conférence 2011 Burrascano


BioResource 2011 Conference

BioResource Inc. hosted what was in my opinion one of the best conferences of the year on March 19-20, 2011 in Burlingame, CA.  The event was titled "Integrative Approaches to Treating Tick-Borne Disease".  The room was filled with the energy of like-minded practitioners.  In my opinion, these practitioners are the closest to having true answers of anything I've encountered when it comes to successfully treating those of us that have struggled with chronic health challenges related to Lyme disease (and all that comes with it).
The main speakers at the event were Wayne Anderson ND, Joe Burrascano MD, Ann Corson MD, Steven Harris MD, Richard Horowitz MD, and Byron White (herbalist).  The event had a slight focus on products offered by BioResource as they were the host of the event, but many other options were discussed and I don't think this limited the speakers in any way.  In my opinion, BioResource has some of the best products available anyway.  You can find more information about the presenters here.
What follows are a few of the key points that I noted during the various presentations.  This is not intended to represent all of the content presented at the event but rather a subset of the information that I found of interest.  I've broken the comments down by presenter below in the order that they originally presented.
Note: As this information may be updated as any errors are found, I kindly request that you link to this single source of information rather than copying the content below.  If any updates or corrections are made, this will help to ensure that anyone reading this is getting the most current information.
Joe Burrascano MD
Joe Burrascano, Richard Horowitz, Wayne Anderson, Ann Corson, Byron White (left to right)
  • Dr. B was more focused on conventional medicine in the past.  He said, "Over time, more and more alternative things crept in because you need them."
  • The more ill the patient is, the less effective antibiotics are.
  • Ticks are "nature's dirty needle".
  • Transmission via pregnancy is well-known.  Blood transfusion, organ donation, and body fluids are other possible routes of transmission.  In one study on breast milk, 4 of 4 people had Borrelia in their breast milk.
  • Dr. B considers a person to be "chronic" if they have had the condition over 1 year.
  • Sleep disturbances are a very big problem.
  • The immune system focuses mainly on the biproducts of the bugs, but less so on the bugs themselves.
  • According to Dr. Pat Coyle, SUNY Stony Brook, spinal fluid serologies are positive in only 9% of patients with Lyme meningitis.  In other words, 91% of people with active Lyme are missed by currently available serologic tests on the spinal fluid.
  • Spirochetes are not blocked by the blood-brain barrier and thus, all "chronic Lyme" is neurological.
  • Biofilms mature and harden.  They are like "trying to burn through the trunk of a tree".  Biofilm therapy may need to involve some amount of chelation work.
  • Borrelia goes through periods of growth and dormancy and is only treatable during a growth cycle.  It is very slow growing and thus takes a long period of time to treat.
  • According to Dr. Dietrich Klinghardt, chronic infections overwhelm the detox pathways.
  • "I don't know of any sick Lyme patient that does not have coinfections if they have chronic Lyme".  Coinfections are pretty much universal.  They "change the character of the disease much like mixing different colors results in a new color".
  • The sicker a patient is, the less sensitive antibody testing becomes.
  • In incredibly sick Lyme patients, Babesia must be considered.
  • Dr. B. mentioned Ritchie Shoemaker's MARCoNS as a producer of toxins and biofilms and said that it is a big thing.  He also looks at other Shoemaker labs.
  • Babesia infections, like Malaria, make red blood cells more rigid so that they cannot fold through the capillaries.  This impairs circulation and adds to vasculitis.
  • Dr. Richard Horowitz has clearly demonstrated that many people with treatment-resistant, chronic neurological Lyme improve with chelation / heavy metal detoxification.
  • IGeneX is currently the best lab for tick-borne infections.
  • Most sick patients that don't respond have Mycoplasma.
  • NT Factor is the most effective supplement he has used for Lyme patients; supports the health of the cell membrane and improves energy.
  • Conventional medicine won't clear chronic Lyme.  CAM (Complementary and Alternative Medicine) won't clear chronic Lyme.  We need both.
  • Improving the immune system alone won't work.
  • People who treat with orals first and IV later don't do as well as people who do IV first.
  • Dr. B mentioned the experience of Dr. Paul Cheney in regards to thyroid supplementation.  When supplementing, people feel better, but then they begin to feel worse.  The body may have lowered metabolism as an adaptive mechanism to protect the body.
  • Nearly every chronic Lyme patient needs IV antibiotics.
  • Cytokine suppressors result in the infections becoming more active
  • Ketek was Dr. B's favorite oral treatment.
  • Minerals like calcium, iron, and magnesium may support/grow the biofilms.
  • Samento+Banderol were found in studies with Eva Sapi PhD to be helpful in addressing biofilms.
  • In a cohort of treatment-resistant Lyme patients that were not well, 100% were XMRV positive.
  • XMRV activity is initiated by Cortisol, DHT, and increased cytokines.  Thus herxing heavily (increased cytokines) may be a factor in activating XMRV.
  • According to Dr. Judy Mikovits, cortisol can be mitigated with Pharmanex Cortitrol.  DHT can be mitigated with beta-sitosterol, Propecia, Proscar, or Avodart.  Cytokines can be mitigated with curcumin, artesunate, alpha-lipoic acid, and possibly stem cells.
  • AZT, Tenofovir, and Raltegravir were weakly effective.  Might be a lifetime of treatment.
  • Probiotics, mutlivitamins, CoQ10, NT Factor, Vitamin D, EFAs, magnesium (after on antibiotic treatment only), Transfer Factors, methyl-B12, and B-Complex are items that Dr. B has found useful.
  • Treat Bartonella first before Babesia.  Treating Babesia first seems to make the Bartonella drugs less effective.
Ann Corson MDWayne Anderson, Ann Corson, and Byron White (left to right)
  • When the extracellular matrix is dirty, homeopathy and acupuncture don't work as well.  Once the matrix is cleaned up, these become more useful therapies.
  • Pekana remedies can help to restore the health of the matrix.
  • Dr. Corson has a systematic approach which starts with the cleanup of the GALT (Gut Associated Lymphoid Tissue), removing food allergens, restoring leaky gut and healthy diet.
  • She employs a release / provoke / release / provoke / release / provoke model.
  • When total cholesterol and LDL are elevated, treating infections and inflammation will often resolve the issue.
  • Looks at various markers of autoimmunity such as anti-cardiolipin antibodies which point to the endothelium, anti-gliadin antibodies which point to the gut, and anti-myelin basic protein antibodies which point to the nervous system.
  • When a person has shortness of breath going up stairs but can walk long distances without being short of breath, VIP (Vasoactive intestinal peptide) could be a factor. Rapid dilation of the pulmonary vasculature, such as required for the metabolic demands of going up stairs versus walking, is dependent on VIP.
  • KPU is an issue; as many as 80% of patients with Lyme may be affected.
  • Genetic KPU tends to lead to more criminal behavior and insanity.  Her perspective is that Lyme patients have an acquired form of KPU.
  • We are all heavy metal toxic.  Metals are everywhere.
  • Fry Labs - Bartonella smears and biofilms.  MDL Labs is good with Chlamydia, Mycoplasma, and viral testing.
  • In terms of HLA types, 90-95% of people in her practice have either Lyme, mold, or mutli-susceptible genotypes.
  • Hypercoagulation panels and food allergy panels can be very helpful.
  • "You are what the animal you eat eats."
  • In the German homotoxicology model, most Lyme patients are in the Impregnation and Degeneration phases.
  • The sicker the matrix, the more difficult the condition is to treat.
  • "The patient is only as healthy as their fluid flows."
  • Dr. Corson discussed many different aspects of the Pekana and Syntrion lines that go beyond the scope of the information here.
  • Pekana Renelix (kidneys) and Itires (lymphatics) are the workhorses.
  • For detox support, likes Burbur/Parsley, Renelix/Parsley, or Renelix/Burbur, with or without Energetix Drainage-Tone.
  • NutraMedix Lakato can be helpful for addressing viruses.
  • Beyond Balance (formerly Healthy Directions) Bar-1 has brought some patients with Bartonella out of the "pits of hell".
  • Dr. Corson looks first to remedies like Byron White Formulas, Beyond Balance Herbal Blends (formerly Healthy Directions), and NutraMedix herbs before moving to allopathic options in many cases.
  • To tolerate the Byron White Formulas, patients often need drainage support, anti-inflammatory enzymes, and healthy fats.
  • 70% of her clients feel identifiable positive shifts on the Byron White Formulas.
  • BSP-201 is helpful for inflammation and has been shown in placebo controlled double blind studies to reduce CRP and inflammatory cytokines.
  • It is important to remember that removing stored toxins leads to inflammation as the toxins move out of the body.
Steven Harris, MD
  • It is important to first note that Dr. Harris' talk was specifically on the use of non-antibiotic therapies for Lyme disease.  This does not represent the entirety of therapies that Dr. Harris may employ in his practice.
  • Dr. Harris talked about a recent article in April 2011 in Discover magazine on symbiogenesis and how organisms share DNA to become a new organism.
  • Borrelia uses magnesium for metabolism and is fed by magnesium; whereas Babesia is fed by iron.
  • Organisms share genes and incorporate DNA from other organisms which may be a reason that herbs work so well; they are more broad spectrum.
  • With herbal medicines, the whole is often greater than the sum of the parts.
  • Herbs give solice that so many different things can be addressed at once.
  • Beyond Balance herbs - Bab-2 is better for Babesia WA-1.  Immune Restore acts to boost other herbs much like using Plaquenil with Zithromax.  May be a 30-40% boost.  ImmunoVira is highly effective against viruses and may be helpful in patients with XMRV.
  • Clinical Response Fomrulas - some ASD kids cannot tolerate walnut so they have a BLt without walnut.  BLt may be better for Bartonella than for Lyme.  Crypto-Plus - has seen the Lomatium rash when also using it with enzymes or items such as Boluoke.  CAT cream and BST cream can be very helpful for neuropathy.  CAT cream may be helpful in Morgellon's.
  • Zhang - AI#3 is anti-inflammatory.
  • NutraMedix - Quina may be a natural cyst buster. Burbur supports the liver while Parsley supports the kidneys.
  • Jernigan - Lymogen is stronger than Borrelogen.  Often does 6-8 weeks of Lymogen and then back on Borrelogen.  Neuro-Antitox CNS/PNS can be very powerful.  May use with NutraMedix Pinella.  May need to start with the Neuro-Antitox Basic first as the CNS/PNS may be too strong to start with.
  • Researched Nutritionals Transfer Factor Multi-Immune can be helpful up to 2 twice a day at times.
  • RainTree - Spiro capsules and MYCO capsules are useful for some.
  • Rizol Gamma may be helpful in addressing parasites.
  • Immunovir can be useful for viral layers and may consider Immunovir + ImmunoVira or Virogen for 3 months.
  • Lyme treatments may include: Samento, Banderol, Cumanda, Quina, Lakato, Houttuynia, Garlic, Coptis, Teasel, Chanca peidra, Bb-1, BLt, AL Complex, Lyme nosodes, Rizoles, Lymogen, Borrelogen, LymPlus Transfer Factor, Bee Venom.
  • Bartonella treatments may include: Boneset, Houttuynia, Pau D' Arco, Arnica, Rizol My, Bar-1, BLt.
  • Babesia treatments may include: Cryptolepsis, Enula, Mora, Rizoles, Plant Stem Cells, MYCO (may work well with Mepron), Chanca piedra, Bab-1, Cyrpto-Plus.
  • Alternative protocols include: McCamish Protocol, Thoring Protocol, Zhang Protocol, Cowden Protocol, Jernigan Neutraceuticals, Byron White Formulas, Deseret Biologicals, Researched Nutritionals, Rain Tree, Buhner Protocol, Rizoles.
  • Grapefruit seed extract can have interactions with some drugs and that must be carefully considered.
Byron WhiteAnn Corson and Byron White (left to right)
  • In almost every client he has evaluated, Lyme and Babesia or WA-1 (duncani) were a factor.
  • With energetic testing, ticks were found to carry up to 40 (7 was average) different microbes including bacteria, fungi, viruses, nematodes, and Babesia.
  • Powassan virus is a factor that he feels is commonly overlooked and in one bio-resonance study, 60% of ticks were positive for Powassan virus.
  • It has taken 15-20 years to arrive at the Byron White Formulas (BWFs).
  • Byron approaches recovery in an "unwinding" manner moving through the current layer and bringing the next issue to the surface.
  • In talking about addressing the top layers of the illness and not those that may be several layers down, he used the analogy of getting off a ferris wheel.  He said it is better to get off the wheel at the bottom than at the top.
  • BWFs work on a physical, spiritual, and emotional level.  They are, in essence, food for the body.  They need to be shaken before each dose as they are very dense. Many herbs are 1 part herb to 4 or 5 parts alcohol.  Byron White Formulas uses 1 part herb to 1 part organic grape alcohol.
  • With Lyme, the lymphatic system is almost always the system that is most down / in need of support.
  • Pathogens have a slow, low, dark energy.
  • Borrelia resonates with fear, abandonment, and isolation at an energetic level.
  • What the energy body systems need most is the energy of affection/compassion.
  • Borrelia will "crash" the central meridian of even healthy people in energetic testing.
  • A lack of flow of energy leads to pain and other symptoms.
  • Energetic blockages may prevent an ideal treatment from working.
  • Microbes wait until there is a quorum before they "go on the march".  They communicate with one another.
  • Lyme patients have been observed to have mold, fungi, Candida, EBV, HHV-6, Stealth viruses, CMV, Coxsackie, Powassan, Mycoplasma, parasites, and other microbial challenges.
  • Toxins often observed in people with Lyme include metals, solvents, pesticides, herbicides, radiation, EMFs, paint dyes, xenobiotics, vaccine residues, drug toxicity, ammonia, aldehydes, neurotoxins, aspartame, and more.
  • Aspartame makes it very difficult to get rid of toxins and infections.
  • Stem cells proliferate next to meridians and are impacted when there is an energy blockage.
  • Energetics, emotions, and spirituality always trump the physical.
  • Some OTC herbal tinctures may be contaminated with nickel and xenobiotics from the manufacturing process.
  • Byron White Formulas are very potent.  Hold the drops under the tongue.  When consuming, keep the formulas away from homeopathics or prescription products.  Need to have 20-60 minutes between BWFs if using multiple formulas.
  • Can experience retracing and unwinding as the body heals from top->down and inside->out.
  • Best to use formulas with filtered water; not distilled water.
Wayne Anderson ND
  • Antibiotics do work, but not for everyone.
  • Treating Lyme is like playing chess.  There is an opening, a middle game, and an end game.
  • Can use Byron White Formulas to provoke a response and help to determine what the dominant pathogen may be.
  • "As the first ninja is knocked down, the next ninja appears and its symptoms present."
  • Neurotoxin illnesses share several common mechanisms:
    • Lipophilic
    • Inflammatory
    • Intracellular
    • Slow growing
    • Additive (the more you have, the sicker you feel)
    • Disruptions of endocrine, nervous, immune, and GI systems
    • Are load dependent
  • Items that mimic or contribute to neurotoxin illness or may be differential diagnosis include:
    • Cytokines
    • Methylation defects
    • HLA-DR status (Human Leukocyte Antigens)
    • Other illnesses such as diabetes and cancer
    • Head injury, TMJ, Pain
    • Sexual abuse of domestic violence
    • Environmental chemicals and toxins
    • Sleep apnea or malabsorption
    • Cellular function of the endocrine, immune, nervous system or gut
  • When people react strongly to one drop of something, some possible reasons may include:
    • Large microbial or toxin load
    • Slow methylation
    • Slow liver/gallbladder function
    • Gut permeability
    • Parasitic infection
    • Heavy metal burden
    • Autoimmune activation
    • Long-term, repeated exposures
  • Parasites often confuse the picture and make it more difficult to determine what the dominant pathogen may be.
  • 85% of the time, Borrelia is not the dominant pathogen.
  • Bartonella or Babesia tend to be the dominant pathogens initially and often flip-flop in their priority and symptom presentation.
  • Treatment is less about "whacking" and more about "whittling"; have to watch the layers.  Treatment is like peeling an onion.
  • Top layers are often Bartonella or Babesia.  Borrelia may then be underneath.  Viruses like XMRV, HHV6, and EBV may then be encountered.  Chlamydia, Mycoplasma, fungal layers may be next.
  • #1 most important test is the HLA testing.
  • Treatment can be broken down into three main aspects: 1) modulating the immune system, 2) killing the dominant pathogen, 3) waste removal/detoxification.  Then, rebuilding and repairing become the focus.
  • "There is no ONE way."
  • Byron White Formulas
    • Can help to confirm a diagnosis
    • Can be a standalone treatment
    • Can be used with antibiotics
    • Can adjust dose to patient tolerance to minimize Herx responses
    • Have minimal risk of creating resistance
    • Are herbal and energetic
    • Revitalize, harmonize, and regulate
    • Have an effect on multiple microbes
  • XMRV is like having another co-infection.
  • 60-70% of people with Lyme tested at Gordon Medical Associates have XMRV positive test results.
  • Just released his new web site at http://www.wayneanderson.com.
Richard Horowitz MD
Joe Burrascano and Richard Horowitz (left to right)
  • "Exchange yourself with others; always do as you would have done to you; develop compassion.  Always work for the benefit of others; consider how you can release the suffering of others."  These were some of the insightful words that Dr. Horowitz shared at the beginning of his talk.
  • "Virtually all human diseases result from the interaction of genetic susceptibility factors and modifiable environments factors, broadly defined to include infections, chemicals, physical, nutritional, and behavioral factors" - Office of Genetics and Disease Prevention, CDC
  • MCIDS - Multiple Chronic Infectious Disease Syndrome; a better term for the complexities of what some call "Lyme disease".
  • One must treat infections, inflammation, and immune dysfunction at the same time to make forward progress.
  • Over time, he found that antibiotics only went so far and that it became important to look at the functional medicine pathways.
  • "Use the illness as a transformative process to help you grow - what do I need to learn to grow as a human being?"
  • Antibiotics are ineffective in some and 99.9% relapse after stopping antibiotic treatment.  The financial cost can be 60-70K per patient.  (Editor's note: After the initial posting of this blog, the statistic mentioned here seemed to require additional clarification.  The figure is primarily in patients who have only done antibiotics alone. However, Dr. H still sees frequent relapses in patients who have done all of the integrative therapies also, including patients who have done well on an herbal protocol, stops it, and relapses.  The point here is that we have not completely eliminated the full burden of bugs from the body if we don't treat the infections early on. But if we have done a good antibiotic and herbal protocol, if we relapse, it will generally be with much milder symptoms than when the regimens were initiated.)
  • Autoimmunity is often observed in patients.  Clinically, patients improve over time as the microbial burden is being addressed and yet, they may still present with autoimmune issues.  The presentation of autoimmune symptoms does not seem to be related to the burden of pathogens.
  • Muscle pain, moodiness, and many other symptoms are related to cytokines.  IV Glutathione can reverse these symptoms in minutes in some people.
  • "Everyone is walking around with heavy metals."  Heavy metals mimic Lyme symptoms.
  • "Almost everyone is allergic to dairy."
  • Many patients have nutritional deficiencies in zinc, iodine, copper, and/or magnesium.
  • Brain fog may be associated with quinolinic acid (Borrelia biotoxin), cytokines, ammonia, zinc deficiency.
  • ~40% of his clients have adrenal insufficiency.
  • Only 5 in 12,000 people in his practice have normal libido.
  • Sleep disorders are a "big nail in the foot" that must be addressed.  Valerian or melatonin may be helpful.  Sleep disorders drive cytokines and inflammation.
  • "There is not just one ninja, but a full ninja army."
  • Options for the cyst form of Lyme include Plaquenil, Grapefruit Seed Extract, Flagyl, and Tindamax.  Some patients may benefit from B vitamins while on Flagyl to mitigate worsening of chronic neuropathy.  Flagyl should not be used with herbal tinctures that contain alcohol.
  • May use 200 billion probiotic organisms plus Saccharomyces boulardii.
  • IGeneX uses both the B31 and 297 species of Borrelia which makes their testing more useful.
  • You have to unlayer the illness.
  • When TNF-alpha is blocked with pharmaceutical options, the immune system may become suppressed and Lyme can become more active.
  • Bartonella can be related to eye problems and seizures.
  • Mepron seems to be less effective now as there is some resistance to it and it may require 2 teaspoons; whereas 1 teaspoon dosing may have been effective in the past.
  • Coartem is a 4 tablets twice a day for 3 days antimalarial medication which has shown promise as an "off-label treatment" for Babesia.   One must stop macrolides, quinolones, Plaquenil, and any other antimalarials or medications that affect QT intervals 3-4 days before and after using Coartem.
  • Byron White A-BAB has resulted in difficult patients doing well with their Babesia symptoms.
  • Neurotoxins and cytokines are what largely make people feel sick.  It is not necessarily the microbes themselves; as we live in symbiosis with many different microorganisms in our bodies at all times.  It is when the microorganisms produce neurotoxins and cytokines in elevated amounts that patients manifest with "sickness behavior" such as fatigue, arthralgias, flu-like symptoms, and cognitive issues often seen in those with MCIDS.
  • Oregano oil can be a good option for fungal issues.
  • Mercury can cause over 800 different autoimmune presentations.
  • BSP-201 may drive down TNF-alpha while not negatively impacting the immune system.
  • Lyme disease is likely the only condition that results in an IgM deficiency; IVIG can be helpful.
  • DIM opens liver pathways and reduces bad estrogens.
  • 1200mg of sustained release alpha lipoic acid may block insulin resistance and may help to release metals.
  • IV Glutathione may help to reverse symptoms of Parkinson's Disease; Glutathione is a miracle molecule in the body.
  • 25% of patients improve with heavy metal detoxification.
  • Fibrocystic breast disease may improve with iodine supplementation.
  • "World Out of Balance" is his in-progress book on Lyme disease.
  • If the cytokine faucet is too far open with no drain, patients may react strongly to the Byron White herbals.
  • Dilution is the solution to pollution.
  • Roughly 90-95% of patients significantly improve with treatment.  Due to frequent relapses often observed when antibiotics or herbal therapies are stopped, the goal of treatment is to lower the pathogen burden, balance the immune and inflammatory responses, and address all fifteen of the differential diagnosis (listed below) so that individuals may attain better health.  A true "cure" may be possible in early Lyme, but is not frequently seen in late Lyme.  However, this does not mean that patients do not attain excellent results and have excellent health after treatment.  It simply means that there may be a small number of Borrelia or other co-infections left in the body, and the immune system must be working properly to keep them in check.
  • EFT may be helpful in 50% of patients.  Emotional factors will interfere with other treatments.
  • Mung Bean may help with elevated SHBG.
  • 50mg of zinc may inhibit aromatase.
  • 2000-3000 patients on Cowden; 2000-3000 patients on Zhang; 400-500 patients on Byron White.
  • Cowden Protocol is effective; improvement seen in about 70% of patients.
  • Samento and Banderol may be better than Samento and Cumanda, which can be too strong.
  • Parsley may be used at 10 drops every ten minutes for one to two hours for detoxification or herxheimer symptoms.  If there is no change in symptoms, 10 drops of Burbur every 10 minutes may be considered.
  • Astragalus can lead to too much of a Th1 response which results in a herxheimer reaction.
  • LDN at 4.5mg per night can be amazing.  No side effects except for initial sleep issues.   Shuts down the cytokine faucet.
  • Ortho Molecular InflammaCORE, BSP-201, SyCircue, LDN, Xymogen Nrf2 can help with cytokine issue.
  • Alka-Seltzer Gold and Liposomal Glutathione (1500-2000mg) can be very helpful in an acute herxheimer response.
  • 80% of patients are responding well to Byron White.  Some have severe herxes but overall benefits.
  • Differential diagnosis (need to investigate each of the co-factors below)
    1. Infections 
      • Bacterial - Lyme, Bartonella, Anaplasma/Ehrlichia, Mycoplasma, Chlamydia, RMSF, Typhus, Tularemia, Q-Fever, Tick Paralysis, Tularemia, Brucellosis...
      • Parasites - Babesia, piroplasms, filaria, amoeba, Giardia...
      • Virus - EBV, HHV-6/HHV-8, CMV, St. Louis Encephalitis, West Nile, Powassan and other tick-borne encephalitis viruses, possibly XMRV...
      • Candida and other fungal issues...
    2. Immune Dysfunction
    3. Inflammation
    4. Toxicity - metals, mold, neurotoxins, biotoxins
    5. Allergies - foods, drugs, environment
    6. Nutritional and Enzyme deficiencies and abnormalities in functional medicine pathways
    7. Mitochondrial dysfunction
    8. Psychological - stress, abuse, PTSD, depression, anxiety, OCD
    9. Endocrine abnormalities - thyroid, growth hormone, adrenals, sex hormones, Vitamin D, pituitary
    10. Sleep disorders
    11. Autonomic Nervous System dysfunction
    12. Gastrointestinal - leaky gut, Candida, Celiac, Colitis, Cancer, Dysbiosis
    13. Elevated Liver Function Tests - antibiotics, alcohol, hepatitis, Hemochromatosis, Wilson's disease, chemicals
    14. Drug use / addiction
    15. Deconditioning - need exercise program or physical therapy
One of the highlights of the conference on the lighter side was Dr. Horowitz performing his song "Ballad of the Deer Tick" live.  The lyrics to the song can be found here.
"Ballad of the Deer Tick" is shared here with permission from Dr. Richard Horowitz.
Some resources:
Disclaimer: While I attempted to accurately represent the statements of the various speakers, it is possible that the above contains errors or inaccuracies.  If you have any corrections to the content listed above, please Contact Me.

Scott ForsgrenModified on Wednesday, April 27 2011 07:01 by Scott Forsgren 

Viewed 4345 times so far. 
Like this? Tweet it to your followers!
Published in   Blog /   Blog

Latest articles from Scott Forsgren

Latest 'tweets' from Scott Forsgren

Maladie de lyme révélée par une amyotrophie invalidante

Communication Brève

Maladie de lyme révélée par une amyotrophie invalidante
Lyme disease revealed by serious amyotrophy
M Kianzowa, O Saraceni, J.M. Wilhelm and P KiefferCorresponding Author Contact Information
Service de médecine, centre hospitalier Saint-Morand, BP 41, 68132 Altkirch Cedex, France
Received 3 July 1992; 
accepted 23 June 1993. 
Available online 19 May 2005.

Summary

The Lyme disease, which was first found in Lyme, USA, in 1975 is an infectious multi-system disorder whose agent, the Borrelia Burgdorferi, was identified in 1983. Various disease manifestations have been reported since them. We report a case of Lyme disease manifestation in the muscle revealed by serious amyotrophy in the scapular muscles, in the neck and in the trunk with scapula alata accompanied by noctural lumbago which is resistant to non steroïd anti-inflammatory drugs. Electromyography showed patterns of the myogenic type in the serrate anterior and infraspinous muscles on both sides and patterns of the neurogenic peripheral type in the lower extremities. The histological, immunohistochemical and electronmicroscopal studies of the muscle biopsy have been without any pathological result. Creatine kinase and aldolase proved normal. Serological antibodies were not significantly increased. A positive diagnosis was obtained by lumbar puncture which showed lymphocytic meningitis, by demonstrating specific antibodies in the cerebrospinal fluid and by Western Blot antibodies analysis. Efficacy of the antibiotic therapy has resulted in a rapid regression of the symptoms, which is a further confirmation of the previous diagnosis.

Résumé

La maladie de Lyme, mise en évidence pour la première fois en 1975 à Lyme aux États-Unis, est une affection multiviscérale dont l'agent responsable, Borrelia burgdorferi, a été identifié en 1983. Des manifestations cliniques vairées ont été publiées. Nous rapportons un cas de manifestation musculaire de la maladie de Lyme révélée par une amyotrophie importante des muscles de la ceinture scapulaire, de la nuque et du tronc avec scapula alata, en association à des lombalgies nocturnes rebelles aux antiinflammatoires non stéroïdiens. L'électromyographie montre des tracés de type myogène au niveau des grands dentelés et des sous-épineux et des tracés de type neurogène périphérique au niveau des membres inférieurs. L'étude histologique, immunohistochimique et en microscopie électronique de la biopsie musculaire est sans anomalie évidente. Les dosages de la créatine-kinase et de l'aldolase sont normaux. Devant un sérodiagnostic sanguin doutex à deux reprises, le diagnostic positif est fait grâce à une ponction lombaire qui met en évidence une méningite lymphocytaire et par le dosage des anticorps spécifiques dans le liquide céphalorachidien et l'analyse des anticorps par Western-blotting. L'efficacité de l'antibiothérapie avec régression rapide des déficits confirme le diagnostic.
Keywords: maladie de Lyme; amyotrophie; sérologie dans le sang et dans le LCR; antibiothérapie

Keywords: Lyme disease; amyotrophy; serology in the blood and the cerebrospinal fluid; antibiotic therapy

Survie de la Borrelia burgdorferi chez des patients avec la borréliose de Lyme, traités par des antibiotiques.

Survie de la Borrelia burgdorferi chez des patients avec la borréliose de Lyme, traités par des
antibiotiques.
Preac-Mursic V, Weber K, Pfister HW, Wilske B, Gross B, Baumann A, Prokop J. 1989.
Neurologische Klinik Grosshadern, Munchen, FR Germany.
La persistance de Borrelia burgdorferi chez des patients traités avec des antibiotiques est décrite. Le diagnostic de la
maladie de Lyme est basé sur les symptômes cliniques, l'épidémiologie et des titres d'anticorprs IgG et IgM à la B.
burgdorferi dans le sérum.
Le traitement antibiotique peut abroger la réponse aux anticorps dirigés contre l'infection comme montré chez nos
patients.
B. burgdorferi peut persister comme montré par une culture positive dans un milieu MKP ; des patients peuvent avoir
une maladie sub-clinique ou clinique sans anticorps à B. burgdorferi.
Nous concluons qu'au stade précoce de la maladie tout comme au stade chronique de la maladie de Lyme que la
persistance de B. burgdorferi après un traitement antibiotique ne peut être exclue quand le sérum est négatif pour les
anticorps contre B. Burgdorferi.
-

Détection d'ADN de Borrelia burgdorferi par amplification génique dans le muscle d'un patient atteint de fibromyalgie.

Détection d'ADN de Borrelia burgdorferi par amplification génique dans le muscle d'un
patient atteint de fibromyalgie.

Frey M, Jaulhac B, Sibilia J, Monteil H, Kuntz J.L., Vautravers P. 1995.
Extrait du texte :
"L'observation de ce patient, qui a probablement eu une neuroborréliose compliquée d'une FM, suggère que Bb pourrait
persister dans certains tissus plusieurs années après l'antibiothérapie initiale. Le mécanisme pathogénique de cette FM
reste inconnu. Malgré l'inefficacité de l'antibiothérapie, l'hypothèse d'une séquelle post-infectieuse semble peu probable
puisqu'il a été récemment démontré chez l'animal que la positivité de la PCR était bien corrélée à la culture de Bb à
partir de tissus."

Une proposition pour une culture fiable de Borrelia burgdoferi

Une proposition pour une culture fiable de Borrelia burgdoferi sur des patients atteints de
maladie de Lyme chronique, même pour ceux qui ont été précédemment traités intensivement.
Phillips SE, Mattman LH, Hulinska D, Moayad H. 1998.
Greenwich Hospital, CT 06830, USA.
Puisque la culture de Borrelia burgdorferi sur des patients atteints de la maladie de Lyme chronique est un évènement
extraordinairement rare, la clarification de la nature de la maladie et par suite son étiologie ont été difficiles. Une
méthode pour cultiver d’une manière fiable et reproductible B. burgdorferi du sang des patients malades de Lyme
chronique fut recherchée en faisant un essai contrôlé de culture sur du sang en étudiant 47 patients avec une maladie de
Lyme chronique. Tous avaient rechuté après des traitements antibiotiques oraux et intraveineux prolongés. 23 patients
avec d’autres maladies chroniques servirent de groupe de contrôle. Les cultures positives furent confirmées par
immuno-fluorescence des anticorps et microscopie électronique en utilisant des anticorps monoclonaux dirigés contre
Ops A, et par PCR OpsA. 43/47 patients (91%) furent positifs sur culture. 23/23 (100%) furent négatifs sur culture.
Bien que la persistance de l’infection ait été, jusqu' à aujourd’hui, fortement suggérée pour la maladie de Lyme
chronique par PCR et capture d’antigènes, il y a des problèmes importants avec ces tests. Cette nouvelle méthode pour
cultiver B. burgdorferi issue de patients atteints d’une maladie de Lyme chronique définit d’une manière certaine la
nature de la maladie et établit l’étiologie chronique et infectieuse. Cette découverte devrait aider à rétablir les standards
de référence des tests de diagnostic de la maladie de Lyme.

Borrelia burgdorferi détectée par culture et PCR dans des cas de rechute clinique de borréliose de Lyme disséminée.

Borrelia burgdorferi détectée par culture et PCR dans des cas de rechute clinique de borréliose
de Lyme disséminée.
Oksi J, Marjamaki M, Nikoskelainen J, Viljanen MK. 1999.
Department of Medicine, Turku University Central Hospital, Finland. jarmo.oksi@utu.fi
Un total de 165 patients avec une borréliose de Lyme disséminée (diagnostiqués entre 1990-94, tous séropositifs
excepté un patient positif par culture) furent suivis après un traitement antibiotique, et 32 d’entre eux furent considérés
cliniquement comme ayant un échec thérapeutique. Sur 165 patients, 136 furent testés par PCR durant le suivi. La PCR
sur le plasma fut positive chez 14 patients entre 0 et 30 mois après l’arrêt du traitement, et 12 de ces patients avaient une
rechute clinique. De plus, la Borrélia burgdorferi fut cultivée dans le sang de trois des patients lors du suivi. Ces trois
patients appartenaient au groupe avec rechute, et deux d’entre eux étaient également positifs par PCR. Ce rapport se
focalise sur les 13 patients avec des rechutes cliniques et culture ou PCR positive. Huit des patients avaient des cultures
ou prouvées lors du diagnostic initial, le diagnostic des cinq restants était basé seulement sur une sérologie positive.
Tous les patients furent traités initialement pendant plus de 3 mois avec des antibiotiques intraveineux et/ou oraux (11
d’entre eux reçurent de la ceftriaxone, neuf pendant 2 semaines, un pendant 3 semaines et un pendant 7 semaines, suivi
par des antibiotiques oraux). Le traitement permit seulement un soulagement temporaire des symptômes du patient.
Tous sauf un avaient des résultats négatifs par PCR immédiatement après le premier traitement. Les patients furent
retraités habituellement avec de la ceftriaxone pendant 4-6 semaines. Aucun d’entre eux n’était positif par PCR après le
retraitement. La réponse du retraitement fut considérée comme bonne chez neuf des patients. Nous concluons que le
traitement de la borréliose de Lyme avec des antibiotiques appropriés pendant plus de 3 mois peut ne pas éradiquer le
spirochète. En utilisant la PCR il est possible d’éviter le retraitement des patients avec des « syndromes post Lyme » et
ceux avec des « cicatrices sérologiques » restant détectables des mois ou des années après l’infection

quantification par PCR de borrelia burgdorferi

Quantification par PCR des organismes Borrelia burgdorferi dans les tissus canins sur une
période de 500 jours après la période d’infection.
Straubinger RK. 2000.
James A. Baker Institute for Animal Health, College of Veterinary Medicine, Cornell University, Ithaca, New York
14853, USA. rks4@cornell.edu
L’infection à Borrelia burgdorferi chez des chiens "beagle" fut étudiée quantitativement avec des biopsies de peau et des
échantillons de sang à 4 et 2 semaines d’intervalle, respectivement, sur une période de 500 jours. Par la suite, 25
échantillons de tissu de chaque chien furent collectés pour des analyses plus poussées. En commençant au 120ème jour
après la piqûre de tique, 12 chiens furent traités avec des antibiotiques (azithromycine, ceftriaxone, ou doxycycline)
pendant 30 jours consécutifs. Quatre chiens ne reçurent aucun traitement antibiotique. La quantification de l’ADN de B.
burgdorferi fut réalisée avec un Système de Détection de Séquence ABI Prism 7700 avec des amorces oligonucléotide
et sonde fluorescente étiquetée pour amplifier spécifiquement le fragment du gène Ops1 de la souche N40 de la B.
burgdorferi. Les 16 chiens devinrent infectés par B. burgdorferi après la piqûre de tique. Dans les échantillons de
biopsie de peau, le nombre de spirochètes atteint un pic au jour 60 après l’infection (<1.6 x 10(6) organismes par 100
microgrammes d’ADN extrait), au moment où des signes d’arthrite se développèrent chez 11 des 16 chiens, et décrurent
à des niveaux presque indétectables durant les 6 mois suivants. Le nombre d’organismes B. burgdorferi détectés dans
les échantillons de biopsie de peau étaient inversement corrélés avec les niveaux d’anticorps mesurés lors du test
ELISA. Le traitement antibiotique réduisit le montant d’ADN du spirochète détectable dans les tissus de peau par un
facteur 1000 ou plus. A la fin de l’expérimentation, l’ADN de B. burgdorferi fut détectable à de faibles niveaux (10(2) à
10(4) organismes par 100 microgrammes d’ADN extrait) dans de multiples tissus quel que soit le traitement. Toutefois,
davantage de tissus étaient positifs chez les chiens non traités que chez les chiens traités, et les échantillons de tissus des
chiens non traités étaient aussi positifs par culture. Seuls 1.6% des 576 échantillons de sang de tous les chiens étaient
positifs à B. burgdorferi par PCR.

.

Lymeinfo

Bienvenue sur Lymeinfo

Bienvenue sur Lymeinfo ! Ce site fournit des détails sur les symptômes de la maladie de Lyme, le diagnostic, le traitement et la prévention. De la littérature médicale revue par des pairs est également disponible. Vous trouverez des articles ainsi que des dossiers complets d'information sur la maladie de Lyme et les autres maladies infectieuses transmises par les tiques. Nous espérons que ce site web vous aidera à trouver ce que vous recherchez. Si vous commencez seulement votre recherche voyez notre Survol de la maladie de Lyme.

Résumé de la littérature médicale :

Ce sont des résumés hautement informatifs et téléchargeables de la littérature médicale revue par des pairs. Les sujets couverts incluent : Les symptômes de la maladie de Lyme, la séronégativité, la persistance de l'infection en dépit d'un traitement, et des données complètes sur la forme kystique de la bactérie causant la maladie de Lyme. Voir Littérature médicale.

Les liens suivants vous emmèneront en dehors du site.
Tiquatac .Org : Site personnel de Marie-Françoise Nawrocki. Les Nymphéas : Association française pour la maladie de Lyme.

Chercher sur Lymeinfo :

Vous pouvez trouver exactement ce que vous cherchez sur Lymeinfo en utilisant une fonction de recherche GOOGLE :

Veuillez noter :

Ce site n'a qu'un but informatif, et rien de ce qui est contenu dans ces pages ne devrait être considéré comme un conseil médical. Veuillez lire notre décharge. Nous vous souhaitons une bonne visite de ce site, et espérons que vous apprendrez plus sur la maladie de Lyme.

Survol de la Maladie de Lyme

La maladie de Lyme est une infection bactérienne causée par le spirochète Borrelia burgdorferi. Cette maladie pose un sérieux problème de santé publique. Les modes de transmission les plus connus sont les piqûres de tiques et la transmission in-utèro de la mère à l'enfant, mais il en existe probablement bien d'autres. La maladie de Lyme est une infection systémique qui peut affecter pratiquement toutes les parties du corps. Bien que la maladie de Lyme soit la mieux connue de toutes les infections vectorielles à tique, de multiples infections peuvent être transmises en une seule piqûre de tique. La présence de multiples infections a tendance à compliquer encore le diagnostic et le traitement.
La maladie de Lyme ne peut pas être exclue sur la base de résultats de tests négatifs. Alors que l'érythème migrant pose le diagnostic de maladie de Lyme, d'autres éruptions peuvent être vues dans la maladie de Lyme. De plus un nombre significatif de malades ne se rappellent pas d'une éruption ou de piqûre de tique. Les symptômes peuvent apparaître rapidement ou se développer au cours de temps. Puisque la maladie de Lyme est multisystème la liste des symptômes est longue, et il est commun de voir des symptômes affecter de multiples systèmes. Le début de la maladie de Lyme peut être confondu avec la grippe, mais lorsque la maladie progresse elle peut impliquer les systèmes cardiaque, musculo-squelettique, neurologique. Les patients atteints d'une maladie de Lyme chronique font souvent l'expérience de fatigue, de maux de tête sévères, d'insomnies, de problèmes de mémoire. La maladie de Lyme chronique peut rendre des personnes complètement handicapées. Pour une liste complète des symptômes, veuillez voir la liste de symptômes.
La maladie de Lyme est traitée par des antibiotiques, soit oralement, soit en intraveineuse. Un traitement rapide dans la phase précoce de la maladie est le moyen le plus efficace d'éviter les complications handicapantes. Il n'y a pas de guérison pour la maladie de Lyme chronique, et son traitement est entouré de controverses. Toutefois de nombreux patients trouvent des améliorations lorsqu'ils sont traités à long terme, soit pour l'infection bactérienne de la maladie de Lyme et/ou pour les co-infections présentes.
Selon l' International Lyme and Associated Diseases Society (ILADS), " la maladie de Lyme la maladie de Lyme est la nouvelle grande imitatrice, et devrait être considérée comme diagnostic différentiel de la slérose en plaques, la sclérose lattérale amyothrophique, l'épilepsie, et d'autres maladies neurologiques, et aussi l'arthrite, le syndrome de fatigue chronique, le syndrome de la guerre du golfe, troubles de l'attention, hypochondrie, fibromyalgie, et des patients avec des syndrômes multisystèmes difficiles à diagnostiquer ". Non seulement la maladie de Lyme peut être mal diagnostiquée en d'autres maladies, mais elle peut survenir simultanément à d'autres conditions et être incorrectement diagnostiquée. Par conséquent les patients suspectés de maladie de Lyme doivent avoir une évaluation clinique complète par un médecin connaissant la maladie. Les meilleurs référents sont obtenus par les groupes locaux de patients et les groupes de soutiens.
En plus de la maladie de Lyme, les infections suivantes sont aussi transmises par les tiques : Babésiose, Ehrlichiose, Bartonellose, fièvres pourprée des montagnes rocheuses, Turalémie, et certains virus. Voir la section " autres maladies à tiques " pour plus d'informations sur ces maladies.
Des liens utiles relatifs à la maladie de Lyme peuvent être trouvés dans ce site web Lymeinfo, et en particulier dans les sous sections " Information sur la maladie " à gauche de cette page.

Les découvertes de Luc Montagnier révolutionnent la compréhension du vivant

Les découvertes de Luc Montagnier révolutionnent la compréhension du vivant
3 avril 2011
Outils :
Envoyer à un ami Version Imprimable Liste de Diffusion RSS
Avant de vous présenter ci-dessous un texte de Larry Hecht, rédacteur de la revue scientifique américaine 21st Science & Technology, sur la portée des découvertes de Luc Montagnier sur les émissions électromagnétiques du vivant et les modifications dans la structure de l’eau, nous présentons d’abord une version légèrement adaptée de l’introduction de la vidéo A non-particle view of life, réalisée le 21 mars par les jeunes chercheurs du Comité d’action politique de Lyndon LaRouche (LPAC).

La philosophie qui règne en science aujourd’hui, connue sous le nom du réductionnisme, présuppose que la vie est le résultat de molécules non vivantes. Composez un mélange adéquat d’acides aminés et d’autres ingrédients, placez-le dans des conditions propices, et spontanément des formes de vie primitive jailliront à partir desquelles des formes de vie plus développé pourront évoluer… Une telle hypothèse ne s’est jamais démontrée et toutes les expériences visant à la prouver ont échoué. Ce qu’on présente comme la « création » d’une forme de vie primitive, ou des préfigurations de la vie tel que l’ADN ou un virus, nécessite toujours à l’origine une autre forme de vie. Jusqu’ici, et peut-être heureusement, personne n’a pu métamorphoser des molécules mortes en matière vivante. A l’opposé de cette vision réductionniste, s’est affirmé le vitalisme, une théorie qui affirme que les organismes vivants possèdent une force vitale, un principe de vie, séparé de la matière qui les compose. La vie serait une combinaison de molécules organiques dotées de cette force vitale. Cependant, aucune expérience n’a pu identifier cette force vitale ou démontrer sa présence dans le vivant, ou son absence dans la matière non-vivante. Ainsi, le mystère de la vie demeure presque entier.
Les expériences récentes que nous allons décrire ici, viennent de bousculer quelques certitudes des théories anciennes. Sans nous fournir des réponses définitives, elles élargiront certainement vos horizons. Ces expériences ont été menées par le Professeur Luc Montagnier, le biologiste virologue co-lauréat du Prix Nobel avec Françoise Barré-Sinoussi pour leur découverte en 1983 du virus du HIV responsable du SIDA.
Le Professeur Luc Montagnier et ses collaborateurs rapportent qu’il a été observé que certaines séquences d’ADN des bactéries et des virus peuvent induire des ondes électromagnétiques de basse fréquence dans les hautes dilutions aqueuses. Ce phénomène semble être provoqué par le fond électromagnétique ambiant de très basse fréquence.
Mieux encore, ces ondes seraient même capables de transformer certains nucléotides servant de base à l’ADN, en ADN bactérien nouveau, rien que par le biais de structures particulières de l’eau.
En examinant l’interaction complexe entre le rayonnement émis par des formes de vie, le rayonnement atmosphérique et le rayonnement cosmique, les travaux de Montagnier ont des implications révolutionnaires pour la biologie et notre façon de concevoir l’univers.
Tout démarra il y a dix ans quand Luc Montagnier étudia l’étrange comportement d’une petite bactérie qu’on trouve souvent en compagnie du VIH, le Mycoplasma pirum. Comme le HIV, cette bactérie adore et dévore les cellules blanches du sang humain, les lymphocytes.
Initialement, Montagnier tenta, à l’aide de filtres de différentes tailles, de séparer la bactérie, d’une taille d’environ 300 nm, des séquences du virus dont la taille est de 120 nm. En filtrant une culture de lymphocytes infectés par la bactérie, Montagnier arriva à obtenir un liquide stérile. Une vérification rigoureuse démontra qu’aucune trace ne resta de la bactérie Mycoplasma pirum.
Dans DNA waves and water, [1] Montagnier et son équipe rapportent que, « lorsque le filtrat [stérile] est incubé avec des lymphocytes humains (dont on a constaté auparavant qu’ils n’étaient pas infectés par le mycoplasma), la présence du mycoplasma avec toutes ces caractéristiques fut régulièrement constaté ! »

L’expérience tend à prouver que, d’une manière ou d’une autre, les bactéries avaient communiqué au fluide lui-même l’information nécessaire à leur régénération ultérieure. Arriva alors la question : quel type d’information a été transmis par le filtrat aqueux ? « C’était le début d’une enquête de longue haleine quant aux propriétés physiques de l’ADN dans l’eau. »
D’abord, une nouvelle propriété de l’ADN de M. pirum fut constaté : elle émet des ondes électromagnétiques d’ultra basse fréquence.
Mais ce n’était pas tout. A la surprise générale, des dilutions répétées avec de l’eau pure du filtrat émettait également les mêmes ondes électromagnétiques d’ultra basse fréquence qu’on peut mesurer en plaçant les filtrats au cœur d’un solénoïde (une bobine électrique formé par un fil de cuivre enroulé en hélice) couplé à un amplificateur.

L’émission d’ondes d’ultra basse fréquence (ULF), de 500 à 3000 Hertz, qu’on situe à l’extrémité du spectre des radiofréquences, fut observée dans les dilutions de filtrats de plusieurs sortes : dans des solutions infectées par des bactéries et des virus ; dans le plasma sanguin d’humain infecté par ces agents ; ainsi que dans des filtrats dilués de liquides où l’ADN des ces bactéries et virus fut présent.
Une condition préalable essentielle existait pour l’émission de telles ondes : la présence d’une radiation électromagnétique en arrière-plan d’environ 7 Hz, ce qui correspond à peu près avec la fréquence d’une résonance naturelle, dite « résonances Schumann », formée par la cavité de la surface de la terre et de l’ionosphère. Cette fréquence est reproductible en laboratoire.

Montagnier démontra ensuite que chaque filtrat dilué émettait non seulement sa propre fréquence, mais aussi que les différentes dilutions d’un même filtrat pouvait « se parler » entre elles. En marge d’une conférence, Montagnier ironisait que le téléphone portable fut inventé bien avant les hommes !
Pour vérifier ce processus, on plaça un échantillon d’une dilution non-émettante à coté d’une dilution émettante du même type. La première réduit alors au silence la deuxième, indiquant que certaines émissions sont peut-être tellement faibles que nous manquons de moyens pour en mesurer l’existence dans le dispositif du solénoïde.
Etrangement, lorsque l’échantillon qui fut réduit au silence fut dilué de nouveau, le signal électromagnétique revenait ! Nous avons déjà indiqué que les signaux électromagnétiques, propres à chaque espèce et émanant du liquide aqueux des filtrats dilués, semblent être liés à une « signature » spécifique à chaque espèce imprimé dans la structure de l’eau.
La dernière expérimentation a démontré cet aspect d’une façon éclatante. Dans ce cas, c’est une séquence d’ADN du virus HIV qui a fourni le matériel de départ. Une solution avec cette séquence fut filtrée et diluée jusqu’au moment où on a obtenu un signal électromagnétique, comme ce fut le cas lors des expériences précédentes.
Ensuite, on a filtré et dilué cet échantillon en même temps qu’un échantillon d’eau pure. Les deux échantillons furent ensuite posé à l’intérieur d’un solénoïde et le tout placé dans une boîte en mu-métal (un alliage de nickel et de fer permettant un isolement électromagnétique). Un courant électrique de 7 Hz a permis au solénoïde de générer le rayonnement stimulant. Après dix-huit heures, le récipient contenant de l’eau pure fut enlevé. Il émettait désormais son propre signal.
C’est la démarche suivante qui a donné le résultat le plus étonnant. On a ajouté au même récipient contenant de l’eau pure, tous les ingrédients organiques (nucléotides, amorces, etc.) employés pour synthétiser l’ADN par amplification en chaîne par polymérase (PCR), une méthode d’amplification génique permettant de copier en grand nombre une séquence ADN ou ARN. Normalement, sans la présence d’un brin « matrice » de la séquence ADN ou ARN, la reproduction en est impossible. Dans ce cas-ci, aucune« matrice » fut ajoutée, et l’échantillon contenant l’eau pure avec les ingrédients fut exposé aux températures habituelles pour synthétiser l’ADN.
Le résultat de l’expérience fut étonnant. Non seulement la séquence d’ADN du virus HIV s’est reproduite dans l’échantillon, mais la elle était à 98 % identique à la séquence d’origine. Comment expliquer cette régénération à partir de l’eau ?
Tout comme pour l’échantillon d’eau pure, toutes ces expériences avec les bactéries, les virus et leur ADN, les filtrats sont tellement diluées qu’il n’y a aucune chance qu’ils possèdent du matériel génétique d’origine. Pour expliquer les phénomènes constatés, Montagnier avance l’hypothèse esquissée par un certain nombre de scientifiques concernant les propriétés étonnantes de l’eau, notamment le fait que l’état liquide de l’eau n’est pas une simple agglomération de molécules. Il s’agirait plutôt de chaînes de molécules d’eau capable de former de nanostructures cohérentes, qui pourraient être aussi bien le produit que les sources des phénomènes de résonance électromagnétique.
Bien que les expériences de Montagnier ne permettent pas de conclure, on peut dire qu’elles s’avèrent parfaitement consistantes avec l’approche expérimentale développée par Alexander Gurvitch. Ce dernier avait démontré le rôle du rayonnement électromagnétique ultraviolet dans la mitose, le processus de division cellulaire. Les travaux plus récents de Fritz Popp et ses collègues ont confirmé que c’est bien l’ADN du noyau des cellules qui est à l’origine des émissions de lumière ultraviolette. L’émission de ces « biophotons » s’accorde notamment avec la périodicité des cycles et rythmes diurnes, nocturnes et lunaires.
Le phénomène rapporté par Montagnier pourrait permettre de développer rapidement des systèmes de détection très sensible des infections chroniques bactériennes et virales. Au-delà de cette utilité immédiate, ces découvertes soulèvent des questions extraordinaires et nous avons bon espoir que d’autres expériences permettront d’affiner les instruments et apporteront d’autres découvertes.
Cependant, le travail de Montagnier touche à la question fondamentale de la nature de la vie. Le principe développé par Francesco Redi au XVIIe siècle, repris par Louis Pasteur et Vernadski, disant que toute forme de vie vient de la vie, n’a jamais été contredit par une expérience quelconque jusqu’ici. Cependant, on a tenté à réduire ce principe à la simple action matérielle d’un germe, d’une spore ou de la division cellulaire.
Ce qu’indiquent les expériences évoquées ici, c’est que la vie semble être transmise, au moins partiellement, non pas par la présence d’une matière physique, mais par l’intermédiation et en lien avec un signal identifiable comme électromagnétique par origine et apparemment relié aux caractéristiques plus larges de l’environnement.
Pour le chimiste Jeff Reimers de l’Université de Sydney, « si ces résultats sont corrects, cette expérience serait la plus significative depuis 90 ans, imposant une réévaluation complète du cadre conceptuel de la chimie moderne ». Un autre poids lourd de la « biologie quantique », Greg Scholes de l’Université de Toronto au Canada et crédité de la démonstration d’effets quantiques au sein des plantes, dit que « ces expériences biologiques sont intrigantes, et je ne les balaierais pas si vite ».
Le consensus actuel semble être qu’il faut investiguer plus avant cette recherche, et l’un des membres de l’équipe de Montagnier, le physicien Guiseppe Vitello de l’Université de Salerme en Italie, y croit et encourage d’autres équipes à essayer de reproduire ces résultats.
Les principes exacts des processus à l’œuvre, que ce soit la formation de nanostructures dans l’eau comme cela fut suggéré, ou d’autres mécanismes, restent à découvrir. Ce qui s’impose, c’est une vision plus large que la conception habituelle de la vie.
Comme le souligne le collaborateur de Lyndon LaRouche Larry Hecht (voir son article ci-dessous), le principe que « toute vie vient du vivant » demeure, mais sous condition qu’on adopte une conception "non corpusculaire" de la vie.

De nouveaux indices en faveur
d’une conception non corpusculaire de la vie

par Larry Hecht,
L’auteur est le rédacteur en chef de la revue américaine 21st Century Science & Technology. Cet article est également paru en Anglais dans l’édition du 11 février d’Executive Intelligence Review (EIR).

Les travaux remarquables du célèbre virologue français, le professeur Luc Montagnier, accréditent la thèse d’une conception non corpusculaire de la vie. Parmi ses plus importants résultats rendus publics à cette date, figurent l’émission, par des séquences d’ADN bactérien, d’ondes électromagnétiques de basse fréquence, et la capacité de ces ondes à organiser des nucléotides (le matériel de base de l’ADN) en un nouvel ADN bactérien, par la médiation de structures dans l’eau. [2]
En démontrant l’interaction des organismes vivants avec des ondes électromagnétiques, incluant peut-être les ondes de basse fréquence de la résonance de Schumann dans l’atmosphère terrestre. [3], ce travail a des implications révolutionnaires pour la biologie et toute notre compréhension de l’univers, prolongeant le travail démarré dans les années 1920 par des savants comme Alexandre Gourvitch qui avait détecté des radiations ultraviolettes émises par les cellules de plantes en croissance.
Les signaux détectés semblent être une propriété de la plupart des bactéries infectant les êtres humains, ainsi que de nombreux virus, y compris le HIV, la grippe A et l’hépatite C.
De plus, il découle de ces recherches, que certaines maladies ordinaires qu’on ne considérait pas jusque-là comme étant d’origine bactérienne, pourraient bien l’être en fait. Ce qui permet de penser cela, c’est que des signaux identiques à ceux détectés dans des tubes à essai contenant des bactéries vivantes, ont été trouvés dans le plasma sanguin, et dans l’ADN extrait du plasma, chez des patients souffrant des maladies d’Alzheimer et de Parkinson, de multiples scléroses, d’encéphalopathie de Lyme, d’arthrite rhumatoïde, et de différentes neuropathies.
Le professeur Luc Montagnier qui a reçu le prix Nobel pour sa découverte, en 1983, du virus HIV, a proposé l’utilisation des techniques de radiofréquence pour la détection d’infection bactériennes ou virales chroniques, et d’explorer les moyens de les utiliser dans le traitement de maladies comme le SIDA et l’autisme. Montagnier indique également que de telles techniques pourraient un jour fournir une solution au problème de plus en plus aigu de l’évolution des organismes résistant aux antibiotiques.
Attaqué par les mandarins de la science établie en Europe et ailleurs en occident, Montagnier a pris la décision, à l’âge de 78 ans, de poursuivre ses recherches en Chine, dans un nouvel institut de recherche qui portera son nom à l’Université Jiaotang de Shanghai.

La conception non corpusculaire

Les expériences de Montagnier touchent à certaines questions cruciales de méthode scientifique qui ne pourraient pas être correctement examinées dans les termes habituels des paradoxes de la physique du XXe siècle, mais qui trouvent un début de résolution claire lorsque l’on s’intéresse à la relation entre les domaines du non-vivant, du vivant et aussi du cognitif. Nous savons, par exemple, depuis les travaux de de Broglie et de Schrödinger dans les années 1920, que les paradoxes issus de la tentative de réduire l’explication des phénomènes observés dans le non-vivant à une conception particulaire de la substance, peuvent être résolus par une conception ondulatoire qui subsume les phénomènes des radiations électromagnétiques et de la vieille « mécanique » en une conception unifiée du microcosme et du macrocosme.
Cependant, Schrödinger fut incapable de transporter ses intuitions dans le domaine du vivant, proposant à la place une notion décevante de négation locale de l’entropie, pour expliquer le principe organisateur qui caractérise manifestement le progrès de l’évolution du vivant ainsi que celui de la cognition humaine.
Cette difficulté a été en partie résolue au cours du XXe siècle par Lyndon LaRouche qui découvrit que la créativité humaine, qu’il reconnut comme la force directrice du progrès économique physique humain, et la véritable source de richesse ou de valeur, par opposition à toutes les théories dominantes qui placent cette source dans le travail ou dans le marché, était également le principe connaissable du progrès de l’Univers, ou lui était apparenté. En conséquence, la caractéristique de ce principe créateur universellement répandu, doit être un critère d’acceptabilité pour une recherche compétente sur la relation entre les radiations cosmiques et la vie terrestre – sous réserve que la supposition habituelle mais fausse sur la complétude et l’efficacité du sensorium humain, les cinq sens, soit mise de coté, comme LaRouche l’a récemment souligné. [4]
En revisitant la question de l’interaction entre les radiations, y compris les radiations atmosphériques et implicitement les radiations cosmiques, et la vie, les expériences de Luc Montagnier ont apporté des éléments nouveaux et rafraîchissants dans ce domaine de recherche qui avait été déclaré pratiquement verboten (interdit) par la science officielle pendant presque tout le siècle dernier.

Les résultats expérimentaux

Pour éclaircir ces questions, examinons plus en détail les résultats expérimentaux extraordinaires rapportés par Montagnier et ses collègues.
1. Régénération de filtrats.
Dans un article publié en 2009 [5], Montagnier et ses associés ont rapporté l’observation de bactéries et de virus se régénérant à partir de solutions apparemment stériles. Après passage à travers des filtres dont les pores étaient plus petits que les bactéries ou les virus, des solutions qui avaient contenue des cultures infectées, mais testées stériles après filtration, ont été capables de régénérer les bactéries ou les virus qui les avaient infectées. Les premières expériences ont utilisé le Mycoplasma pirum, une espèce de petite bactérie sans paroi cellulaire, d’une taille d’environ 300nm (300 milliardièmes de mètre). Le mycoplasme est un genre de très petites bactéries qui est impliqué dans un grand nombre de maladies humaines et est résistant à beaucoup d’antibiotiques.
Après filtration d’une culture de lymphocytes humains infectés avec le Mycoplasma pirum à travers des filtres dont la porosité est de 100nm ou 20nm, l’incubation sur une culture stérile de lymphocytes humains a mis en évidence la régénération du mycoplasme originel. La stérilité des cultures sur lesquelles le mycoplasme s’est régénéré, avait été testée rigoureusement (recherche de traces d’ADN bactérien), et avait donné un résultat négatif. « Des recherches répétées de traces d’ADN de mycoplasme par ACP (Amplification en Chaîne par Polymérase, PCR en anglais) et ACP emboîtée (après amplification de l’ADN, on réalise une culture) utilisant des amorces spécifiques pour le gène de l’adhésine ou pour le gène du ribosome 16S, ont été constamment négatives » selon Montagnier.
Ce sont ces résultats, observés pour la première fois il y a dix ans, qui ont conduit Montagnier à lancer des recherches expérimentales.
2. Emission depuis les filtrats d’ondes de basse fréquence.
Au cours de leurs recherches sur ces phénomènes anormaux, Montagnier et ses collègues ont découvert une nouvelle propriété remarquable de ces filtrats. Après dilution dans de l’eau, il s’avéra que ces filtrats apparemment stériles produisaient des ondes électromagnétiques de basse fréquence d’une manière reproductible. Des émissions similaires furent également trouvées dans des filtrats apparemment stériles de solutions qui avaient été infectées par une bactérie plus grande et plus classique, la bactérie E. coli, et par d’autres microorganismes. Mais aucun signal ne fut trouvé dans des solutions non filtrées.
Les ondes sont détectées par un appareil qui avait été conçu par l’immunologiste Jacques Benveniste. [6]
Avant d’être testés, les échantillons subissent une série de dilutions de 1 part pour 10 chacune, dans de petits tubes de plastique (1,5 millilitres) qui sont bien bouchés et agités vigoureusement pendant 15 secondes, une étape critique. L’échantillon est ensuite placé dans une bobine de fil de cuivre d’une impédance de 300 ohms, qui sert à détecter des signaux électromagnétiques de basse fréquence, reliée à un amplificateur.

Le logiciel de l’ordinateur sert à éliminer le bruit de fond, et on applique une analyse de Fourier au signal. Les premières dilutions donnent généralement des résultats négatifs en termes de signal. Des signaux positifs sont généralement observés pour des dilutions de 10-5 à 10-8 ou 10-12 (de 5 à 8 ou 12 dilutions successives). Des dilutions plus nombreuses donnent de nouveaux des résultats négatifs. La suspension originelle non filtrée est négative pour toutes les dilutions de tous les microorganismes étudiés
Lorsque le signal apparaît, une augmentation d’amplitude dans des fréquences supérieures au bruit est détectée. On trouve des fréquences proches de 1000 Hz et de ses multiples. La gamme de fréquences détectées tombe dans ce qu’on appelle parfois la bande des extrêmement basses fréquences (EBF, ou ELF en Anglais) des rayonnements électromagnétiques (d’environ 3 à 3000Hz). Les bactéries émettent des fréquences qui seraient audibles si elles étaient des ondes sonores, mais sous forme de signaux électromagnétiques que l’on classerait traditionnellement dans la limite inférieure du spectre des radiofréquences.
L’une des caractéristiques remarquables des résultats obtenus avec des bactéries et des virus, c’est que beaucoup de filtrats émetteurs sont tellement dilués qu’ils n’ont presque aucune probabilité de contenir l’agent infectieux originel, ni son ADN complet. Pour rendre compte de ce phénomène, ainsi que l’apparition de signaux dans de l’eau pure, Montagnier a adopté une hypothèse développée par des chercheurs sur les propriétés anormales de l’eau, selon laquelle des nanostructures polymériques cohérentes se forment dans l’eau. Un certain nombre d’études physiques rapportent la formation de longs polymères de dipôles à liaison hydrogène dans l’eau. Cependant, ces formations ont des durées de vie assez courtes.
Selon Montagnier, les signaux émis pourraient être un phénomène de résonance, dépendant peut-être d’une excitation provoquée par le bruit électromagnétique ambiant. Leur persistance après le retrait de l’agent qui les a formés pourrait être due à un effet de cohérence produit par les radiations elles-mêmes, comme cela a été postulé par les physiciens italiens Emilio Del Giudice et Giuliano Preparata. [7] (Des résultats datant des années 1920 ont montré l’existence d’émission par des substances vivantes dans les gammes de fréquence bien plus élevées de la lumière ultraviolette. [8]
De telles émissions ont été ultérieurement confirmées par Fritz-Albert Popp, qui a donné au phénomène le nom de biophoton. Popp et ses collègues ont montré que cette lumière était cohérente, semblable à un laser ; que les molécules émettrices sont couplées par un champ radiatif cohérent ; et que la source est l’ADN des noyaux cellulaires. L’ensemble des moyens de détection des biophotons du laboratoire de Popp, a mis en évidence une corrélation avec des rythmes biologiques connus de périodicité diurne, lunaire ou autres, et a proposé l’existence d’un champ biophoton globalement organisé pour l’ensemble de l’organisme [9]).
3. « Diaphonie » entre les tubes à essai.
En poursuivant ses expérimentations, Montagnier a prouvé qu’il était possible également d’éliminer le signal de certaines dilutions, et de faire en sorte que d’autres qui n’avaient rien émis, commencent à émettre des signaux. C’est à ce phénomène que Montagnier fait référence lorsqu’il parle de « diaphonie ».

Dans une série d’expériences, des dilutions négatives (non émettrices) ont été combinées avec des dilutions positives (émettrices). Ainsi, lorsque 0,1ml d’une dilution basse négative (par exemple 10-3) fut ajoutée à 0,4 ou 0,9 ml d’une dilution positive (10-8), cette dernière devint négative.
Selon Montagnier, « ceci indique que les dilutions basses ‘silencieuses’ sont auto-inhibitrices, probablement par interférence des sources multiples émettant dans les mêmes longueurs, avec un décalage de phase, comme dans le brouillage radio. Ou alors, l’abondance des nanostructures peut former un gel dans l’eau, et donc les empêcher de vibrer. »
S’il s’agit vraiment d’un effet ondulatoire, il devrait être possible de démontrer que les propriétés des dilutions peuvent être communiquées, non pas en les combinant physiquement, mais en plaçant les tubes en plastique qui les contiennent l’un à coté de l’autre. Ceci fut montré en plaçant un tube donneur d’une dilution basse (10-3) « silencieuse » de E. coli à coté d’un tube récepteur d’une dilution haute (10-9) positive de la même substance.
Les tubes furent placés pendant 24heures dans une boîte entourée d’un alliage de nickel-fer appelé mu-métal qui a la propriété de supprimer les champs magnétiques de basse fréquence. L’hypothèse était que le mu-métal isolerait les tubes du bruit électromagnétique externe, permettant aux émissions électromagnétiques des bactéries d’agir d’elles-mêmes.
Après 24 heures dans cette boîte à écran, le tube donneur était toujours silencieux, mais le tube récepteur était également devenu silencieux. Mais lorsque le tube récepteur fut encore dilué, un signal apparut de nouveau.
Montagnier écrit que « Ces résultats suggèrent que le tube récepteur a été rendu silencieux par la formation d’un excès de nanostructures qui purent émettre des signaux après des dilutions ultérieures. » En interposant une feuille de mu-métal entre les tubes, il fut possible de supprimer l’effet.
Il fut également prouvé que la diaphonie est spécifique aux espèces. Des signaux électromagnétiques furent observés dans des dilutions d’autres espèces de bactéries, dont le streptocoque B, le staphylocoque doré, le Pseudomonas aeruginosa, le Proteus mirabilis, le Bacillus subtilis, la salmonelle, et le Clostridium perfringens. Les signaux furent détectés dans les mêmes ordres de dilution que ceux observés chez le E. coli, et l’effet de transfert eut également lieu dans la boite entourée de mu-métal. Mais une espèce ne put « parler » qu’avec un membre de la même espèce.
4. Onde de transmission d’information génétique ADN à l’eau.
La phase suivante d’expérimentation s’avère particulièrement remarquable, du fait qu’elle semble remettre en cause le principe de la biologie, appelé parfois principe de Redi, également défendu vigoureusement par Pasteur, selon lequel toute vie vient de la vie (Omne vivum ex vivo). Cependant, une analyse plus poussée nous montre que ce n’est pas la vérité du principe, mais ce que nous entendons par « vie », qui est remis en question par les résultats de l’expérience.
Dans des expériences rapportées par Montagnier au cours d’une conférence à Lindau en 2010 [10], un tube d’eau pure, lorsqu’il était exposé à second tube émetteur de signaux, a émis des signaux et a conduit des séquences d’ADN placées dans l’eau pure à s’assembler selon des séquences similaires à celles de l’organisme originellement émetteur. A cause de son importance, nous allons résumer l’expérience d’une manière aussi détaillée que possible.
Comme cela a été rapporté dans un article de 2010 sur l’expérience [11], un fragment d’ADN pris dans la longue répétition terminale du virus du SIDA (HIV) a été utilisé comme source. (La longue répétition terminale est une portion de l’ADN qu’on trouve dans des rétrovirus et qui se répète un grand nombre de fois.)
Le fragment a ensuite été amplifié par la technique ACP (PCR en anglais), par laquelle une enzyme naturellement dérivée appelée polymérase, stimule artificiellement l’ADN à reproduire un grand nombre de copies de lui-même lorsque les nucléotides et d’autres matériaux de base sont fournis. Des dilutions de solutions d’ADN amplifiés par ACP furent ensuite réalisées, comme dans les expériences précédentes, jusqu’à ce qu’un signal électromagnétique fut détecté.
Le contenu du tube fut alors filtré à travers des filtres de porosité de 450nm et 20nm, et dilué de 10-2 à 10-15. Un second tube contenant de l’eau pure fut soumis aux mêmes filtrations et dilutions. Les tubes furent alors placés l’un à coté de l’autre dans une bobine de fil de cuivre ou solénoïde orienté horizontalement.
Le solénoïde et les tubes furent placés à l’intérieur d’un récipient protégé par une couche de 1mm d’épaisseur de mu-métal. Un courant électrique de basse intensité oscillant à 7Hz fut fourni au solénoïde par un générateur extérieur pendant 18 heures à température ambiante.
Lorsque le tube contenant de l’eau pure fut retiré au bout de 18 heures, il émettait des signaux comme le tube contenant le filtrat dilué de l’ADN viral. Aucune émission ne fut observée sous les conditions suivantes :
- Temps d’exposition inférieur à 16-18 heures
- Pas de bobine
- Générateur éteint
- Fréquence d’excitation inférieure à 7Hz [12]
- Absence d’ADN dans le premier tube.
C’est ici qu’arrive l’étape la plus remarquable. Les ingrédients pour synthétiser l’ADN par ACP (nucléotides, amorces, polymérase) furent ajoutés au tube contenant l’eau pure.
On s’attend à ce que la réaction ACP nécessite la présence d’au moins une copie du segment ADN à reproduire, pour servir de modèle pour l’amplification de l’ADN. On n’en rajouta pas. La réaction ACP se déroula alors de la manière habituelle par des cycles d’exposition à la chaleur.
Il en résulta que l’ADN produit dans le tube contenant initialement de l’eau pure, fut de la taille attendue et à 98% identique dans sa séquence à la séquence originelle de l’ADN de la longue répétition terminale du HIV. Sur 104 nucléotides (les molécules qui se joignent ensemble pour constituer la structure de l’ADN), deux seulement étaient différentes de l’original. L’expérience fut reproductible et réussie 12 fois sur 12 essais. Elle se répéta avec succès avec une séquence ADN d’une bactérie, la Borrelia burgdorferi, le spirochète responsable de la maladie de Lyme.
Montagnier conclut son rapport avec l’observation suivante : « Ces éléments accréditent une explication provocatrice pour notre expérience de filtration du Mycoplasma pirum : les nanostructures induites par l’ADN du Mycoplasma pirum dans l’eau filtrée, représentent différents segments de son ADN génomique . Chaque nanostructure, lorsqu’elle est en contact avec les lymphocytes humains, est rétro-transcrite [13] dans l’ADN correspondant par une certaine polymérase d’ADN cellulaire.
Il y a alors une certaine probabilité (même très faible) que chaque morceau d’ADN se recombine dans la même cellule avec les autres morceaux pour reconstruire tout l’ADN génome. Nous devons supposer qu’en présence de cellules eucaryotes, la synthèse des composants du mycoplasme (membranes lipidiques, ribosomes) peut aussi être instruite par l’ADN du mycoplasme. Une seule cellule complète de mycoplasme est alors suffisante pour engendrer toute l’infection des lymphocytes.
Des expériences récentes du groupe C. Venter ont montré [Gibson D.G., et al., Science, 329 52-56 (2010)] qu’un ADN génomique synthétique est suffisant pour maintenir toutes les caractéristiques d’un mycoplasme. Toutes les étapes supposées dans la régénération à partir de l’eau peuvent être analysées et soumises à vérification. » [14]

La conception non corpusculaire, encore

Une réflexion plus générale sur les résultats de Montagnier, ainsi que ceux du groupe Craig Venter, pose la question fondamentale de la nature de la vie. En énonçant le principe selon lequel toute vie vient de la vie, un principe dont aucune expérience jusqu’à présent n’a jamais montré qu’il soit violé, on a l’habitude d’imaginer que certain processus matériel, comme l’œuf, le sperme, la spore, ou la division cellulaire, soit l’agent responsable. Cependant, dans les résultats rapportés ici, le principe de la vie apparaît comme transmis, non pas par la présence immédiate d’une substance matérielle, mais médiatement, en relation avec un signal détectable par un appareil électromagnétique. L’élaboration complète des mécanismes, que ce soit par formation de nanostructures comme cela est suggéré, ou par d’autres moyens additionnels, reste à faire.
Cependant, nous pouvons dire que les résultats de Montagnier, ainsi que les résultats largement rapportés du groupe Venter de la création d’une cellule bactérienne contrôlée par un assemblage d’un génome bactérien complet [15], nécessitent une extension de la conception habituellement limitée de la vie. Mais c’est le travail de Montagnier qui braque le mieux les projecteurs sur cette question.
La tentative de réduire le principe de vie à quelque chose dérivant des lois de la chimie et de la physique, n’a jamais été très satisfaisante. L’argument des vitalistes, selon lequel un principe animateur doit être surimposé à la substance matérielle, supposée auto-évidente, de matière vivante, a aussi ses limitations. Avec les résultats de Montagnier, nous reconnaissons que le principe, Omne vivum ex vivo, reste valide, mais seulement à la condition que nous adoption une conception non corpusculaire de la vie.



Notes:
[1] DNA waves and water, L. Montagnier, J. Aissa, E. Del Giudice, C. Lavallee, A. Tedechi, and G. Vitiello, 23 décembre 2010.)
[2] L. Montagnier, J. Aissa, E. Del Giudice, C. Lavalee, A. Tedeschi, and G. Vitiello, « DNA Waves and Water. »
[3] http://www.larouchepub.com/other/20...] La résonance de Schumann fait référence à des ondes dont la fréquence fondamentale est de 7,83Hz, qui se propagent dans le guide d’onde formé de la zone entre la surface de la Terre et l’ionosphère.
En 1952, le physicien atmosphérique allemand Winfried Schumann avait fait l’hypothèse que l’activité de la lumière produirait de telles ondes de basse fréquence et, en divisant la circonférence de la Terre par la vitesse de la lumière, avait prédit la valeur approximative de la fréquence détectée par la suite.
[4] Par exemple, Lyndon H. LaRouche, Jr., « A Wedding Anniversary : The Sixth Sense », EIR, Jan. 14, 2011, pp. 4-22. voir aussi le rapport « The Extended Sensorium » par le LaRouche « Basement » Project, EIR, Feb. 4, 2011 and LaRouche PAC.
[5] L. Montagnier, J. Aissa, S. Ferris, J-L. Montagnier, C. Lavalee, « Electromagnetic Signals Are Produced by Aqueous Nanostructures Derived from Bacterial DNA Sequences », Interdisciplinary Sciences : Computational Life Sciences (2009)
[6] Jacques Benveniste (1935-2004) a été le directeur du laboratoire d’immunologie de l’INSERM. Ses recherches dans les années 1980 montrent que de l’eau, après avoir contenu un anticorps, mais après avoir subi une dilution telle qu’aucune molécule d’anticorps ne puisse rester, est toujours capable d’agir sur un certain type de globule blanc du sang appelé basophile. Benveniste en conclut que la configuration des molécules d’eau est devenue active biologiquement, malgré l’absence de l’anticorps. Les résultats de Benveniste ont été reproduits dans des laboratoires indépendants au Canada, en Italie, et en Israël, avant leur publication en juin 1988 dans Nature.
Cependant, lors d’une visite au laboratoire de Benveniste, postérieure à ces expériences, par une équipe comprenant le journaliste John Maddox de Nature et le magicien James Randi, la plupart des résultats purent être reproduits mais pas tous les essais. Benveniste qualifia cette visite de parodie et dénonça des méthodes dignes du maccarthysme. Mais la campagne de diffamation massive organisée par Nature le discrédita auprès du public.
[7] E. Del Giudice, G. Preparata, G. Vitielo, « Water as a free electric dipole laser », Physical Review Letters 61, 1085-1088 (1988).
[8] Voir, par exemple, Gurwitsch Gurwitsch, « Twenty Years of Mitogenetic Radiation : Emergence, Development and Perspectives », 21st Century Science Technology, Fall 1999, pp. 41-53.
[9] cf. Recent Advances in Biophoton Research and its Radiations, publié par F.A. Popp (World Scientific, 1992).
[10] « DNA between Physics and Biology : DNA Waves and Water » tiré de la conférence du Dr. Luc Montagnier, Lindau, 28 June 2010.
[11] L. Montagnier, J. Aissa, E. Del Giudice, C. Lavalee, A. Tedeschi, and G. Vitiello, « DNA waves and water » (fourni à l’auteur par le Dr. Del Giudice).
[12] A comparer aux expériences effectuées par le biophysicien italien Bruno Brandimarte, dans l’application d’ondes magnétiques de basse fréquence, aussi bien in vitro que dans la guérison de blessures et d’autres pathologies. Brandimarte suggère que les oscillations magnétiques de fréquence inférieures à 10kHz sont des ondes non maxwelliennes, qui devraient être appelées magnétoélectriques, non pas électromagnétiques. Voir Bruno Brandimarte, « Whole-Body Magneto-Therapy Speeds Wound and Disease Healing », 21st Century Science Technology, Summer 2010, pp. 21-30.
[13] Je pense que Montagnier utilise cette formulation pour indiquer que le filament d’ADN est synthétisé comme dans un rétrovirus, mais sans la présence d’ARN messager. Ici, ce seraient les nanostructures de l’eau qui serviraient de « gabarit ».
[14] Montagnier, « DNA Waves and Water », op. cit.
[15] En 2010, des chercheurs de l’Institut J.Craig Venter ont rapporté quelque chose que certains appellent de la « vie artificielle » (Gibson, et al., « Creation of a Bacterial Cell Controlled by a Chemically Synthesized Genome », Science 329 52-56 (2010)). En étendant de manière ingénieuse des méthodes de clonage connues, ils ont conduit 100 composants de séquences génétiques synthétisées artificiellement à s’assembler en une structure presque identique à l’ADN de la bactérie mycoplasme mycoïde. Insérée dans la cellule d’une espèce de mycoplasme relativement voisine, la nouvelle cellule s’est développée en une colonie exprimant la séquence d’ADN synthétique. Cependant, le mot « création » dans le titre de leur article est trompeur. Pour ceux qui seraient induits à croire que de la vie a ainsi été créée de novo, nous pouvons éclaircir la question par une analogie très grossière consistant à dire que la synthèse a besoin de l’E. coli et des organismes de la levure de boulanger comme substituts de « père » et de « mère ». La synthèse nécessite l’insertion de sous-produits dans la bactérie plus grande de l’E. coli, puis dans l’ADN de la S. cerevisiae (levure de boulanger), où le génome artificiel de la M. mycoïde représente environ 5% de la longueur totale de l’ADN. La vie n’est pas créée de novo, mais seulement en présence de vie, comme dans les expériences de Montagnier. Ceci est dit en dehors de toute considération morale, comme celles qui se posent avec les mauvais usages d’expérimentations génétiques, ou également avec les brevets de matériel biologique en agriculture, auxquels nous n’apportons pas notre soutien.
Outils :
Envoyer à un ami Version Imprimable Liste de Diffusion RSS
Partagez :