Controlling Japanese barberry helps stop spread of tick-borne diseases

Controlling Japanese barberry helps stop spread of tick-borne diseases

February 23, 2012 By Sheila Foran Controlling Japanese barberry helps stop spread of tick-borne diseasesEnlarge
Tom Worthley reaches for a berry on a Japanese Barberry bush in the UConn Forest near Horsebarn Hill. (Ariel Dowski '14. Credit: CLAS)/UConn Photo
A nature-themed drama is unfolding in a corner of the UConn Forest in Storrs. The story contains elements of surprise as well as a glimpse of the region’s agrarian past.

Make Western blots easier - Cut steps by directly labeling your primary Ab. Just 30 secs hands on. - www.innovabiosciences.com
The protagonist in the drama is the invasive Japanese (Berberis thunbergii), and Tom Worthley, assistant extension professor in the Department of Extension in the College of Agriculture and Natural Resources, provides a couple of interesting twists in the plot as he explains why eliminating the pest will also help control the spread of the tick-borne diseases of Lyme, granulocytic anaplasmosis, and babesiosis.
The UConn Forest as Laboratory
The forest landscape at the edge of the UConn campus replicates that which is found throughout New England. There, Worthley, along with colleagues Scott Williams, adjunct professor in UConn’s Department of Natural Resources and the Environment, and Jeffrey Ward, from the Department of Forestry and Horticulture at the Connecticut Agricultural Experiment Station in New Haven, are studying the problems brought about by the presence of this invasive species.
In a joint project funded in part by an innovation grant from the Natural Resources Conservation Service, part of USDA, the three researchers are attempting to find ways to return the forest ecosystem to its natural state.
Worthley explains that the Japanese Barberry was brought to this country because it is an attractive, hardy plant that requires little maintenance. It is deer-resistant and it thrives in old, abandoned farm fields that have reverted to woods, such as those found in the UConn Forest. For years the plant was considered to be a positive addition to the region’s rural and urban landscape.
Worthley says Barberry was introduced to the United States in 1875 but it wasn’t considered a problem until the 1980s, when it began to spread and take the place of native plants. Now it is found in 31 states. Connecticut is one of 17 states where it adapted to local conditions with such a vengeance that it is now considered invasive.
Adds Ward, “You can see how it crowds out native plants, but it also does something else that’s not so obvious to the casual observer. Most people are surprised to learn that earthworms aren’t native to New England. The Barberry creates a perfect environment for them, and then they eat the leaf litter that’s important in maintaining healthy hydrologic conditions. These worms have big appetites and when the litter layer gets eaten we see gullies forming, sediment washing into streams, soil chemistry changing … all sorts of negatives that you don’t see in a healthy forest ecosystem.”

Maladie de Lyme - Testez vos connaissances sur la maladie de Lyme. Femme Actuelle. - www.FemmeActuelle.fr/Tests
In addition to attracting earthworms, the Barberry creates a perfect, humid environment for ticks. Williams recites the numbers. ”When we measure the presence of ticks carrying the Lyme spirochete (Borrelia burgdorferi) we find 120 infected ticks where Barberry is not contained, 40 ticks per acre where Barberry is contained, and only 10 infected ticks where there is no Barberry.”
Deer are often considered to be the prime source in spreading Lyme disease because they act as hosts to adult ticks; however they are not the only culprit in the forest. Since mice love the Barberry’s habitat as much as the hungry little arachnids do, they are an efficient vector for distributing immature ticks, those in their nymph stage, over a wide area.
And, although the prevalence of B. burgdorferi infection in adult ticks is twice that found in nymphs, it is estimated that nymphs are responsible for 90 percent of human disease transmission. This is due to their abundance, and because they feed in the summer when people are most apt to be involved in outdoor activities.
Putting Fire to Good Use
In order to change the dynamics, Worthley, Williams, and Ward have launched an educational effort that includes instructions for individuals, non-profits, and municipalities on how to get rid of the Barberry. They have given numerous field workshops and dozens of other consultations where they’ve discussed strategies for control, including mechanical mowing with a drum chopper or brush saw, the use of herbicides at appropriate levels, and the use of fire. It is the latter approach that garners the most attention.
Prior to European settlement in North America, low-intensity fires were a relatively common occurrence in upland forests, Worthley explains, and periodic burns were regularly set by Native Americans to control underbrush and stimulate sprout and berry growth.
Most of the native upland forest plant species evolved with fire present in the ecosystem, and developed adaptations to be able to regenerate successfully following low-intensity fires. Some non-native species, such as the Japanese Barberry, are not as well adapted to the presence of fire, so it is thought that the use of fire as a management tool can provide the native species with a competitive advantage.
Using propane torches to simulate the effects of fire, targeting the unwanted plants, is a technique being tried on Barberry. Worthley says that for plants that are up to three feet tall, a propane torch provides an effective, non-chemical alternative where herbicide use is restricted and where Barberry infestations are still light.
“We tell people that a propane torch is a powerful tool, and it’s similar to using a chain saw in terms of the damage it can cause if not used properly,” he says. “We don’t want people setting their woodlands on fire, so a torch should be used only when leaves are damp. Wear hearing protection, wear natural fibers [to avoid melted clothing], and exercise caution.”
Ward notes that since a propane torch is so effective in getting rid of Barberry, it can be a relatively low-cost investment for homeowners who want an herbicide-free way to keep ticks away from their kids and their pets.
Adds Ward, “This is public outreach at its best. It’s an opportunity for us to teach people about the complexity of our ecosystem, while giving them something concrete that they can do to help eliminate a genuine problem. Our research is productive … it has practical applications … and it’s fun, too.”
Provided by University of Connecticut (news : web)

Candidose


La Candidose, une maladie de notre époque


Dr Philippe-Gaston BESSON - Genève
(Extrait du livre : Je me sens mal, mais je ne sais pas pourquoi - Editions Trois Fontaines - Dr Ph G Besson)
Dès notre naissance, nous vivons continuellement dans un univers de microbes, et sommes les hôtes d’une myriade d’agents microbiens avec lesquels nous entretenons chaque jour des relations dites « symbiotiques ». C’est-à-dire que les millions de bactéries et de champignons qui résident dans notre nez, notre bouche et nos gencives, notre gorge, nos poumons, nos intestins ... ne déclenchent chez nous aucun trouble, ne sont responsables d’aucune maladie. Ces micro-organismes font donc partie intégrante de notre vie au même titre que notre nourriture, ou que les innombrables produits chimiques qui nous entourent toujours plus. On a dénombré plus de 400 espèces différentes de microbes (autochtones) vivant normalement dans les intestins d’un individu sain. La plupart d’entre eux participent à un certain nombre de processus physiologiques, comme la dégradation des pigments biliaires, la fabrication de la vitamine K, le frein du développement des levures ou champignons, ou encore l’information immunitaire (par stimulation constante des capteurs immunologiques que sont les plaques de Peyer, localisées tout au long de la paroi de notre intestin).
Cet environnement microbien dans lequel nous baignons sans cesse reste pour nous indifférent tant que notre défense immunitaire est correcte. Il ne commence à nous poser des problèmes que lorsque la résistance de notre organisme se met à décliner. La défense immunitaire est un processus qui englobe un ensemble de mécanismes compliqués qui collaborent dans le but de protéger notre organisme contre l’agression de ces microbes. Un des mécanismes les plus importants de cette défense s’effectue grâce à la destruction des microbes par des cellules spécialisées: les globules blancs. Mais cette défense nécessite également, pour être performante, d’un apport d’acides aminés, de vitamines A, C, B1, B6, B12, biotine, niacinamide, acide panthoténique, ainsi qu’un équilibre minéral satisfaisant. Si un seul de ces éléments vient à faire défaut, la production de globules blancs peut diminuer et la défense liée à ces globules se trouver en défaut. Il existe un autre système de défense qui est liée à la production de certaines protéines. Lorsque notre organisme est correctement nourri, un certain groupe de cellules blanches sont capables de sécréter des protéines particulières que l’on a coutume d’appeler les anticorps. Ces substances qui sont faites de chaînes d’acides aminés, se collent littéralement sur les microbes pour les rendre inoffensifs, et permettre ensuite leur reconnaissance, et leur absorption par les globules blancs. L’invasion de l’organisme par un microbe suscite toujours la production d’anticorps spécifiques dirigés contre ce microbe et pas un autre. Une fois que les cellules blanches ont synthétisé des anticorps spécifiques, elles sont capables de les fabriquer à volonté selon les nécessités de la défense immunitaire, si elles trouvent une concentration suffisante d’acides aminés, de vitamines, de sels minéraux, d’enzymes, et d’oligo-éléments[i]à leur disposition.
Il est donc important de comprendre que la plupart des maladies infectieuses n’arrivent pas parce qu’un microbe déterminé se met subitement à attaquer notre organisme, mais plutôt parce qu’à un moment donné, notre défense immunitaire se trouve déficiente, permettant ainsi l’intrusion d’un microbe, ou le développement d’une forme microbienne à partir de l’organisme. Ce déficit immunitaire est le plus souvent la conséquence directe d’une alimentation erronée qui ne fournit pas à l’organisme la quantité suffisante d’un ou plusieurs éléments nutritionnels que nous avons cité plus haut. Ainsi, une maladie de type infectieux peut survenir lorsque les conditions intérieurs de défense immunitaire s’affaiblissent, et deviennent favorables à sa survenue. Il existe bien sûr d’autres circonstances favorisant le développement d’un type de micro-organisme plutôt qu’un autre et c’est plus particulièrement celles qui concernent le champignon dénommé le plus souvent par le nom de « CANDIDA ALBICANS »[ii]  que nous allons maintenant étudier.
Parmi les centaines d’espèces microbiennes qui habitent normalement notre corps, il existe un champignon microscopique commun, qui est lui aussi normalement présent chez tous les individus. Nous verrons au chapitre suivant la raison pour laquelle on a attribué à la souche la plus souvent rencontrée le qualificatif « Albicans » qui veut dire « blanc ». A l’état normal cette levure vit en commensal sur les muqueuses de nos organes digestifs, dans notre bouche, notre estomac et nos intestins, sans y causer le moindre trouble. On ne le trouve pas sur la peau lorsque celle-ci est saine.
Mais, pour diverses raisons que nous allons voir dans le détail, le champignon peut se développer et être à l’origine d’un certain nombre de troubles. Le développement excessif du candida albicans est effectivement tenu pour responsable d’un nombre important de symptômes dont l’ensemble peut même constituer une véritable maladie. Les organes qui sont alors le plus souvent envahis sont: le tractus gastro-intestinal, l’appareil génito-urinaire, le système endocrinien, le système nerveux, avec dans tous les cas une répercussion sur le système imunitaire. Certaines allergies sont également dues au développement du Candida[iii].
Il est curieux de constater que les multiples aspects que peuvent prendre les symptômes témoignant du développement excessif de notre micro-champignon sont le plus souvent méconnus...! Et pourtant, il faut insister sur le fait que de nombreuses perturbations fonctionnelles de notre santé sont dues au développement excessif ducandida albicans et que nous (les médecins et les thérapeutes) n’y pensons pas suffisamment, ou en tous cas pas assez fréquemment. Les américains ont parlé du "Yeast syndrom" ou syndrome de candidose chronique qui sévit de plus en plus communément. Mais l'ampleur réelle de cette entité clinique a été surtout reconnue aux U.S.A. grâce à la parution de deux livres capitaux sur le sujet: "The Missing Diagnosis"[iv] (Orion Truss) et "The Yeast Connection"[v] (William Crook). Selon les études épidémiologiques les plus récentes, on estime en effet qu’ environ 80 millions de personnes souffrent de candidose chronique et de leurs conséquences aux États-Unis.
Nous verrons que le développement du candida albicans est le plus souvent la conséquence de l’usage répétitif des antibiotiques[vi]. En effet, ceux-ci détruisent la flore intestinale microbienne qui, comme nous l’avons vu, vit en symbiose avec le reste de l’organisme et empêche la multiplication excessive des levures. Lorsque l’utilisation des antibiotiques a commencé à être largement répandue, on a rapidement remarqué une recrudescence des affections par les champignons. Au début, l’habitude avait été prise de prescrire systématiquement des médications anti-fongiques[vii] conjointement aux antibiotiques afin d’éviter ce problème, mais, par la suite, cette pratique a été abandonnée pour des raisons inconnues.
Sans incriminer les traitements médicaux par antibiotiques, eux-même dérivés de cultures d’autres champignons, il faut remarquer que l’usage systématique de ces mêmes antibiotiques dans l’élevage intensif des bovins, et en particulier des veaux, est un des facteurs de promotion important des candidoses chroniques, lié à la consommation régulière de la viande de ces animaux.
En plus de l'utilisation des antibiotiques, le développement excessif du Candida dans le tractus gastro-intestinal peut également être provoqué par l'usage d'autres drogues tels que les corticoïdes, les médicaments anti-ulcéreux, les contraceptifs oraux, ainsi que par la carence des sucs digestifs, ou un excès de sucre dans l'alimentation[viii] .
On doit remarquer que statistiquement, les infections par le candida albicans   touchent plus les femmes que les hommes. A cause des conditions particulières de chaleur et d’humidité qui règnent dans le vagin, celui-ci est l’organe le plus souvent atteint. Mais nombreux sont également les troubles digestifs chroniques qui sont dus au développement du champignon dans le tube digestif et l’intestin. Ceux-ci produisent des agents chimiques toxiques[ix] qui sont responsables de symptômes à distance, tels que prurits anal et cutané, diarrhée chronique, ou constipation opiniâtre, irrégularités menstruelles, règles douloureuses, infections vésicales, fatigue, maux de tête, acné, dépression, anxiété, nervosité, prise de poids inexpliquée, colite, gastrite, oesophagite, gingivite, etc ... Ces symptômes qui sont très variés, sont généralement difficiles à relier à une même origine. De plus, les toxines[x] produites par le champignon perturbent le système immunitaire, permettant ainsi son plus grand développement.
Il faut mettre l’accent sur un syndrome très particulier, qui concerne de nombreuses femmes, et qui est en grande partie la conséquense d’une infection chronique par le candida albicans. Il s’agit, soit de prises de poids inexpliquées, ou excessives par rapport à l’apport alimentaire, soit, de personnes qui, malgré un régime sévère et une attention soutenue, n’arrivent plus à perdre de poids. Après avoir facilement perdu les premiers kilos, elles se trouvent comme bloquées à un poids qui ne varie plus, ou très difficilement.
La première infection par le candida albicans est généralement légère et passagère. Elle peut le plus souvent guérir spontanément, si les défenses immunitaires reprennent rapidement le dessus. Mais chez certaines personnes, l’infection devient récidivante et les rechutes se succèdent. Peu à peu, les symptômes deviennent chroniques et les défenses immunitaires ont été si souvent sollicitées qu’elles tolèrent désormais cette infection chronique, incapable de l’éliminer.
On pourrait penser que l’emploi d’antibiotiques spécifiques aux champignons soit suffisant pour éradiquer rapidement et définitivement cet hôte indésirable lorsqu’il prend une place trop importante dans notre économie interne. Il n’en est rien, car les champignons ont un caractère particulier: la tenacité. Lorsqu’une infection par un champignon se déclare, et prend une ampleur qui devient gênante, le recours à une substance chimique qui lutte contre le développement de ce champignon est souvent indispensable, et son effet est relativement rapide. Mais bien souvent, l’infection revient peu de temps après l’arrêt du traitement. Elle est dite récidivante. Si on continue à la traiter uniquement par un antibiotique, elle prendra rapidement un caractère chronique, répondant de moins en moins à la thérapeutique chimique utilisée seule. Si l’on désire obtenir un résultat durable, on s’aperçoit qu’il est absolument nécessaire d’associer un certain nombre de mesures qui contribueront à maintenir un développement normal des champignons dans l’organisme. L’alimentation, les mesures hygiéniques, et les thérapeutiques naturelles y tiennent une large place. Elles sont indispensables pour obtenir un résultat durable. On doit d’ores et déjà insister sur la nécessité de traitements longs pour venir à bout d’un déséquilibre de notre flore microbienne en faveur des champignons.

Qui est le Candida Albicans ?
Dans la nature, les champignons microscopiques sont des organismes adaptables à des conditions extrêmes. Leur principale fonction est de recycler les débris organiques. Il n’existe probablement aucune substance capable d’éliminer radicalement les champignons. On en retrouve dans l’alcool et même dans des solutions contenant de l’acide sulfurique. Des centaines de milliers d’espèces se développent naturellement, et la plupart sont saprophytes, mais quelques espèces sont parasites et responsables de la destruction de certaines variétés d’arbres comme les ormes. Des champignons thermophyles sont rencontrés dans certaines grottes à des températures pouvant atteindre jusqu’à 50° ou plus; à l’inverse, des champignons cryophiles vivent sur les glaciers dans l’Antarctique.
Les champignons comprennent les levures et les moisissures. Les levures sont des champignons unicellulaires dont les dimensions sont de 4 à 6 µ. Leur multiplication est rapide dans un milieu riche en sucre ou en amidon, et elles peuvent plus facilement croître en milieu acide (pH voisin de 4). Les moisissures croissent à partir d’une graine (spore) qui pousse, s’étire en longs filaments (appelés les hyphes), dont la configuration finale est connue sous le nom de mycélium.
On connaît 9 espèces de candidas, dont 6 peuvent être impliquées dans la pathologie humaine[xi]. Le candida albicans, qui nous intéresse ici, est donc une levure saprophyte[xii] des muqueuses qui se reproduit par bourgeonnement cellulaire asexué. Une cellule-mère peut former de nombreux bourgeons dans diverses directions. Lorsqu’un bourgeon est assez gros, il s’étrangle et se sépare de la cellule-mère pour former une cellule-fille. La paroi cellulaire conserve une petite cicatrice. On trouve à l’état normal le candida albicans aussi bien sur la peau que sur les muqueuses des individus sains. Ceci explique qu’on puisse le rencontrer en faible abondance, dans les cavités buccales, les muqueuses génitales et l’intestin de tout individu. Toutefois, aucun symptôme n’est lié à sa présence. Candida albicans fait partie, en particulier, des composants normaux de la flore intestinale. 
Le candida albicans a la particularité de pouvoir passer de la forme levure (cellules arrondies ou ovoïdes, groupées en petits amas) à la forme de moisissure (les cellules s’allongent alors et se développent  pour prendre l’aspect de filaments, de pseudo-hyphes, de pseudo-mycéliums), et vice versa. Grâce à ce dimorphisme, il se soustrait aux mécanismes de défense liés à l’immunité cellulaire. Rarement une seule forme existe. On peut dire que la forme levure est la forme saprophyte, et vit en symbiose avec l’organisme hôte, alors que la forme moisissure mycélienne est la forme parasite et donc pathogène et susceptible de provoquer des symptômes. Lors du passage d’une forme à l’autre, le champignon subit des modifications de forme et de synthèses enzymatiques qui correspondent en fait à une adaptation de survie à un milieu devenu défavorable.
Alors que la forme levure est non-invasive, la forme mycélienne (qui est l’aspect que prend la moisissure) est capable de pénétrer la muqueuse. Au niveau de la muqueuse gastrique et intestinale par exemple, elle est capable de s’infiltrer jusqu’au vaisseaux sanguins et lymphatiques profonds et de permettre ainsi la pénétration sanguine de nombreuses substances intestinales dont la plupart sont antigéniques[xiii]. De plus les candidas sécrètent de nombreuses toxines. On connait en effet 79 substances chimiques différentes sécrétées par les différentes espèces de candida albicans. Chaque espèce de candida albicans pouvant en sécréter environ 35 différentes.
Cette capacité particulière de transformation et de sécrétion provoque une confusion de notre système de défense qui cherche à repérer les formes et à identifier les toxines. Devant un adversaire si versatile, le nombre d’anticorps fabriqués vis-à-vis des nombreuses toxines est important, mais devient rapidement inutile. Par contre, cet excès d’anticorps provoque l’apparition de syndromes allergiques. Le sujet atteint se met à devenir intolérant aux parfums, aux produits de nettoyage, aux odeurs de peinture ou d’essence, à la fumée de cigarette, aux anesthésiques locaux, au soleil....
Il est important de distinguer deux stades de l’agression par le Candida Albicans. 
 Le stade digestif
Ce que l’on appelle généralement le « réservoir de germes » est situé, pour le Candida Albicans, dans le tube digestif. Le Candida est donc un hôte normal de notre système digestif. Il s’y trouve toujours en très petit nombre, et ne provoque aucun symptôme spécifique. Un certain nombre de facteurs prédisposants, qui sont des situations ou des comportements, provoquent de développement sélectif du Candida Albicans dans le tube digestif. Ces facteurs prédiposants sont les suivants :
         1.    Grossesse unique ou multiple (pendant le temps de la grossesse).
2.    Prise de pilule contraceptive.
3.    Traitement par des corticoïdes.
4.    Traitements par des antibiotiques, en particulier ceux du type Tétracycline, et Pénicilline.
5.    Chimiothérapie anti-cancéreuse, radiothérapie, maladies chroniques longues et débilitantes, malnutrition chronique, pose cathéters à demeure.
6.    Suralimentation.
7.    Alimentation riche en sucreries, en fruits citriques, en sodas, surtout en sucres rapides raffinés.
C’est tout d’abord la reconnaissance de facteurs de risques, dans les antécédents de la personne concernée, qui peuvent être responsables du développement anormal du candida albicans, qui oriente vers le diagnostic de mycose digestive. A ce stade de la maladie, il n’y a pas d’autre test réellement véritable permettant un diagnostic valable. La recherche du champignon dans les selles (coproculture) peut apporter une confirmation, mais cette recherche peut rester négative (faux négatifs), et n’est pas un facteur d’exclusion.
C’est donc au niveau de l’estomac et des intestins que se multiplient les candidas, le tube digestif constituant le plus important réservoir de candida albicans. Ils y provoquent des troubles digestifs chroniques: aigreurs, douleurs oesophagiennes, douleurs d’estomac, sensations d’être rassasié dès les premières bouchées, gaz, ballonnements, diarrhées, constipations. Le ventre se met à gonfler dès que l'on a mangé, obligeant à dégrafer la jupe, ou à desserrer la ceinture. La colite intestinale constitue sans doute le symptôme le plus fréquent et probablement le plus banal en cas de candidose chronique.
Dans un deuxième temps, le champignon migre hors du tube digestif, et provoque des troubles principalement cutanés, et des troubles des muqueuses :
Vers le haut du tractus digestif, la migration provoquera du muguet, des eczémas mycosiques du cou, du cuir chevelu (un grand nombre de chute de cheveux sont dus à un eczéma mycosique du cuir chevelu), un eczéma des aisselles, de la poitrine.
Vers le bas du tractus digestif, la migration sera responsable d’eczéma péri-anal. Le rectum semble être le réservoir le plus probable pour une infection du vagin, lors de vaginite à candida albicans. Il est en effet fréquent d’isoler le champignon au niveau du rectum des femmes atteintes de cette affection. Chez l’homme au contraire, la balanite mycosique est plutôt secondaire à une contagion après un rapport sexuel. Les mycoses des pieds et des ongles des doigts de pied sont également toujours secondaires à un développement trop important du champignon dans le tube digestif.
Le traitement comporte plusieurs aspects. Il est en effet impératif d’associer au traitement local, un traitement du tube digestif ainsi qu’un traitement alimentaire et un traitement général sous peine de voir l’eczéma mycosique ou la vaginite prendre un caractère récidivant.

TRAITEMENT LOCAL
Il est ici possible d’utiliser une crème pour les eczémas cutanée, ou des ovules gynécologiques pour les vaginites mycosiques. Les préparations pharmaceutiques (qu’elles soient chimiques ou naturelles) sont nombreuses, et efficaces sur les lésions locales. Mais, si ce traitement est indispensable pour traiter les poussées de candidose cutanéo-muqueuses, il reste insuffisant pour régler le problème de fond.

TRAITEMENT GENERAL
Le traitement général de la candidose chronique va donc tendre à réduire les facteurs de promotion de la croissance du champignon. Dans cette perspective, quatre points vont être particulièrement importants lors de la prise en charge thérapeutique:

Point 1
Un régime strictement suivi pendant toute la période du traitement, et même après.
Point 2
Un programme thérapeutique dirigé contre les candidas.
Point 3
Un traitement de terrain avec les isopathique Sanum
Point 3
Des mesures contribuant à rétablir une hygiène intestinale correcte.

Il faut d’ores et déjà insister sur le fait que tout traitement des candidoses chroniques doit être poursuivi fidèlement pendant plusieurs mois pour obtenir des résultats durables. L’alimentation surtout, une fois corrigée, ne doit pas à nouveau se dégrader et revenir aux anciennes habitudes d’excès de sucres sous peine de rechutes.
Point 1 : Le régime alimentaire:
La correction de l’alimentation est un des aspects les plus importants du traitement de fond des candidoses chroniques. Ce régime doit éliminer le sucre raffiné, et certains autres sucres tels que le fructose, le sucrose, les jus de fruits citriques, le miel, le sirop d'érable car le candida se développe dans un milieu riche en sucre. Le but de ce régime est de carencer le candida. Les levures sont capables de fermenter les sucres alimentaires[xiv], et la plupart des sucres favorisent la croissance des levures[xv] (sucrose, glucose, lactose, maltose, fructose...). L’élimination des amidons céréaliers est également un point important du traitement, en particulier les graines conduisant à la production de maltose[xvi]. C’est en effet le sucre sur lequel le candida se développe le mieux. Ils doivent donc tous être évités avec soin pendant le régime. Certains auteurs autorisent les fruits dans le régime alimentaire anti-candida, mais l'expérience prouve qu'il est préférable de les éliminer totalement.
Doivent également être évités les aliments contenant une teneur importante en levure ou en moisissures comme le pain et les fromages, les boissons alcooliques, les fruits secs, les cacahuètes.
Le lait et les produits laitiers doivent être évités à cause de leur haute teneur en lactose qui est le sucre du lait, et la présence fréquente d'antibiotiques.
De même, tous les allergènes connus doivent être éliminés, car les allergies affaiblissent le système immunitaire, ce qui offre un environnement plus propice pour le développement du champignon.
Les autres aliments peuvent être consommés librement, y compris les légumes, les aliments pourvoyeurs de protéines (légumineuses, viande, poulet, poisson), et les céréales complètes. Certains fruits sont cependant permis: pommes, cerises, toutes les baies, poires.
Un aliment particulièrement bon pour lutter contre les candidas est l'ail, qui a montré une activité fongicide sur un grand nombre de souches de champignons[xvii]. L'ail est particulièrement active sur le candida albicans, beaucoup plus que la nystatine, le violet de gentiane, et 6 autres antifongiques connus[xviii].
Le régime type
Eviter le contact de tous les allergènes alimentaires connus.
Les aliments qui peuvent être consommés librement sont les légumes (exceptés ceux qui ont été cités précédemment), les sources habituelles de protéines (légumineuses, viande, poulet, poisson, dinde...) ainsi que les céréales complètes (en évitant toutefois celles trop riches en gluten comme le blé et le seigle).
 SUCRES:
Eviter les aliments riches en hydrates de carbone, en sucre raffiné (sucrose, fructose), les jus de fruits citriques, le miel, le sirop d'érable, les fruits secs, les fruits en général à l'exception des pommes, cerises, toutes les baies, poires
Limiter la consommation de légumes riches en hydrates de carbone comme les pommes de terre, le maïs, le panais
 ALCOOLS
Eviter l'alcool, les melons, les cacahuètes, les noix, le chocolat, le jambon, les pickles, les boissons pétillantes, les tomates.
FERMENTS
Eviter les aliments contenant des levures, ou des moisissures, ou des ferments comme le pain, les fromages fermentés, les champignons crus, le vinaigre, les boissons fermentées (bière, cidre...), la sauce soja, le tamari, les yogourths
 CEREALES RICHES EN GLUTEN
Blé, Seigle, Avoine, Orge, Epautre
Malgré son appellation courante de blé noir, le sarrasin n'est pas une graminée, et n'est pas une espèce du genre Triticum (genre regroupant les variétés de blé). Il est dépourvu de gluten, ce qui le rend difficile à utiliser en panification ou pour la confection des pâtes. Il est utilisable dans la confection de produits destinés aux personnes intolérantes au gluten.
 FRUITS
Eviter la consommation d'agrumes riches en acide citriques (citrons, oranges, pamplemousses, ananas, citrons verts) qui sont fortement alcalinisants, et favorisent le développement des candidas. Sont permis les fruits rouges, les poires et les pommes.
 FROMAGES
Eviter le lait et les produits laitiers qui contiennent du lactose et souvent des antibiotiques, sauf le fromage blanc.

Point 2 :  Les substances « anti-candida » pour le tube digestif:
 Acide Caprylique:
L'acide caprylique, qui est un acide gras naturel, a été signalé comme étant un anti-fongique efficace pour le traitement des candidoses chroniques[xix]. Il est nécessaire cependant d'employer une forme retard qui ralentit son absorption intestinale normalement trop rapide[xx], et permet un délitement plus lent au long du transit intestinal.
Ail:
L'ail s'est révélé être un puissant anti-fongique naturel contre une grande variété de champignons. L'ail est particulièrement efficace contre le candida albicans, bien plus que ne le sont les anti-fongiques synthétiques chimiques[xxi].
Berberis vulgaris:
L'épine-vinette a été utilisée en tant qu'anti-diarrhéique efficace, et en tant qu'agent anti-infectieux dans les médecines traditionnelles. Son action thérapeutique est due à sa forte concentration en un alcalcïde: la berberine. L'activité antibiotique et anti-fongique de cet alcaloïde est très documentée[xxii]. C'est un agent antimicrobien contre une grande quantité de micro-organismes dont le candida albicans. Son action sur le candida est semblable à son action sur les bactéries. Elle empêche en particulier le développement du candida qui survient normalement après un traitement par antibiotiques. EIle a une puissante action de normalisation du contenu bactérien de l'intestin, en agissant à la fois sur les bactéries pathogènes et sur les champignons.
La diarrhée est un symptôme fréquent chez les sujets porteurs d'une candidose chronique. La berberine a une activité antidiarrhéïque remarquable même dans les cas sévères. Elle a montré des résultats cliniques incontestables dans les cas de gastro-entérites sévères de diverses origines: cholera, amibiase, giardiase, entérites à colibacilles, à klebsielles ou à shigellae, salmonellose, et également dans les cas de diarrhée à candidose intestinale.
Un autre symptôme commun chez les patients porteurs de candidose chronique est un affaiblissement des fonctions immunitaires. La berberine est dans ces cas très utile par son activité immuno-stimulante. Son action la plus caractéristique sur ce plan concerne la rate dont elle renforce l'activité, et contribue ainsi a augmenter l'activité immunitaire du système réticulo-endothélial[xxiii]. La berberine a également montré une action sur les macrophages[xxiv]qui luttent contre le développement des virus, des cellules tumorales, des champignons, et bactéries.
D'autres plantes contiennent également de la berberine: HYDRASTIS CANADENSIS et BERBERIS AQUIFOLIUM.
Pau d'Arco: (Lapacho)
Cette plante sud-américaine est connue depuis longtemps dans la médecine traditionnelle et est utilisée dans le traitement des infections et du cancer. La plupart de ses activités sont dues à la présence d'un alcaloïde particulier: le lapachol. Il est considéré comme l'un des agents naturels anti-tumoraux les plus puissants. La plante contient un autre composé appelé la xyloidine qui, associée au lapachol possède une activité anti-fongique notoire[xxv]
Matricaria Chamomilla:
La camomille allemande contient plusieurs composés qui détruisent le candida. Elle est traditionnellement utilisée pour les colites, les diarrhées, les indigestions qui sont des symptômes de candidose chronique[xxvi].
Echinacea Purpurea:
Une étude comparative a été réalisée en utilisant un extrait de Echinacea Purpurea comme agent immuno-stimulant afin de tester la fréquence de récidive des mycoses chroniques et récidivantes à candida albicans[xxvii].L’étude a été menée par contrôle de l’immunité à médiation cellulaire grâce à des multitests Mérieux™. L’extrait de plante a été administré par voie intra-musculaire et en gouttes buvables. Déjà après deux semaines de traitement, on constate dans le groupe traité une augmentation statistiquement significative des lymphocytes T, et après 10 semaines de traitement, une réduction notoire du pourcentage des candidoses récidivantes par rapport au groupe témoin.
Extrait de pépin de pamplemousse :
Il s’agit d’un extrait concentré qui s’utilise en très petites quantités (2 à 3 gouttes par jour) et qui permet de nettoyer le tube digestif des candidas qui se sont développés en excès.
Epices:
Certains épices tels que le Gingembre, le Cinnamonum, le Thym, la Mélisse, le Romarin contiennent des substances à activité fongicides[xxviii].
Consciente de l'importance de ce problème, la FONDATION KOUSMINE a élaboré MYCOKYL, mélange d'ail, de feuilles d'olivier, thym, romarin, et d'extrait de pépin de pamplemousse.

Les 10 recommandations de l'Ilads pour éviter la maladie de Lyme chronique.

Samedi 18 février 2012
TOP TEN TIPS TO PREVENT CHRONIC LYME DISEASE
by THE INTERNATIONAL LYME AND ASSOCIATED DISEASES SOCIETY

Chronic Lyme disease patients may face a long hard fight to wellness. People with chronic Lyme can have many debilitating symptoms, including severe fatigue, anxiety, headaches, and joint pain. 

Without proper treatment, chronic Lyme patients have a poorer quality of life than patients with diabetes or a heart condition.

The fact is Lyme is a complex disease that can be highly difficult to diagnose. Reliable diagnostic tests are not yet available which leaves many—patients and physicians alike—relying on the so called "telltale signs" of Lyme disease: discovery of a tick on the skin, a bull's eye rash, and possibly joint pain. However, ILADS research indicates that only 50%-60% of patients recall a tick bite; the rash is reported in only 35% to 60% of patients; and joint swelling typically occurs in only 20% to 30% of patients. Given the prevalent use of over the counter anti-inflammatory medications such as Ibuprofen, joint inflammation is often masked.

Based on these statistics, a significant number people who contract Lyme disease are misdiagnosed during the early stages, leading to a chronic form of the disease which can prove even more difficult to diagnose and treat. Lyme disease is often referred to as the "great imitator" because it mimics other conditions, often causing patients to suffer a complicated maze of doctors in search of appropriate treatment. ILADS is committed to the prevention of chronic Lyme disease. The following tips are designed to offer guidance and minimize the risk of contracting chronic Lyme disease.

1. Know that Lyme disease is a nationwide problem
Contrary to popular belief, Lyme disease is not just an "East Coast" problem. In fact, in the last ten years, ticks known to carry Lyme disease have been identified in all 50 states and worldwide. Although the black legged tick is considered the traditional source of Lyme disease, new tick species such as the Lonestar tick and a pacific coast tick, have been found to carry Borrelia burgdorferi, the corkscrew-shaped bacterium that causes Lyme disease.

Avoiding a tick bite remains the first step in preventing chronic Lyme disease. One needn't have been "hiking in the woods" in order to be bitten by a tick. There can be ticks wherever there is grass or vegetation, and tick bites can happen any time of year. Spraying one' s clothes with DEET-containing insecticide, wearing long sleeves and long pants, and "tucking pants into socks" , continue to be the best ways to avoid ticks attaching to the skin. But don't forget the post-walk body check.
2.Check your tick facts
Ticks can vary in size from a poppy-seed size nymphal tick to a sesame-seed size adult tick. The ticks can carry other infectious agents besides the spirochete that causes Lyme disease, including Ehrlichia, Anaplamosis, Babesia, and Bartonella. Lyme disease can sometimes be hard to cure if these other infections are not treated at the same time.

3.Show your doctor every rash
The bull's eye rash is the most famous, but there are many other types of rashes associated with Lyme disease. In fact, Lyme disease rashes can be mistaken for spider bites or skin infections. Take photos and make sure a medical professional sees the rash before it fades.

4.Don't assume that you can't have Lyme disease if you don 't have a rash
Lyme disease is difficult to diagnose without a rash, Bell's palsy, arthritis, or meningitis, but you can still have Lyme and not have any of those signs or symptoms. Many people react differently to the infection and experience fatigue, headaches, irritability, anxiety, crying, sleep disturbance, poor memory and concentration, chest pain, palpitations, lightheadedness, joint pain, numbness and tingling.

5.Do not rely on test results
Currently there is no reliable test to determine if someone has contracted Lyme disease or is cured of it. False positives and false negatives often occur, though false negatives are far more common. In fact, some studies indicate up to 50% of the patients tested for Lyme disease receive false negative results. As a result, the CDC relies on physicians to make a clinical diagnosis based on a patient's symptoms, health history, and exposure risks. Doctors who are experienced in recognizing Lyme disease will treat when symptoms typical of the illness are present, even without a positive test, in an effort to prevent the development of chronic Lyme disease.

6.Be aware of similar conditions
Chronic Lyme disease is called the "great imitator" because it is often misdiagnosed as another condition such as Multiple Sclerosis, Fibromyalgia, chronic fatigue, or anxiety. Misdiagnosis is a common experience for patients with chronic Lyme disease. Treatments that work for these other illnesses are not appropriate for treating Lyme disease. Currently, the only effective treatment for Lyme disease is antibiotics. Ask your doctor to carefully evaluate you for Lyme disease even if your tests are negative.

7."Wait and See" approach to treatment may be risky
Up to fifty percent of ticks in Lyme-endemic areas are infected with Lyme or other tick-borne diseases. With odds like that, if you have proof or a high suspicion that you've been bitten by a tick, taking a "wait and see" approach to deciding whether to treat the disease has risks. The onset of Lyme disease symptoms can be easily overlooked or mistaken for other illnesses. Once symptoms are more evident the disease may have already entered the central nervous system, and could be hard to cure. This is one case in which an ounce of prevention really is worth a pound of cure.

8.Don't be afraid to get a second opinion
Recognize that opinions on how to diagnose and treat Lyme disease vary widely among physicians. It is worth getting a second or even a third opinion, especially if you are symptomatic and your doctor advises not to treat, or symptoms recur or persist after treatment. Keep in mind that your physician may focus too narrowly on diagnosing and treating a single symptom. For example, a physician may diagnose a pain in your knee as "arthritis", and not see this as just one part of a larger set of symptoms that adds up to a diagnosis of Lyme disease, which requires different treatment.

9.Know your treatment options
Work with your doctor to identify the appropriate treatment option if your symptoms persist. There is more than one type of antibiotic available. Longer treatment is also an option. You should also work with your doctor to make sure you don't have another condition.

10.Expect success
You should expect to get better. You should not accept "watchful waiting" - the practice of stopping antibiotic treatment before you are well and then waiting for symptoms to clear on their own. Some doctors advocate stopping Lyme treatment while the patient is still symptomatic and then hoping that he or she will eventually recover without further treatment. Government trials have identified a number of individuals whose symptoms did not clear when treatment was cut off prematurely. There are doctors who feel your symptoms will clear with further antibiotic treatment.

About ILADS
ILADS is a nonprofit, international, multidisciplinary medical society, dedicated to the diagnosis and appropriate treatment of Lyme and its associated diseases. ILADS promotes understanding of tick"borne diseases through research and education and strongly supports physicians and other health care professionals dedicated to advancing the standard of care for Lyme and its associated diseases.

lyme expliqué en vidéo

http://www.youtube.com/watch?v=pjfxwASXYwA&feature=player_embedded



lyme expliqué en vidéo

nutrivital

http://www.nutrivital.eu/

lyme : que manger ?

Eviter sucres et gluten !

http://infectiousoptimism.blogspot.com/2012/02/step-away-from-loaf-of-bread.html

nutrinet santé : inscrivez vous !



Cher(e) Nutrinaute,

L'étude NutriNet-Santé compte aujourd'hui plus de 215 000 internautes inscrits.

Participez à la nouvelle campagne de recrutement !

A partir du 31 janvier 2012 et durant tout le mois de février, les chercheurs de l'étude NutriNet-Santé lancent un nouvel appel au volontariat !

Contribuez à trouver encore plus de participants (de tous âges, de tous niveaux socio-économiques, de toutes régions, bien portants ou malades), qui accepteront de consacrer un peu de leur temps par Internet (15-20 minutes par mois) pour les aider à atteindre leurs objectifs : améliorer les connaissances en nutrition afin de déboucher sur des recommandations scientifiquement valides.

Parlez-en autour de vous ! Informez vos collègues, amis, voisins et famille de cette recherche d'intérêt collectif qui sera utile à court et à long terme pour l'ensemble des consommateurs et pour les générations futures.

Pour leur faire connaître l'étude, pensez à la page Facebook de l'étude ou encore à la rubrique "Parrainer un ami" de votre Espace personnel de Nutrinaute !
Pendant cette grande campagne de recrutement de février 2012, relayez les messages des chercheurs : "Participez à une grande aventure scientifique ! Devenez un acteur de la recherche en nutrition ! Contribuez à fournir aux chercheurs les éléments pour améliorer le contenu de nos assiettes !" et invitez vos connaissances à rejoindre la communauté des Nutrinautes en s'inscrivant sur le site www.etude-nutrinet-sante.fr

Faites passer le message et aidez les chercheurs à atteindre les 500 000 Nutrinautes !

Merci d'avance à tous ! Nous comptons sur vous !

Télécharger le communiqué de presse du 31/01/2012

Borrelia

une réflexion trouvée sur internet

Borrelia, genre de bactérie causant la maladie de Lyme, produit des substances (protéines) qui ressemblent à des protéines du système nerveux. Ainsi, en réagissant contre ces protéines bactériennes, il se peut que le système immunitaire agisse simultanément contre les protéines humaines. C'est-à-dire que la maladie de Lyme déclencherait une maladie auto-immunitaire dégénérative, du genre de la sclérose en plaques.

infections à mycobactéries :Dr Philippe BOTTERO

  après un traitement d'antibiotiques prolongé avec le Dr Bottéro , je suis en mesure de dire que mon état s'améliore petit à petit et je vais mieux , même si je n'ai pas retrouvé toutes mes facultés

il faudra certainement encore plusieurs mois d'antibiotiques et de détoxification car un lyme chronique est très difficile à soigner

 

infections à mycobactéries :Dr Philippe BOTTERO

Dimanche 13 février 2011 7 13 /02 /Fév /2011 10:24
Philippe BOTTERO
Depuis presque trente ans le Docteur BOTTERO travaille sur l’influence des  infections à mycobactéries dans des pathologies chroniques telles que les syndromes de fatigue chronique.

Il publia en 1980 :

Chronic Fatigue Syndrome : Clinical Reviews and Clinical Advances. Journal of Chronic Fatigue Syndrome, Volume 6, Number ¾  2000. Haworth Medical Press.
Vous trouverez ce texte en tapant “Philippe Bottero” sur Google.
Nous sommes heureux qu’il nous fasse partager son expérience personnelle de plus de trente années de pratique médicale dans ce domaine.
Voici le travail qu’il nous a fait parvenir :
PATHOLOGIES CHRONIQUES ASSOCIEES A LA PERSISTANCE D’AGENTS INFECTIEUX ESSENTIELLEMENT BACTERIENS.  HISTORIQUE, DIAGNOSTIC, EPIDEMIOLOGIE, TRAITEMENT, IMMUNOLOGIE,  DONNEES ACTUELLES
Par
Le Docteur Philippe Bottero, membre du Collège international de Rickettsiologie (1987), membre de l’Association Américaine pour L’Avancement de la Science (USA 2000), de l’American Chemical Society (2006), de l’Académie des Sciences de New York (USA 2007),  membre associé de Charles Darwin Society (2009).
           En 1987 j’ai présenté un article concernant des psychopathologies chroniques diverses associées à la persistance de rickettsies et germes similaires (chlamydiae) : 60 cas, 55 bons à très bons résultats, mais recul du temps nécessaire.  Je décrivais tous les symptômes du syndrome de fatigue chronique et de la fibromyalgie.  En 1987 ces maladies étaient nommées psychasthénies, neurasthénies ou désordres psychosomatiques.  En page 2 je suggérais que Borrelia burgdorferi (maladie de Lyme) était un possible agent étiologique isolé ou associé aux rickettsies/chlamydias (Acta mediterranea di Patologia infettiva e tropicale, 1987).

           En 1960 P. Loo et J. Menier publiaient des articles dans les annales de Médecine psychologique au sujet des maladies neuropsychiatriques associées aux rickettsies/chlamydias, ainsi que la psychose bipolaire.

           Plus tard P. Giroud (professeur à l’Institut Pasteur) et J.B. Jadin (professeur à l’Institut Prince Léopold, Anvers, Belgique) décrivaient dans les années 1980 des maladies associées à la persistance de protozoaires, virus et bactéries.

           En 1991 le Professeur J.B. Jadin et moi-même avons formé sa fille le Docteur Cécile Jadin.

           Fin 2006, rencontre avec le Dr Philippe Raymond, qui se forme au diagnostic de ces maladies chroniques et leur traitement.

           Publications personnelles ultérieures : Compte rendu de meetings internationaux :  Australie 1998-1999 Belgique 1999 et Journal du syndrome de fatigue chronique (2000). USA  p. 147-170 contenant une réimpression de l’article de 1987.

           J’ai été formé par le médecin militaire le Colonel P. Le Gac et le Professeur J.B. Jadin (Belgique) qui m’ont montré la voie.

           Je ne rappellerai pas ici les symptômes bien connus du syndrome de fatigue chronique et de la fibromyalgie (exposés en 1987).

           La présence de symptômes de type vasculaire aide au diagnostic de toutes les formes chroniques associées à ces bactéries.


           L’impact vasculaire des rickettsies, chlamydias et borrelias doit être souligné :  vascularités chroniques obstructives ; inflammatoires ; sécrétions de toxines vasoconstrictives (chlamydias et rickettsies : Levaditi, Weissman).  Conséquence : mauvaise nutrition cellulaire et anoxie ; multiplicité des anomalies biochimiques induites pouvant elles-mêmes créer des toxines nocives (cercle vicieux).

           Les symptômes de type vasculaire (décrits en 1987) sont :  malaise au changement de position, bouffées de chaleur, refroidissement des extrémités (permanent ou intermittent) avec hypersensibilité au froid, troubles du rythme cardiaque, problèmes de concentration intellectuelle de mémoire, de langage ; acouphènes ; migraines de type vasculaire ou autre ; hématomes spontanés (chez les femmes surtout) ; mouches volantes ; éclairs lumineux ; éclipses visuelles ; syndrome de Raynaud ; cyanose des extrémités ; éclipses auditives; excès de transpiration ; mauvais sommeil (irrigation déficiente des centres réglant le sommeil ?)..
Par ailleurs, il semble que les apnées du sommeil soient très fréquentes dans le syndrome de fatigue chronique et de la fibromyalgie, peut-être par mauvaise irrigation de centres cérébraux, du contrôle de la respiration et un apport d’oxygène peut être utile.

Epidémiologie :  morsures de tiques (chlamydias ; rickettsies ; Lyme ; mycoplasmes ; babesias, etc.), contact avec les animaux de tous types et avec les oiseaux ; professions exposées ; vacances à la ferme ; consommation de lait cru ; randonnées en forêt (tiques) ; voyages en régions d’endémie ; poussières infectantes :  les principales rickettsies sont : R. rickettsii (Rocky Mountain spotted fever) ; R. conorii ; R. typhii ; R. prowazeckii ; C. burnettii, sans oublier R. orientalis et R. pijperii ; les bartonelloses et Ehrlichioses étaient classées autrefois parmi les rickettsies. A signaler que les mycoplasmes, aussi impliquées, sont très proches des Ehrlichioses (Nicolson, USA) qui parle aussi de la possibilité de réactions sérologiques croisées.  A signaler que la parenté génétique des chlamydias (ex neo-rickettsies) et des rickettsies est de 99% d’où des réactions sérologiques croisées possibles (publications US).

           Les principales chlamydias sont pneumoniae (fréquentes chez l’homme), psittaci, trachomatis (fréquente chez l’homme), pecorum.  Les mycoplasmes ont de nombreuses espèces bien adaptées à l’homme. 

           Test sérologique : réaction de micro-agglutination sur lame de Giroud utilisant des antigènes cultivés sur œufs embryonnés et poumons de cobaye pour les chlamydia et les rickettsies (très sensible).
                     
           Actuellement en IFI :  IgG ; IgM et quelquefois IgA pour les rickettsies, les chlamydias et les mycoplasmes ; pour les Borrelias : IgG ; IgM et Western Blot.

           Les réactions de Giroud sur les formes chroniques montraient très souvent des négativations intermittentes et l’apparition de nouvelles positivités.

           En France pour mes patients SFC/fibromyalgie les sérologies sont souvent positives pour les  chlamydias et les mycoplasmes à bas taux, mais non pour les borrelias et assez souvent pour les rickettsies, surtout C. burnettii et R. conorii.  Par contre, dans les formes chroniques récentes les taux peuvent être plus élevés avec présence d’IgM et/ou d’IgA. Dans les formes anciennes il ne faut pas s’attendre à des taux élevés (explication ultérieure).  Certaines formes sont séronégatives et répondent cependant bien aux antibiotiques.
                     
           Le test de Giroud si négatif au départ se positivait après la 1ère cure d’antibiotiques dans 60% des cas, selon Le Gac.

           Bien entendu, pour le SFC/fibromyalgie il faut éliminer les autres causes du fatigue.

           Etude de cas : depuis 1984 j’ai traité 8 cas de schizophrénie dont les symptômes étaient anciens de 2 à 20 ans.  Résultats :  5 très bons ; 1 bon, 2 échecs.  Durée du traitement : 6 mois à 4 ans.  Enfin 4 autres patients ont arrêté leur traitement avant 6 mois ; 2 bons résultats, 2 échecs.

           De 1990 à 1998 :  12 enfants hyperactifs ont été traités ; ancienneté des symptômes : 1 mois à 8 ans ;  résultats : 9 très bons ; 1 bon ; 2 patients ont arrêté leur traitement avant 6 mois :  1 bon résultat, 1 échec.

           A présent avec le Dr Raymond nous soignons 4 enfants « Borderline ».  Symptômes : agressivité ; problèmes cognitifs ; troubles de la communication ; retard scolaire : dysarthrie ; dyslexie ; dysarthographie.  Après quelques mois de traitement : très bons résultats.

           De 1981 à 1998 j’ai sélectionné 67 patients SFC/fibromyalgie malades depuis plus de 2 ans ;  certains très anciens dans la maladie.  Résultats : 78% bons à très bons résultats ; 5% assez bons après 6 mois de traitement.

           En effet nous savons que 40 à 60% des cas récents « guérissent » spontanément dans un délai de 2 ans.

           Meilleurs résultats à 6 mois pour C. Jadin (Afrique du Sud) ~ 90% mais elle est contactée dans l’ensemble beaucoup plus tôt.

           Durant la même période (1981 à 1998) 59 patients proches du SFC/ fibromyalgie (formes frontières, dites psychosomatiques) ont été traités ;  à 6 mois 78% de bons à très bons résultats ;  là aussi association à des symptômes d’allure vasculaire. 

           Concernant le SFC/fibromyalgie, s’il s’agit de formes anciennes, s’il n’y a aucun résultat ou des progrès insuffisants à 9 mois, il faut rechercher une maladie de Lyme associée :  sérologies faussement négatives, sérologies négatives par masquage antigénique (Burrascano, USA),  comme j’ai pu le constater.

           Autisme : en 1989 j’ai traité un enfant autiste de 12 ans atteint depuis 11 ans ; la sérologie était positive au départ pour certaines variétés de rickettsie ; il existait associés des symptômes d’allure vasculaire ; il s’agissait d’une forme moyenne ; le traitement a duré 14 mois.  Tous les symptômes majeurs ont été très améliorés, y compris la fatigue et l’hypotonie.  Pour l’autisme s’il y a échec à 6 mois, traiter une maladie de Lyme cachée, associée.

           2ème cas traité en 2005 :  guérison clinique actuelle.

           Actuellement avec le Dr Raymond (fin octobre 2009), nous traitons 31 cas, 22 par le Docteur Raymond et 9 pour ce qui me concerne, y compris les cas sus décrits :  28 résultats positifs ; 2 échecs ; 1 arrêt de traitement pour intolérance.  Dans ma série : 1 patient de 29 ans, malade depuis l’âge de 1 an ;  lentement et progressivement amélioré par antibiothérapie prolongée :  plus de 2 ans ;  1 autre patient âgée de 19 ans, autiste depuis plus de 18 ans, considérablement amélioré à 2 ans.  Le Dr Raymond vous décrira les principaux symptômes observés parmi lesquels il faut inclure des symptômes vasculaires quand l'interrogatoire, difficile, est possible.

           Depuis 2000 le Professeur Garth Nicolson, qui a mes publications, a confirmé l’origine infectieuse de l’autisme et du syndrome d’hyperactivité versus contrôle.  Ces patients ont une charge mycoplasmique détectée par PCR très supérieure au groupe témoin p<0,001 (Proceedings Mind of a Child conference, Sydney, Australie, 2002).  En 2003 le Professeur Nicolson a validé l’efficacité des antibiotiques dans ces indications versus traitements traditionnels.

           Concernant d’autres pathologies j’ai traité un petit nombre de colopathes chroniques de migraineux rebelles aux thérapeutiques habituelles et de dépressifs endogènes :  excellent résultat ;  là aussi symptômes vasculaires associés comme dans les cas suivants.  Succès aussi pour 2 cas d’épilepsie d’étiologie indéterminée :  1 enfant et 1 adulte.

             Enfin très anecdotique :  un cordonnier manipulant les peaux souffrait en 1989 d’une exophtalmie de l’œil droit associée à une perte de vision de 9/10e liée à une phlébite rétro-orbitaire.  L’antibiothérapie prolongée (3 ans) a entrainé une réduction importante de l’exophtalmie confirmée par scanner et une amélioration de la vision de 9/10e..  Les ophtalmologistes disaient qu’il perdrait la vision de cet œil, la chirurgie étant trop risquée ; toujours symptômes vasculaires associés.

           Récemment une patiente âgée de 74 ans et atteinte d’une forme moyenne de maladie d’Alzheimer s’est fortement améliorée après 7 mois de traitement, les 2 premières cures n’ayant pas été efficaces.  Les facteurs vasculaires sont très importants dans la maladie d’Alzheimer ;  la piste chlamydia est d’ailleurs d’actualité.

           Entre 1970 et 1980 Les Professeurs Giroud et Jadin ont décrit des phlébites associées aux chlamydias.

Données actuelles


           Les principaux symptômes de la maladie de Lyme chronique ont été décrits, tout à fait semblables à ceux induits par les petites bactéries intra-cellulaires, notamment par les auteurs américains.  Ils disent que Borrelia burgdorferi est impliqué dans le SFC/fibromyalgie isolée ou associée à des co-infections précédemment décrites.

           Actuellement le consensus est que 5 bactéries sont impliquées dans certaines infections chroniques souvent associées : mycoplasmes, rickettsies, chlamydias, borrelias, staphylocoque (publications suédoises anciennes).

           En 1999 Kuratsune (Japon) versus contrôle a montré grâce au Pet Scan l’existence de  régions du cerveau mal irriguées chez des patients atteints de SFC (8 cas).

           Chez les patients autistes l’imagerie a montré l’existence de troubles circulatoires cérébraux en accord avec l’impact vasculaire des bactéries précédemment citées (sauf le staphylocoque).  Les tiques peuvent injecter ces agents et Babesia microti. ( je rajoute et babesia divergens et babesia sp EU1 puisque ma sérologie est positive à ces zoonoses )  Du reste, les broyats de tique effectués d’abord en France puis aux USA ont bien montré la multiplicité des germes.


Traitement


           Selon le Dr Andrew J. Wright (UK) pour SFC/fibromyalgie (USA, UK, Australie, France, Afrique du Sud et autres) l’antiobiothérapie prolongée prescrite par les infectiologues donne 80% de bons à très bons résultats. Toutes les équipes parlent de une à plusieurs années de traitement.  Les protocoles sont différents ; antibiothérapie très prolongées ou cures intermittentes ;  les principaux antibiotiques sont les cyclines, les macrolides, pour tous les germes et plus particulièrement actinomycine, ceftriaxone, cefuroxime-axetif ;  amoxicilline pour la maladie de Lyme patente ou cachée.

           Antibiothérapie associée à des bains d’algues chauds (transpiration ; détoxification ; immuno stimulants, en évitant de favoriser la formation d’auto anticorps ; vitamines ; anti radicaux libres ; alimentation saine ; arrêt de l’alcool et du tabac ; hydroxy chloroquine comme antiparasitaire (Babesia microti) et pour améliorer l’action des antibiotiques sur     C.burnettii (alcalinisation du macrophage).

Immunologie


           C. burnettii a la capacité d’échapper à la destruction macrophagique et de diminuer les fonctions macrophagiques avec non expression des antigènes de classe 2 du complexe majeur d’histocompatibilité et peut-être aussi par non présentation d’antigènes bactériens à la surface de certains macrophages ; la conséquence est une pauvre coopération avec les T lymphocytes et une diminution du taux de lymphokines.  Ce qui explique la dissémination à partir d’un foyer localisé et la survenue d’importants syndromes transitoires d’immunodéficience acquis (négativation transitoire des sérologies ?) : publications US.

           D’autres nombreux facteurs liés à l’hôte peuvent intervenir ; par exemple des facteurs génétiques associés à la régulation des fonctions macrophagiques.  De nombreux auteurs ont observé une immunodéficience avec les mycoplasmes et les chlamydias.

Autres données actuelles


           La fièvre Q chronique associée à une atteinte de l’endocarde est traitée par les infectiologues Marseillais Professeur Raoult et Drancourt par la doxycycline et le plaquenil.  La mortalité, qui était de 60% en 1984, est actuellement proche de 0%.  Cette endocardite a été décrite en 1962 par Grist (Ecosse), publiée dans les annales de l’Institut Pasteur.

           Depuis 1988 le service des Maladies infectieuses et tropicales de l’hôpital Raymond Poincaré de Garches (Professeur C. Perronne) traite le SFC/fibromyalgie par des cures très prolongées d’antibiotiques.  Ils font des tests sérologiques pour : rickettsies ; chlamydias ;  Lyme ; mycoplasmes ;  brucelles ;  toxoplasmes ; bartonelles (ex rickettsies) ; virus Herpes 6 ;  CMV ;  EBV ;  yersinias campilobacter ;  Whipple ;  Babesia microti ;  des tests immunitaires CD4/CD8 ;  lymphokines. 

           Par ailleurs autres bilans :  IRM ;  étude du LCR ;  PCR ;  tests psychologiques ; EEG ;  potentiels évoqués visuels ;  auditifs ;  somesthésiques ;  autoimmunité.

           En 1998 des biologistes Australiens ( B. Liebke ; B. Pasparialis) ont montré que 50% de 36 patients atteints de SFC/fibromyalgie avaient une sérologie positive pour C. burnettii (protéine externe de membrane de 27 KDA comme antigène) contre 8% de la population tout venant (Proceedings 1998, Australie).  Dans ma statistique personnelle avant 1998 en utilisant le test de Giroud sur 70 patients, 55% étaient positifs pour C. burnettii.

           En Europe deux études ont confirmé la prévalence significative des mycoplasmes par PCR versus contrôle pour SFC/fibromyalgie.  D’autres publications japonaises, australiennes, norvégiennes, polonaises, US, allemandes, anglaises, confirment l’efficacité de l’antibiothérapie de longue durée dans les infections chroniques.

           Le Professeur F.W. Schardt, Würzburg, Allemagne, a découvert l’efficacité importante du fluconazole dans les borrelioses chroniques, cachées ou non ; non améliorées par les antibiothérapies prolongées (European Journal of Medical Research, 2004, 9, 334-336).

           Aux USA et au Canada la notion de la maladie de Lyme chronique séronégative a récemment été développée ( Dr Joseph Burrascano et d’autres de New York University School of Medicine).  Quelques praticiens disent que Borrelia B est impliqué dans la Sclérose en plaque (Lituanie, Pologne, USA).

           L’association entre les bactéries intracellulaires et les virus est fréquente :  SFC et HHV6 (26%) ; entre parasites et virus : Lymphome de Burkitts ; chlamydia pneumoniae et Sclérose en plaques.  Yao, Stratton, Mitchell (Vanderbilt University USA) dans Neurology 1999.  Professeur Hervé Perron (Bio Mérieux France) :  Rétro-virus LAV in Multiple Sclerosis (Lancet) ; mycoplasmes et SIDA (Professeur Montagnier).  In vitro chlamydia pneumoniae stimule la réplication du CMV (USA).  Le rôle des virus semble secondaire du fait de la grande efficacité des antibiotiques.

           En France : le Dr Geffard, directeur de recherche à l’INSERM, depuis plusieurs années a trouvé dans de nombreuses maladies chroniques :  SFC, Parkinson, SEP, Alzheimer, un excès de radicaux libres (versus contrôle) par exemple ONOO – NO – H202 ;  toxines bactériennes, pathogènes d’origine intestinale, pulmonaire et urinaire ; ces radicaux libres sont immunodépresseurs et toxiques pour les neurones ; même constatations beaucoup plus récemment pour l’autisme.  Il a aussi mis en évidence des auto anticorps ;  les radicaux libres peuvent être produits durant les infections chroniques et peut-être induire des cancers

           Les radicaux libres peuvent se lier à des molécules fabriqués normalement par l’organisme et les rendre toxiques. L’anoxie cellulaire peut aussi induire des radicaux libres.

           Récemment le Professeur Luc Montagnier recherche dans les plasmas de patients des nanoparticules créées par les bactéries et les virus.

           En 2006 Kim Lewis a publié un article intitulé « Persister cells, dormancy and infectious disease » (Nature Review Microbiology, 4, December 2006).  Il explique comment des bactéries peuvent entrer en sommeil ; ne plus se diviser ; échapper aux défenses immunitaires et devenir résistantes.  En conséquence les taux d’anticorps sont faibles voire inexistants.

           Autres publications US parues dans Scientific American et traduites dans la revue française « Cerveau » et intitulées « Infected with Insanity.  The evidence is mounting : mental illness might be caused by microbes ». 

           Il s’agit d’une enquête épidémiologique lorsqu’il existe dans une famille un autiste ou un schizophrène dont le début des troubles est précoce.  La mère a fait des infections prénatales bien plus fréquemment que dans les groupes « contrôles » mais non lorsque ces pathologies sont d’apparition tardive.

           Pour la schizophrénie, germes retenus : virus variés courants ; bactéries et parasites : maladie de Lyme ; toxoplasme chlamydia ; personnellement en France chez Mérieux les sérologies positives les plus fréquents sont chlamydia pneumonia ; mycoplasma pneumoniae ; diverses variétés de rickettsies éventuellement associées en 3ème lieu.

           Concernant l’autisme : certaines variétés de virus courants ; maladie de Lyme ; mycoplasmes ; clostridium Botulinum.  Si la maladie de Lyme est impliquée, il est bien évident que rickettsies et chlamydias le sont aussi, les vecteurs étant communs notamment la tique et les animaux.

           En France certains de mes patients autistes ont une sérologie positive vis-à-vis des rickettsies.

           Concernant les TOC de l’enfant, le germe principal est le streptocoque.

           Les publications se sont étalées de novembre 2002 à octobre 2007, la dernière publication dans la revue « Science ».

           Sont essentiellement considérés comme pathogènes des phénomènes auto-immunitaires induits par ces germes, certes ; mais cela n’explique pas la grande efficacité des antibiotiques ; il y a donc des foyers persistants qui entretiennent l’auto-immunité et créent leurs propres phénomènes délétères.

Conclusion


           Les pathologies chroniques à multiples bactéries intracellulaires deviennent de plus en plus fréquentes en raison de la modification des mœurs ; de la mondialisation, de fait que leur origine infectieuse est méconnue ;  imaginons que la tuberculose soit ignorée, une grande partie de la population serait atteinte.

           Elles sont créatrices de cercles vicieux :  infections chroniques ; baisse des défenses immunitaires ; excès de radicaux libres immunodépresseurs ; foyers vasculaires intestinaux ; bronchiques ; du tratus urinaire permettant à des bactéries pathogènes de s’exprimer ; de répandre leurs toxines à travers des parois devenues poreuses.

           L’anoxie cellulaire et le manque d’apports nutritionnels vicient l’anabolisme et le catabolisme cellulaire créant de multiples anomalies biologiques elles-mêmes pathogènes. Ceci est la conséquence de la micro-vascularité obstructive, du reste observée chez une patiente atteinte de SFC par une scintigraphie à l’albumine marquée.

           Les métaux lourds sont en excès par l’incapacité de l’organisme en dysfonction de les éliminer et créant leurs propres troubles.  Il faut donc s’attaquer au mécanisme central que sont les bactéries et les virus persistants.  Cette notion d’infections bactériennes et virales persistantes déborde largement le cadre de la psychiatrie pour concerner de nombreuses maladies auto-immunes comme j’ai pu le constater ; et peut-être la cancérogenèse.  Toute vascularité doit être bilanter dans cette optique.

           Tout ceci doit déboucher sur une étroite coopération avec la médecine vétérinaire ; sur des enquêtes épidémiologiques ; ethniques ; socio-culturelles ; la mise au point de préventions et de vaccins.

           Enfin l’impact de l’environnement : pollution ; nanoparticules ; métaux lourds ; ondes électro-magnétiques ; radioactivité, doit être analysé :  facilitation de la prolifération des germes voire quelquefois inhibition.

           Il existe enfin des familles atteintes de pathologies chroniques diverses ; c’est relativement fréquent.  Par exemple, mère fatiguée chronique ; enfant autiste ; autre enfant hyperactif ; le traitement est souvent salvateur pour tout le monde.  Explication : facteurs génétiques prédisposants ? environnement contaminant ?  ou les deux ?
          

BIBLIOGRAPHIE
Arashima, Y., Kato, K. et al., Tokyo
Improvement of chronic non specific symptoms by long term minocycline treatment in Japanese patients with C. burnettii infection considered to have post Q fever fatigue syndrome
Intern. Med. 2004, Jan : 43(1) : 1-2

Bottero, P.
Les formes psychiques des rickettsioses
Compte rendu des communications consacrées aux rickettsioses et chlamydioses, 1986, Clinique Résidence du Parc, Marseille, France

Bottero, P.
Chronic psychopathologies associated with persistent rickettsiae and/or similar germs (chlamydiae)
Acta Mediterranea di Patologia infettiva e tropicale, 1987, 6(3) (Proceedings of International Meeting « Rickettsiology : the present and the future », Palermo, Italy)

Bottero, P.
Role of rickettsiae and chlamydiae in the psychopathology of chronic fatigue syndrome (CFS) patients : A diagnostic and therapeutic report (98 CFS and 79 other) and a reprint of my first publication, Italy, 1987
Chronic fatigue syndrome : Critical Reviews and Clinical Advances and Journal of Chronic Fatigue Syndrome, Volume 6, Numbers 3-4, 2000, pp. 147-163, USA

Chia, J.K., Chia, L.Y.
Chronic chlamydia pneumoniae infection : a treatable cause of CFS
Clin. Infect. Dis., 1999, Aug. : 29(2) : 452-3

Endressen, G.K.
Mycoplasma blood infection in CFS and fibromyalgia syndrome
Department of Rheumatology, the National Hospital, University of Oslo, Forskningsun 2, Block B, 0027 Oslo, Norway

Frey, M., Jaulhac, B., Sibilia, J.
Detection of Borrelia burgdorferi DNA by gene amplification in the muscle of a patient with fibromyalgia
Presse méd., 1995, No. 11 : 24 (34), 1623


Gustaw, K.
Chronic fatigue syndrome following tick-borne diseases (article in Polish).  The findings suggest that chronic fatigue syndrome is frequent among patients with a history of borreliosis
Neurol. Neurochir. Pol., 2003, Nov-Dec., 37 (6) : 1211-21


ILADS The International Lyme and Associated Diseases Study, P.O. Box 341461, Bethesda, MD 20827-1461, USA
Directives de prise en charge fondées sur des preuves de la maladie de Lyme des formes chroniques avec ou non des co-infections

Jadin, C.L..
Common clinical and biological windows of CFS and rickettsial diseases
CFS : Critical Reviews and Clinical Advances and Journal of CFS 6, 3-4, 2000, USA

Jadin, J.B.
Relation entre protozoaires, virus et bactéries
Revue de l’Association Belge des Technologues de Laboratoire, 11984, 11, 9-22

Lewis, Kim
Persister cells, dormancy and infectious disease
Nature Review Microbiology, 4 December 2006

Liebke, Bernhard, and Paspaliaris, Bill
Prevalence of Coxiella burnettii in Chronic Fatigue Syndrome
Poster presentation at Sydney, 1999, ME/CFS Conference, Australia

Loo, P. et Menier, J.
Les rickettsies et neo-rickettsies en neuro-psychiatrie
Ann. de Médecine psychologique, 1961, 119 (2), 732-740

Loo, P. et Menier, J.
Psychose intermittente et rickettsie
Ibid, 1962, 120 (1), 820-824

Machtey, I.
Chlamydia pneumoniae antibodies in myalgia of unknown cause (including fibromyalgia)
Br. J. Rheumatol., 1996, Nov ;  35 (11) : 1189-90

Maes, M., Mihaylova, I., Leunis, J.C.
Increased serum IgA and IgM against LPS of enterobacteria
J. Affect. Disord., 2007, Apr. 99 (1-3) : 237-40

Nasralla, M., Haier, J., Nicolson, G.L.
Multiple mycoplasmal infections detected in blood of patients with CFS and/or fibromyalgia syndrome
J. clin. Microbiol., 1999, Sep : 37(9) : 2808-12

Nicolson, Garth L., Ph.D., Nasralla, Morwan Y., Berns, Paul, M.D. et al.
Chronic mycoplasmal infections in autism patients
Proc. Intern. Mind of a Child, Sydney, Australia, 2002

Nicolson, G.L., Gan, R., Haier, J.
Multiple co-infections (mycoplasma, chlamydia, human herpes 6) in blood of CFS patients ;  association with signs and symptoms
APMIS 2003 May, 111 (5) : 557-66

Nijs, J., Nicolson, G.L., de Becker, P., Coomans, D., de Meirleir, K.
High prevalence of mycoplasma infections among European chronic fatigue syndrome patients.  Examination of four mycoplasma species in blood of CFS patients
FEMS Immunol. Med. Microbiol., 2002, Nov. 15 ; 34(3) : 209-14

Efficacy of long term antibiotics treatment by doxycycline in CFS and fibromyalgia
Norway Publications, September 2003

Schardt, F.W.
Clinical effects of fluconazole in patients with neuroborreliosis
European Journal of Medical Research, 2004, 9 : 334-336

Steere, A.C.
Lyme disease : a growing threat to urban populations
Tufts University School of Medicine, Boston
Proc. Nat. Acad. Sci., USA, 1994, Mar., 29 ; 91 (7), 2378-83

Vojdani, A., Choppa, P.C. et al.
Detection of mycoplasma genus and mycoplasma fermentans by PCR in patients with CFS
FEMS Immunol. Med. Microbiol., 1998