médecins et tous les bilans ont déjà  été faits. Pour eux, tester un nouveau traitement sur  quelques mois n’est pas un problème.
 
 
        c :      Il existe une liaison directe entre Infection Chronique et Stress Oxydant. Mais ces symptômes  sont-ils dus au SO ou à l’infection ?
 
- En faveur du Stress Oxydant :
 
-       Symptômes quasi identiques  quelque soit le germe
-       Symptômes améliorés avec le traitement antioxydant  et qui peut suffire si la pathologie est récente (patient jeune).
 
- En faveur de l’infection :
 
-       Symptômes présents même quand  l’hygiène de vie est bonne.
-       Souvent persistants si traitement antioxydant seul.
-       Ces symptômes disparaissent sous antibiotiques seuls dans 80% des cas.
 
 En fait, les 2 traitements sont  souvent complémentaires.
 
 
         d :      On remarque une association de symptômes variés qui signe  une atteinte générale de l’infection : dans chaque cas de l’étude, on retrouvait au moins 1 critère neuro-vasculaire, 1  critère musculaire, et  1  critère irritatif.
 
 
         e :     En pratique, quels patients doivent attirer l’attention ?:
 
- Patients qui se plaignent de crampes, de douleurs atypiques ou chroniques, de dysesthésies, de palpitations, de lipothymies,
 
- Patients avec gastralgie chronique, rhinite ou pharyngite chronique, colopathes
 
- Patients chez qui l’on constate une « impatience des jambes »  ou des ecchymoses.
 
- Patients dépressifs chroniques, insomniaques, hyper-anxieux, ou « fonctionnels »
 
- Et puis tous ces patients toujours  insatisfaits, les « renfrognés chroniques » …